Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COPENHAGUE ÉCOLE DE

On regroupe sous ce nom les physiciens théoriciens qui, entre 1920 et 1930, après avoir élaboré la mécanique quantique, mirent en évidence ses aspects les plus révolutionnaires par rapport aux concepts en vigueur jusqu'alors et furent les instigateurs d'un très profond débat épistémologique qui se poursuit encore actuellement.

La description statistique des phénomènes atomiques et nucléaires doit-elle être considérée comme un « expédient provisoire qu'il faudrait en principe remplacer par une description déterministe » ? Ou est-elle au contraire une conséquence de « l'interaction inévitable entre objets et appareils de mesure », auquel cas le déterminisme n'a pas de sens quand l'action observée est de l'ordre de grandeur du quantum ? Dans la première hypothèse, les « relations d'incertitude » de Heisenberg n'imposent une limite théorique qu'à notre connaissance des faits. Dans la seconde, elles se réfèrent, au contraire, à une limitation concernant la validité même de certaines notions telles que la position et la vitesse.

L'école de Copenhague, animée principalement par Niels Bohr et Werner Heisenberg, défendit la seconde de ces deux conceptions, que, pour des raisons de cohérence, elle fut amenée à préciser comme suit : les propriétés des systèmes atomiques ou nucléaires ne leur appartiennent pas en propre et dépendent des conditions d'observation définies, en particulier par les instruments de mesure. Utilisés comme tels, ceux-ci doivent être décrits exclusivement dans le langage de la physique préquantique.

Niels Bohr - crédits : Ullstein Bild/ Getty Images

Niels Bohr

Paul Dirac et Werner Heisenberg - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Paul Dirac et Werner Heisenberg

Les réticences à l'égard de l'interprétation de l'école de Copenhague proviennent des physiciens attachés au déterminisme et, plus généralement de ceux qui considèrent comme difficilement acceptable le fait que cette conception nous interdit d'attribuer par la pensée aux particules atomiques certaines propriétés intrinsèques (position ou vitesse, etc.) reliées par la mécanique quantique aux observables qu'il est possible de mesurer sur ces systèmes. Cette interprétation exige en effet que de telles propriétés ne soient attribuables aux microsystèmes que par convention et seulement lorsque le cadre expérimental complet a été bien défini. En d'autres termes, les microsystèmes constituent avec les instruments, et en particulier avec les instruments de mesure, un tout indivisible. C'est alors le dispositif expérimental qui détermine, parmi les grandeurs physiques pouvant être rattachées au microsystème étudié, celles auxquelles il est possible, sans contradiction, d'attribuer par la pensée une valeur bien définie, alors même que cette valeur est encore inconnue. Cela semble à certains d'autant moins acceptable que la notion d'instrument est elle-même macroscopique et paraît, en outre, n'avoir de sens que par référence à un utilisateur humain.

Quelle que soit l'importance que l'on accorde à ces objections, on doit reconnaître que la mécanique quantique est à la fois plus simple et plus féconde lorsqu'on lui applique l'interprétation probabiliste mise en lumière par l'école de Copenhague (et également, notons-le, par d'autres physiciens, tels que E. Schrödinger et P. Dirac, qui ne se rattachent pas à cette école). C'est pourquoi la majorité des physiciens se sont ralliés à cette interprétation.

L'histoire de l'école de Copenhague est celle de l'intelligence de l'atome. Elle débute en 1913 avec le modèle de Niels Bohr. Après la découverte par L. de Broglie, en 1923, de la longueur d'onde associée à l'électron, elle se développe avec l'édification de la mécanique quantique par Heisenberg, Jordan et d'autres, tandis qu'en Allemagne, en Autriche, en Angleterre et en Suisse, Bohr, Schrödinger, Dirac et Pauli apportent, de leur côté, des contributions[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite des Universités, membre de l'Institut (Académie des sciences morales et politiques)

Classification

Pour citer cet article

Bernard d' ESPAGNAT. COPENHAGUE ÉCOLE DE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Niels Bohr - crédits : Ullstein Bild/ Getty Images

Niels Bohr

Paul Dirac et Werner Heisenberg - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Paul Dirac et Werner Heisenberg

Autres références

  • BELL INÉGALITÉ DE ou THÉORÈME DE BELL

    • Écrit par
    • 1 190 mots

    Formule de mécanique quantique reliant les probabilités de certains phénomènes particulaires, l'inégalité de Bell joue un rôle extrêmement important dans le débat sur l'interprétation de la mécanique quantique. Trouvée en 1964, elle a montré qu'il existait des expériences particulières où les prédictions...

  • EINSTEIN ALBERT (1879-1955)

    • Écrit par
    • 6 493 mots
    • 7 médias
    ...admettant la validité des relations de la mécanique quantique, Einstein formula des critiques sur son interprétation par Niels Bohr et l'École de Copenhague en termes de « philosophie de la complémentarité ». Il refusait d'y voir une théorie définitive et complète (selon les termes de Born et Heisenberg)...
  • ÉPISTÉMOLOGIE

    • Écrit par
    • 13 112 mots
    • 4 médias
    ...où cette incertitude cesse d'être sensible, parce qu'inférieure aux erreurs pratiques des mesures. L'interprétation, aujourd'hui encore dominante, de l' école de Copenhague consiste à introduire l'aléatoire comme propriété intrinsèque des micro-événements, et à abandonner le principe du déterminisme...
  • JORDAN PASCUAL (1902-1980)

    • Écrit par
    • 412 mots

    Physicien allemand né à Hanovre et mort à Hambourg. Professeur aux universités de Rostock, de Berlin, de Hambourg, théoricien possédant un grand pouvoir d'abstraction et de synthèse, Pascual Jordan s'est intéressé presque exclusivement aux problèmes généraux de la physique, de la géophysique,...

  • Afficher les 7 références