BO JUYI [PO KIU-YI] (772-846)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bo Juyi est un type. Fonctionnaire lettré, il fit, dans la première moitié du ixe siècle, une carrière honorable mais sans éclat, dont son œuvre littéraire, en dévoilant les ambitions et les passions de l'homme, explique les détours. Une carrière moyenne, des passions moyennes, mais auxquelles le génie de l'écrivain a conféré une valeur exemplaire. Bo Juyi a déclaré lui-même que son œuvre était la traduction de tout ce qu'il avait aimé, senti ou réalisé. Il n'a cessé en effet de « se raconter » ; les quelque trois mille sept cents poèmes qui nous sont parvenus de lui constituent une longue chronique de son existence. Outre la poésie, il n'est guère de genre dans lequel ce parfait lettré ne se soit distingué. Des recueils de ses « récitatifs » – fu – ou de ses « jugements » – pan – servirent de manuels aux étudiants qui préparaient les examens d'État. Et c'est sans doute par centaines qu'il faut compter les documents officiels qu'il rédigea au nom ou à l'adresse de l'empereur.

Fluctuations d'une carrière

Bo Juyi était issu d'une lignée de fonctionnaires provinciaux qui n'avaient jamais fait parler d'eux. Lorsqu'il naquit en 772 en Chine, dans le Henan, sa famille vivait pauvrement. Ces difficultés s'accrurent lors des troubles des années quatre-vingts, qui virent la rébellion de plusieurs gouverneurs militaires, la fuite momentanée de l'empereur, des dévastations et des famines. Les biographes de Bo insistent sur les impressions qu'ont dû lui laisser les horreurs de cette époque. Malgré la précocité de ses dons, ce n'est qu'avec plusieurs années de retard qu'il put passer en 800 l'examen de jinshi. Mais ses talents littéraires lui valurent d'être admis rapidement à l'académie Hanlin, puis d'accéder au poste de censeur impérial où, pendant deux ans (808-810), déployant une activité intense et courageuse, il multiplia les critiques à l'égard de la politique impériale. Après une retraite de trois ans, pendant lesquels il porta le deuil de sa mère, une nouvelle audace le fit bannir, en 815, à Jiangzhou – l'actuel Jiujiang dans le Jiangxi –, où il vécut libre et oisif, parcourant les monts du Lushan et s'y faisant construire un cottage. Ainsi débuta la deuxième étape de sa carrière : Bo cessa de jouer un rôle politique actif, et se contenta désormais, malgré les chances que lui offrait l'ascension des Yang, ses parents par alliance, de postes sans gloire et sans danger. Il fut notamment préfet de Dongzhou dans le Sichuan, dont les aborigènes lui semblèrent des sauvages, de Hangzhou, où, entre autres travaux d'intérêt public, il fit réparer la digue qui porte encore son nom, et enfin de Suzhou. Dans les intervalles de ses séjours en province, il occupa plusieurs postes dans l'administration centrale et s'éleva jusqu'au rang de vice-président du ministère de la Justice. La troisième et dernière étape de son existence s'ouvrit en 829, lorsqu'il se retira à Luoyang, dans la propriété qu'il avait acquise quelques années auparavant, pour n'en plus bouger jusqu'à sa mort.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BO JUYI [ PO KIU-YI ] (772-846)  » est également traité dans :

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 467 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conséquences et réactions »  : […] Tout ce qu'on peut dire en faveur de ce système (et le peuple à ce propos ne se trompait guère, qui faisait aux concours une confiance excessive peut-être, mais significative), c'est que ce mode de recrutement et de promotion évitait de confier le privilège d'administrer à la seule aristocratie héréditaire ; qu'il réalisait – malgré tout – une forme de sélection, qu'on ne peut dire « démocratique  […] Lire la suite

YUAN ZHEN [YUAN TCHEN] (779-831)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 706 mots

Yuan Zhen est souvent cité comme le grand ami de Bo Juyi, et leur amitié est l'une des plus fameuses de l'histoire chinoise, dans un pays où l'amitié a souvent tenu dans les lettres la place de l'amour chez nos poètes. Par lui-même, Yuan Zhen a cependant une personnalité qui mérite qu'on s'y arrête. Enfant très précoce, il passe les examens impériaux à quatorze ans, et à vingt-trois ans, quand il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, « BO JUYI [PO KIU-YI] (772-846) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bo-juyi-po-kiu-yi/