YUEFU [YUE-FOU]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âge d'or des yuefu

L'histoire des yuefu, si l'on prenait le mot dans son sens le plus large, tendrait à embrasser une grande partie du lyrisme chinois. Il paraît raisonnable de réduire le domaine de ce genre envahissant aux « poèmes à chanter » des Han (et secondairement des Six Dynasties), proches du lyrisme populaire quoique recomposés par des musiciens professionnels. Bien que d'application délicate, les critères de l'anonymat et de l'observance d'un schéma musical permettent théoriquement d'exclure de ce champ d'étude non seulement les imitations des lettrés mais également les refrains populaires dépourvus d'accompagnement musical (geyao) ou les « poèmes anciens » (gushi), qui, tout anonymes qu'ils sont, annoncent déjà le divorce de la poésie et de la musique.

Il existe plusieurs systèmes de classification de ces poèmes, fondés sur des critères d'ordre musical dont la légitimité, la musique ayant disparu, ne peut être démontrée. On préférera partir du texte des poèmes et de leur fonction et distinguer, pour l'époque des Han, trois catégories de chants : 1. des airs liturgiques (jiaomiao ge) ou de cérémonie (yanshe ge) ; 2. des airs militaires (guchui qu) ; 3. des airs divers, d'origine plus ou moins populaire (xianghe ge, etc.). Ce dernier groupe est le plus intéressant. Les quelques dizaines de pièces qui en ont survécu suffisent à donner une idée de la puissance de ce courant poétique. Dans une langue simple, directe et parfois humoristique, se développent des récits ou des descriptions d'un réalisme remarquable : fables, ballades, tableaux de la vie urbaine, portraits de la belle hôtesse ou de l'épouse modèle. Les pièces proprement lyriques reprennent à la tradition le thème taoïsant des randonnées dans l'espace et des visites au séjour des Immortels. Par contre, celui de la fuite du temps, de l'impermanence et de la quête des plaisirs prend à cette époque une intensité et une gravité nouvelles. Autre originalité, la plus révélatrice peut-être d'une inspiration authentiquement populaire : des pièces satiriques prennent vigoureusement la défense des opprimés – les femmes, les enfants, les pauvres – et condamnent les guerres lointaines ou l'avidité et la corruption des puissants. Sous les Six Dynasties, le deuxième âge des yuefu voit s'épanouir au Sud une poésie amoureuse subtile et délicate, au Nord un lyrisme plus fruste, les chants d'amour et de guerre des cavaliers de la steppe.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  YUEFU [ YUE-FOU ]  » est également traité dans :

BO JUYI [PO KIU-YI] (772-846)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 634 mots

Dans le chapitre « Le censeur et l'auteur satirique »  : […] Lorsque Bo eut été nommé censeur, il chercha, pour marquer sa reconnaissance, à faire le meilleur usage possible des deux cents feuilles de « papier censorial » qui lui étaient allouées chaque mois pour ses remontrances. Se réglant sur le modèle confucéen du bon conseiller – « les yeux et les oreilles » de l'empereur –, il s'appliqua à « sauver le monde », sans craindre les puissants : il combatti […] Lire la suite

CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 401 mots

À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda la dynastie des Wei. C'était la première fois dans l'histoire de Chine qu'une abdication consommait un chan […] Lire la suite

CAO ZHI [TS'AO TCHE] (192-232)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 383 mots

Dans le chapitre « Désastres et chefs-d'œuvre »  : […] Son biographe, l'auteur de l' Histoire des trois royaumes ( San guo zhi ), retrace sa carrière avec une dramatique simplicité. Dès son enfance, Cao Zhi séduisit son père, le grand Cao Cao (155-220), dont le génie a dominé la crise ultime de l'histoire des Han, par la précocité de ses dons. Devenu le maître de l'Empire, Cao Cao poussa la faveur jusqu'à vouloir faire de Cao Zhi son héritier, de pré […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « La vie intellectuelle sous les Han »  : […] Sous les premiers Han, la cour impériale et, pendant le ii e  siècle avant notre ère, les cours princières (en particulier celles des princes de Huainan et de Liang) sont le centre de l'activité intellectuelle, littéraire, scientifique et artistique. Elles réunissent une clientèle de lettrés, de savants et d'artistes. C'est dans ce milieu que se développe une poésie de cour savante issue des poèm […] Lire la suite

CI [TS'EU], genre littéraire chinois

  • Écrit par 
  • Chantal CHEN-ANDRO
  •  • 1 028 mots

Dans le chapitre « Les origines du genre »  : […] La querelle sur les origines de ce genre a partagé en deux groupes le monde littéraire chinois jusqu'à une époque relativement récente. Aux critiques qui situent le ci au terme d'une évolution parallèle à la poésie régulière et fondent leurs assertions sur le caractère anisométrique des vers s'opposent ceux qui s'efforcent d'établir une filiation entre ce type de poésie et celle des Tang ou le y […] Lire la suite

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 722 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cycles lyriques »  : […] La longue durée du lyrisme chinois permet cependant de déceler un certain ordre dans la juxtaposition ou la succession de ses courants. L'une des figures qu'ils ont coutume de dessiner est un cercle, sur lequel se succèdent périodiquement des phénomènes analogues. On admet que l'impulsion première réside dans le génie anonyme des masses, créateur des rythmes, tels que les mètres irréguliers des H […] Lire la suite

SHI [CHE], genre littéraire chinois

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 997 mots

Dans le chapitre « Shi dans son acception restreinte »  : […] Un rapprochement qui tient à vrai dire de l'artifice a été fait entre le caractère shi , où figure la clé de la parole, et le caractère zhi , « volonté, idéal », où figure celle du cœur. Le zhi , qui est en quelque sorte à l'état potentiel dans le cœur, s'exprime par la parole ; il se réalisera par le shi . Celui-ci serait donc « ce vers quoi tend l'idéal ». Cette signification vaut ce qu'elle vau […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, « YUEFU [YUE-FOU] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yuefu-yue-fou/