AFRIQUE NOIRE (Arts)Aires et styles

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art dogon

Le site grandiose des falaises de Bandiagara au Mali abrite la vieille civilisation des Dogon, qui a depuis longtemps frappé les visiteurs par la hardiesse de son architecture, la vitalité de ses rites, la beauté de son art et de ses manifestations culturelles. Leur « découverte » scientifique en 1931 par la mission Dakar-Djibouti dirigée par Marcel Griaule, et les nombreuses publications qui ont suivi ont contribué à leur célébrité, ainsi que plus récemment le classement du site au patrimoine mondial de l'U.N.E.S.C.O. Tous ces facteurs ont développé un tourisme effréné, dont l'influence n'est pas que bénéfique. La progression de l'islam, auquel les Dogon ont longtemps résisté, provoque aussi des changements culturels importants, même s'il coexiste souvent avec des croyances et des pratiques anciennes.

En dépit des changements, les réalisations de l'art dogon à travers leur histoire doivent être considérées comme produites par une culture qui les a imprégnées de sens. Que les objets soient rituels ou usuels, aucun motif sculpté, gravé ou peint n'a été choisi au hasard. Au contraire, il est en rapport étroit avec leur fonction et leur signification dans la vision du monde. Chacun doit se lire, disent les Dogon, comme une « parole ».

La vision du monde

Pour les Dogon animistes, un grand mythe cosmogonique raconte la création du monde par le dieu Amma. Deux jumeaux androgynes furent les premiers êtres créés. L'un, Nommo, maître de l'eau, de la fécondité et de la parole, fut sacrifié pour purifier la création perturbée par l'autre, Yourougou (le Renard pâle), révolté et incestueux, associé à la stérilité et à la mort. Nommo ressuscité descendit du ciel sur une arche portant quatre couples de jumeaux, ancêtres de l'humanité, et les animaux et végétaux destinés à peupler la terre. La lutte perpétuelle entre les deux principes contraires est le moteur de la marche du monde.

La notion de parole tient une place fondamentale dans la pensée dogon. La parole d'Amma a créé le monde. Au niveau terrestre, elle est fécondante, indissociable de la personne humaine dans laquelle elle se forme, et un rouage essentiel de la communication sociale. La tradition est garante de la survie du groupe. Une importante littérature orale, objet d'une recherche esthétique formelle, assure la transmission des modèles culturels. L'art de la parole a une influence bénéfique et fécondante sur la société.

La langue dogon, apparentée au groupe voltaïque, emprunte au mandé pour son lexique. Les termes cités ici dans une transcription simplifiée appartiennent au dialecte de la falaise toro so (région de Sanga).

Amma a mis dans chaque élément de la création un message destiné aux humains. C'est la « parole du monde » (aduno so), c'est-à-dire le symbole, base de la classification des êtres et des choses en « familles », réunies entre elles par un système de correspondances qui constituent une explication de l'Univers.

Cette lecture symbolique de leur environnement constitue une des clés de la vision du monde des Dogon. Chaque être ou objet, interprété comme porteur de sens, est mis en rapport avec les préoccupations fondamentales de la société dogon : survie par la fécondité, succession des générations, fertilité du sol. Cette interprétation symbolique permet de comprendre la fonction et la signification de l'art.

La sculpture

L'art dogon est surtout connu pour ses sculptures. Les sculpteurs sont généralement les forgerons, sauf en ce qui concerne les masques, autrefois taillés par leurs porteurs. Beaucoup de ces œuvres sont liées à des institutions religieuses. D'autres sont des objets fonctionnels, mais ils sont décorés, leur facture est soignée et on les juge également « beaux » (ezu, terme signifiant aussi « bon »).

Les masques

Les danses des masques sur la place publique à l'occasion des funérailles et des levées de deuil (dama) sont les plus spectaculaires et les plus connues des cérémonies rituelles des Dogon. La société des masques (awa) est réservée aux hommes. Le mot imina désigne non seulement le masque lui-même mais l'ensemble de son costume, des emblèmes, du rythme et de la danse qui lui sont propres. Les masques sont soit en bois, maintenus par une baguette serrée [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Médias de l’article

Tête, culture de Nok

Tête, culture de Nok
Crédits : Werner Forman Archive/ Bridgeman Images

photographie

Masque kifwebe

Masque kifwebe
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art
  • : agrégée de grammaire, docteur ès lettres, directeur de recherche honoraire au C.N.R.S.
  • : anthropologue, chercheur au C.N.R.S.
  • : professeur émérite à l'université catholique de Louvain, membre titulaire de l'Académie royale des sciences d'outre-mer de Belgique

Classification

Autres références

«  AFRIQUE NOIRE  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Civilisations traditionnelles

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 2 906 mots

Les sociétés globales – ainsi appelées parce qu'en chacune d'elles l'individu trouve l'ensemble des réseaux de relations sociales dont il a besoin au cours de sa vie – furent nombreuses dans l'Afrique traditionnelle, celle qui prit fin avec la période coloniale en ses débuts, vers le dernier quart du xixe siècle. Un ethnologue, George P. Murdock, en é […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 270 mots
  •  • 1 média

Il ne semble pas exagéré de dire qu'il existe un « tiers monde » dans le champ d'étude des langues ethniques et que les langues de l'Afrique noire en font partie. On en a progressivement rendu compte depuis le xviie siècle ; mais, jusqu'à une date assez récente, cette documentation descriptive a souvent manqué de rigueur scientifique. À cela il y a de […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Les littératures traditionnelles africaines revêtent différentes formes, du récit appartenant au patrimoine identitaire d'un groupe ou d'une ethnie à la production d'œuvres entièrement nouvelles, inscrites dans les préoccupations les plus actuelles de cette ethnie ou de ce groupe […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Considérer les religions négro-africaines comme un ensemble susceptible de définitions appropriées renvoyant à des principes et des règles lui donnant une unité serait accorder une spécificité définitive à leurs manifestations et, au-delà de leur diversité, reconnaître un lien commun entre elles qui conférerait à l'Afrique tenue pour une entité homogène une […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 828 mots
  •  • 7 médias

Les arts africains, principalement la sculpture, sont connus en Europe depuis le xve siècle, mais n'ont acquis leur qualité d'expression artistique authentique qu'après 1906, quand les peintres cubistes les eurent fait « découvrir » comme un véritable art nègre. Mais l'art nègre du cubisme est-il vraiment […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Après avoir été longtemps tributaire d'une conception qui ne voyait en lui qu'un ensemble de formes privées de dimension historique, sans véritable référence au contexte qui le portait, l'art africain fait désormais l'objet d’une approche plus englobante, qui s'efforce de rendre aux œuvres leur place chronologique et de décrire au plus près leur environnement fonctionnel.Les arts des cours ancienn […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claire BOULLIER, Geneviève CALAME-GRIAULE, Michèle COQUET, François NEYT, « AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-aires-et-styles/