YUEFU [YUE-FOU]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme yuefu, l'un des plus originaux et des plus significatifs de l'histoire de la littérature chinoise, désigne d'abord, pendant un peu plus de cent ans, un département de l'administration impériale des Han antérieurs (206 av.-9 apr. J.-C.), le « Bureau de la musique », responsable de la collecte des chansons populaires et de la direction de la musique de cour ; puis il désigne les « poèmes à chanter » qu'ont élaborés ce conservatoire ou les services qui lui ont succédé ; puis les paroles nouvelles composées sur les mêmes airs par des poètes lettrés, ou encore les pièces de vers qui, sans être mises en musique, ont imité le style des précédentes et se sont donné pour titre le nom d'un « timbre » ancien ou nouveau ; enfin, par-delà même la dynastie des Tang, ces descendants lointains que furent les genres poétiques du ci et du qu. La fortune de ce terme et l'ampleur croissante de ses acceptions rappellent deux propriétés fondamentales de la poésie chinoise : son association avec la musique et sa régénération périodique aux sources du lyrisme populaire.

Le Bureau de la musique, laboratoire du lyrisme classique

Les contradictions des historiens anciens ne permettent pas d'affirmer que l'empereur Wudi des Han (140-87 av. J.-C.) ait créé lui-même le Bureau de la musique. Du moins a-t-il assigné vers 111 à ce service, sous la direction de son favori, le musicien Li Yannian, une mission originale : fournir à de nouvelles cérémonies religieuses, que l'empereur voulait splendides, une musique digne d'elles, c'est-à-dire libérée des contraintes de l'insipide musique ancienne et hardie à s'inspirer des airs populaires ou même barbares. Outre la supervision de ces liturgies, le Yuefu eut la charge d'assurer les divertissements musicaux de la cour et rassembla des spécialistes venus de tout l'Empire, chanteurs, acteurs et musiciens. Foyer de perdition aux yeux des confucianistes, le Yuefu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  YUEFU [ YUE-FOU ]  » est également traité dans :

BO JUYI [PO KIU-YI] (772-846)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 634 mots

Dans le chapitre « Le censeur et l'auteur satirique »  : […] Lorsque Bo eut été nommé censeur, il chercha, pour marquer sa reconnaissance, à faire le meilleur usage possible des deux cents feuilles de « papier censorial » qui lui étaient allouées chaque mois pour ses remontrances. Se réglant sur le modèle confucéen du bon conseiller – « les yeux et les oreilles » de l'empereur –, il s'appliqua à « sauver le monde », sans craindre les puissants : il combatti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bo-juyi-po-kiu-yi/#i_22699

CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 401 mots

À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda la dynastie des Wei. C'était la première fois dans l'histoire de Chine qu'une abdication consommait un chan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cao-pi-ts-ao-p-i-ou-cao-pei-ts-ao-p-ei-187-226-empereur-sous-le-nom-de-wendi-wen-ti-220-226/#i_22699

CAO ZHI [TS'AO TCHE] (192-232)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 383 mots

Dans le chapitre « Désastres et chefs-d'œuvre »  : […] Son biographe, l'auteur de l' Histoire des trois royaumes ( San guo zhi ), retrace sa carrière avec une dramatique simplicité. Dès son enfance, Cao Zhi séduisit son père, le grand Cao Cao (155-220), dont le génie a dominé la crise ultime de l'histoire des Han, par la précocité de ses dons. Devenu le maître de l'Empire, Cao Cao poussa la faveur jusqu'à v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cao-zhi-ts-ao-tche/#i_22699

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « La vie intellectuelle sous les Han »  : […] Sous les premiers Han, la cour impériale et, pendant le ii e  siècle avant notre ère, les cours princières (en particulier celles des princes de Huainan et de Liang) sont le centre de l'activité intellectuelle, littéraire, scientifique et artistique. Elles réunissent une clientèle de lettrés, de savants et d'artistes. C'est dans ce milieu que se d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_22699

CI [TS'EU], genre littéraire chinois

  • Écrit par 
  • Chantal CHEN-ANDRO
  •  • 1 028 mots

Dans le chapitre « Les origines du genre »  : […] La querelle sur les origines de ce genre a partagé en deux groupes le monde littéraire chinois jusqu'à une époque relativement récente. Aux critiques qui situent le ci au terme d'une évolution parallèle à la poésie régulière et fondent leurs assertions sur le caractère anisométrique des vers s'opposent ceux qui s'efforcent d'établir une filiation entre ce type de poésie et c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ci-ts-eu-genre-litteraire-chinois/#i_22699

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cycles lyriques »  : […] La longue durée du lyrisme chinois permet cependant de déceler un certain ordre dans la juxtaposition ou la succession de ses courants. L'une des figures qu'ils ont coutume de dessiner est un cercle, sur lequel se succèdent périodiquement des phénomènes analogues. On admet que l'impulsion première réside dans le génie anonyme des masses, créateur des rythmes, tels que les mètres irréguliers des H […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_22699

SHI [CHE], genre littéraire chinois

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 997 mots

Dans le chapitre « Shi dans son acception restreinte »  : […] Un rapprochement qui tient à vrai dire de l'artifice a été fait entre le caractère shi , où figure la clé de la parole, et le caractère zhi , « volonté, idéal », où figure celle du cœur. Le zhi , qui est en quelque sorte à l'état potentiel dans le cœur, s'exprime par la parole ; il se réalisera par le shi . Cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shi-che-genre-litteraire-chinois/#i_22699

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, « YUEFU [YUE-FOU] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yuefu-yue-fou/