CONTINU & DISCRET

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot continu désigne en général ce qui est d'un seul tenant, ce qui se module avec tous les degrés intermédiaires souhaitables (ainsi les flux liquides nous semblent continus, l'espace et le temps nous paraissent devoir l'être) ; de l'autre côté, relève du discret ce qui éclate, se résout en individus isolés, ce qui est séparé d'avec soi-même, comme l'indique l'étymologie latine (ainsi les bornes kilométriques le long des routes, les mots successifs dans les phrases, ou les lettres dans les mots sont les unités d'ensembles ou de séries discrètes). L'opposition de l'un avec l'autre fut pensée depuis l'origine grecque, comme en témoignent notamment les raisonnements d'allure paradoxale attribués à Zénon d'Élée. Si les deux maîtres mots furent de la sorte sollicités de maintes façons par le discours philosophique, le discours formel et le discours scientifique au moins, la confrontation du continu avec le discret est plus directement suscitée, d'après ce que nous estimons, par le langage théorique contemporain ; ce langage, inspiré par la pensée logico-mathématique plus ou moins récente, permet une approche plus claire de chacun des termes considérés, ainsi que de la nature de leur opposition.

Nous nous proposons donc de présenter les problèmes du continu et du discret à partir de l'évaluation logico-mathématique « moderne » de ceux-ci. Nous évoquerons ensuite une démarche philosophique célèbre qui fait jouer un rôle fondamental à l'opposition du continu et du discret : celle du criticisme kantien, prolongée au xxe siècle par la phénoménologie et le structuralisme. Nous donnerons finalement une idée des dispositifs multiples qui dans les théories scientifiques de ce siècle tirent parti de la tension entre le continu et le discret, confirmant ou contestant les conceptions épistémologiques ou ontologiques induites par le kantisme à son sujet.

La première étape de ce programme, celle qui concerne le domaine logico-mathématique, se divise elle-même en trois moments : on commencera par thématiser l'opposition dans le vocabulaire des mathématiques élémentaires, c'est-à-dire par signaler les aspects minimaux de l'opposition, ceux qui sont discernés dans une culture mathématique aujourd'hui très répandue ; puis on signalera les problèmes associés à ladite opposition du côté de la théorie des fondements, simultanément ce que disent les discours de type fondationnels à propos du continu et du discret, et le sens en lequel par leurs décisions méthodologiques ils illustrent la profondeur de l'opposition, sa radicalité ; finalement on racontera un peu la « dynamique » du continu et du discret dans les mathématiques classiques et contemporaines.

Signification logico-mathématique de l'opposition

Point de vue élémentaire

Il faut distinguer un emploi adjectival du mot continu, principalement dans la locution application continue, de son emploi substantif, lorsqu'on parle du continu. Dans le premier emploi, continu désigne un caractère de régularité : les applications continues ne prennent jamais une valeur en un point qui contraste topologiquement avec les valeurs prises au voisinage de ce point. Continu s'oppose ici à discontinu, en un sens qui recoupe celui de la langue naturelle : on parle bien de discontinuité lorsqu'un objet se laisse attribuer des contenus qualitatifs ou quantitatifs disparates dans un champ de variabilité faible. Cet emploi est important, ne serait-ce que parce que les applications continues sont les êtres fonctionnels fondamentaux de la topologie (les morphismes de la catégorie associée), mais ce n'est pas lui qui fait comparaître l'opposition du continu et du discret.

Lorsqu'on parle du continu substantivement donc, on se réfère le plus souvent, de manière informelle, à la détermination essentielle de l'ensemble R des nombres réels, substrat de l'« analyse réelle », et dont la conquête fut si importante pour les mathématiques et la physique. Dans cette acception le continu s'oppose en effet au discret, l'ensemble des nombres réels présente une « richesse » qui le rend fortement hétérogène à ce que l'on comprend sous le mot discret ; en fait, R contient un sous-ensemble « discret » au sens fixé par la topologie, à savoir l'ensemble Z des entiers relatifs, si bien que l'opposition s'incarne comme l'opposition de R et Z, conformément au schéma élémentaire suivant :

L'opposition quantitative de ces deux ensembles fut révélée par Cantor, elle est en quelque sorte le point de départ de la théorie du transfini, la première illustration du sens qu'il y a à comparer les infinis au moyen de la notion d'équipotence tirée de la théorie des ensembles. L'ensemble Z a la même infinité que l'ensemble N, c'est l'infinité baptisée dénombrable, soit l'infinité de ce qui est justiciable d'une énumération, de ce qui s'égrène, s'ordonne en liste selon un principe permettant d'épuiser la totalité ; on pourrait appeler cette infinité l'infinité du « et ainsi de suite » ; or l'ensemble des nombres réels ne peut pas être énuméré de la sorte, on montre que toute supposée énumération permet de définir un nombre réel qui lui échappe, jamais atteint par elle : une énumération de R est « self-réfutative ». Le continu est donc associé à une infinité qui transcende par sa richesse le dénombrable du sous-ensemble discret Z : l'objet abstrait associé à cette infinité, le cardinal de R, se voit d'ailleurs appelé continu en théorie des ensembles.

L'opposition topologique tient dans le fait que R est un espace topologique connexe, un corps topologique connexe pour être plus précis, c'est-à-dire une entité qu'on ne peut pas faire éclater en deux bassins autarciques, en deux « ouverts » non triviaux, pour employer le mot fondamental du discours de la topologie. Alors que Z, comme tout espace discret, éclate en une infinité de tels bassins, chacun de ses éléments valant pour un « lieu » autonome (ne contaminant pas selon un bord d'autres lieux) : c'est un ensemble totalement morcelable, topologiquement constitué d'éléments « insulaires », collection « lacunaire » d'objets isolés (le concept d'espace topologique discret codifie cette séparabilité absolue dans le discours mathématique contemporain). On a longtemps parlé de cette opposition topologique du continu et du discret en se contentant de mentionner la « divisibilité à l'infini » qui règne dans R et qui n'est pas satisfaite dans Z ; mais on voit clairement aujourd'hui que cette propriété ne suffit pas à garantir l'impossibilité d'une scission de l'ensemble en deux ouverts : l'existence des nombres irrationnels, c'est-à-dire la non-existence d'un rationnel de carré 2 par exemple, permet de construire des morcellements de Q, qu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : professeur de philosophie des sciences, logique et épistémologie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  CONTINU & DISCRET  » est également traité dans :

ANALYSE NON STANDARD

  • Écrit par 
  • Jean-Michel SALANSKIS
  •  • 1 409 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle conception du continu »  : […] D'un tout autre point de vue, l'analyse non standard a apporté un élément de philosophie des mathématiques essentiel, une nouvelle vision du continu mathématique. Avec les moyens non standards – quelle que soit la formalisation particulière que l'on utilise – il apparaît que l'on peut « identifier » le continu à un ensemble hyperfini discret de rationnels, à un réseau de rationnels dont le pas es […] Lire la suite

ANAXAGORE (env. 500-428 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Fernando GIL, 
  • Pierre-Maxime SCHUHL
  •  • 1 867 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une philosophie « systémique » de l'un et du multiple »  : […] Dans le jeu entre l'un et le multiple, au cœur de la pensée préaristotélicienne, Anaxagore annonce une philosophie « systémique » qui trouvera son aboutissement chez les stoïciens ( systema est un terme technique stoïcien). Aristote range Anaxagore et Empédocle parmi « ceux qui posent l'unité et la multiplicité ( hen kai pollá ) » ( Physique I, 4, 187a, 22-23). En effet, le mélange primitif d' […] Lire la suite

NUMÉRIQUE ANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 645 mots

Dans le chapitre « Le concept d'approximation »  : […] Dans toutes les questions de représentation des nombres et des fonctions, il faut distinguer la recherche de solutions « exactes » de celle d'algorithmes d'« approximation » d'une solution. Mais on notera que le champ du concept d'approximation recouvre non seulement les problèmes issus de l'analyse mais aussi certaines questions purement algébriques. Ainsi, en algèbre linéaire, les méthodes itéra […] Lire la suite

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Des calculs numériques »  : […] Cette puissante théorie des proportions ne se contente pas de satisfaire un esprit épris de définitions ayant belle ordonnance ou un amateur de règles de calcul un peu exotiques. Elle est aussi le moteur de calculs approchés et, en quelque sorte, récupère tout un courant logisticien développé avec brio par les Égyptiens et les Babyloniens. Cet aspect calculatoire fonctionne grâce à l'ordre sur les […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Michel SALANSKIS, « CONTINU & DISCRET », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/continu-et-discret/