FU [FOU], genre littéraire chinois

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le fu est un genre littéraire original dans la littérature chinoise, dont il est difficile de dire s'il se rattache, selon nos catégories occidentales, à la poésie ou à la prose. L'histoire du fu montre en fait que, malgré le traditionalisme de l'écrivain chinois, l'esprit a su finalement dominer les formes reçues du passé et transformer les règles d'un genre littéraire.

Les antécédents

Le terme de fu a, dans la langue chinoise ancienne, des significations très diverses qu'il importe de définir pour comprendre quel genre littéraire il désigne. Les sens primitifs, voisins les uns des autres, sont : « recueillir », « prendre », « fixer un impôt », « impôt », « corvée ». Mais, peut-être par confusion avec un mot quasi homophone, le terme a aussi dès l'Antiquité signifié « distribuer », « donner », « faire connaître ». Ce peut être aussi bien à partir de ce dernier sens qu'en relation avec celui de « prestation d'un inférieur à un supérieur » que l'on a, comme premier emploi littéraire du mot, le sens de « déclamer » une poésie. Ces déclamations étaient, dans les anciens temps, le fait de jongleurs, de baladins qui déployaient leurs talents devant le seigneur et ses hôtes. Lié à l'idée de « faire connaître », « publier », fu a désigné, peut-être assez tard, à la fois un procédé poétique, celui de l'exposition, et un genre littéraire, à savoir un exposé (description ou récit) écrit pour être déclamé, dont on traitera ici. On l'a traduit par « récitatif », mais il nous paraît intraduisible : aussi maintiendra-t-on le terme de fu.

Quelles sont les origines de ce genre littéraire ? Bien que ce soit par une classification tardive que les Paroles de Chu (Chu ci) ont été considérées comme des fu, il est incontestable que ces poèmes, avec leur richesse de vocabulaire et leur prosodie particulière, plus faite pour la déclamation que pour le chant, sont les précurseurs des fu. Cependant, les fu sont plus directement liés aux divertissements des cours seigneuriales à la fin de la période féodale (du ve au iiie s. av. J.-C.). Ceux-ci consistaie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII, directeur de l'Institut des hautes études chinoises au Collège de France

Classification


Autres références

«  FU [ FOU ], genre littéraire chinois  » est également traité dans :

BAN GU [PAN KOU] (32-92)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 303 mots

Des trois enfants du lettré Ban Biao, l'un, Ban Chao, fut un valeureux capitaine, les deux autres, Ban Gu et leur sœur Ban Zhao, de grands historiens. Pour réaliser le projet de son père, Ban Gu entreprit de donner une suite aux Mémoires historiques ( Shiji ) de Sima Qian. D'abord mis en prison pour avoir pris l'initiative d'écrire l'histoire de l'État, il reçut finalement l'ordre de poursuivre s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ban-gu-pan-kou/#i_18575

CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 401 mots

À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda la dynastie des Wei. C'était la première fois dans l'histoire de Chine qu'une abdication consommait un chan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cao-pi-ts-ao-p-i-ou-cao-pei-ts-ao-p-ei-187-226-empereur-sous-le-nom-de-wendi-wen-ti-220-226/#i_18575

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La poésie »  : […] Ce n'est guère que chez quelques poètes, comme on l'a déjà dit, que l'inspiration taoïste resta productive sous les Han. Ces poètes s'inspiraient eux-mêmes des Paroles de Chu , dont l'élan mystique s'assagit peu à peu et donna naissance à ce qu'on appela le fu , sorte de récitatif libre, dont le ton restait incantatoire et très soutenu, mais qui tourna peu à peu, sous les Han, au genre descriptif, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_18575

JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 634 mots

Dans le chapitre « Pour l'avenir de la poésie »  : […] Au crédit de ces auteurs, il faut mettre encore deux réalisations d'une grande portée. Tout d'abord l'élargissement du domaine de la poésie shi . Grâce à eux, l'art poétique englobe désormais sans honte la poésie chantée, autrefois cultivée par les musiciens de la cour et leurs imitateurs anonymes. Non content de cette annexion, il mord aussi sur le genre littéraire le plus noble, le plus raffiné, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jian-an-kien-ngan-les-sept-poetes-de-la-periode/#i_18575

JIA YI [KIA YI] (201-169 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 684 mots

Le premier des auteurs connus de fu est Jia Yi, dont la biographie nous est retracée dans le Shi ji de Sima Qian, à la suite de celle de son grand modèle, Qu Yuan. L'historien nous trace les grandes lignes d'une existence qui a été, elle aussi, un archétype. Homme du nord de la Chine, Jia Yi était capable à dix-huit ans de réciter les classiques des documents et de la poésie, et la renommée de so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jia-yi-kia-yi/#i_18575

LU JI [LOU KI] (261-303)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 373 mots

Poète et général chinois, Lu Ji descend d'une longue lignée d'aristocrates sudistes, de la région de Suzhou, royaume indépendant lors de sa naissance mais qui fut conquis par les Jin en 280. Quelques années plus tard, Lu Ji et son frère Lu Yun se rendent dans la nouvelle capitale, Luoyang, où ils sont reçus avec un mélange de mépris (pour leurs origines sudistes) et d'admiration (pour leurs talent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lu-ji-lou-ki/#i_18575

SIMA XIANGRU [SSEU-MA SIANG-JOU] (env. 179-117 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 1 198 mots

Dans le chapitre « Poète et courtisan »  : […] Les œuvres attribuées à Sima Xiangru que l'on peut considérer comme authentiques, qu'elles soient en prose ou dans cette forme mi-prosaïque mi-versifiée qu'on appelle le fu , sont tout entières contenues dans le Shi ji de Sima Qian, composé quelques dizaines d'années après la mort du poète. Il est certain cependant qu'on se trouve devant un choix de textes, de ceux qui ont paru à son premier biog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sima-xiangru-sseu-ma-siang-jou/#i_18575

SU SHI [SOU CHE] (1037-1101)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 2 028 mots

Dans le chapitre « L'œuvre littéraire »  : […] Il s'agit bien ici de toute l'œuvre littéraire de Su Shi, et non pas seulement de son œuvre poétique, bien que celle-ci soit de beaucoup la plus célèbre. Ses écrits en prose sont en effet nombreux et quelques-uns sont restés fameux. Il écrit une langue qui a subi l'influence du retour à l'antique (  gu wen ) de Han Yu, où l'expression est empreinte de clarté et de force. On a de lui, dans le recue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/su-shi-sou-che/#i_18575

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves HERVOUET, « FU [FOU], genre littéraire chinois », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fu-fou-genre-litteraire-chinois/