SHI JING [CHE KING]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Shi jing (Canon des poèmes) est le Livre saint de la poésie. Il fait partie de la liste des cinq Jing (Livres canoniques) les plus vénérés, c'est-à-dire des ouvrages mis plus ou moins directement sous le patronage de Confucius. La tradition attribuait au sage lui-même le choix des trois cent cinq poèmes qui composent cette anthologie. Mais il se pourrait que le Shi jing ait existé déjà tel quel avant Confucius. Celui-ci aurait seulement donné une forte impulsion à l'étude de cet ouvrage. Un homme qui ignore les Poèmes, disait-il, est comme quelqu'un qui se tiendrait face à un mur, ayant sa vue limitée et incapable d'avancer.

Divisions traditionnelles de l'ouvrage

Les Poèmes, très rythmés, sont facilement retenus par cœur. Il y a donc tout lieu de croire que le texte actuel, divisé en quatre parties, est très proche de celui que connaissait Confucius.

La première partie, intitulée Guo feng, « Airs des principautés », est formée de poésies populaires, ou de caractère populaire, en majeure partie profanes, groupées selon leur pays d'origine.

Les Ya (ya veut dire « ce qui convient »), qui composent les deux parties suivantes, sont subdivisés en petits Ya, où sont rassemblées des poésies de cour, chantées à l'occasion des fêtes et des cérémonies de moindre importance, et grands Ya, à savoir des chants exécutés en des occasions plus solennelles, lors des cérémonies royales par exemple.

La quatrième partie, Song (« Éloge »), comprend surtout des hymnes religieux, à la louange des premiers rois. On les exécutait pendant les sacrifices aux ancêtres.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : maître assistant honoraire de l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  SHI JING [ CHE KING ]  » est également traité dans :

BO JUYI [PO KIU-YI] (772-846)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 634 mots

Dans le chapitre « Le censeur et l'auteur satirique »  : […] Lorsque Bo eut été nommé censeur, il chercha, pour marquer sa reconnaissance, à faire le meilleur usage possible des deux cents feuilles de « papier censorial » qui lui étaient allouées chaque mois pour ses remontrances. Se réglant sur le modèle confucéen du bon conseiller – « les yeux et les oreilles » de l'empereur –, il s'appliqua à « sauver le monde », sans craindre les puissants : il combatti […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 067 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La religion paysanne de l'Antiquité »  : […] Les plus anciens classiques chinois, à commencer par le Shi jing ou Livres des vers , fournissent déjà, quoique remaniés, de bons témoignages d'ordre religieux. Ils nous permettent de constater que, dès l'époque –  viii e  siècle avant J.-C. au plus tard – dont ils sont le reflet indirect, la religion chinoise se présente sous deux aspects assez différenciés : la religion du roi et de la noblesse […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Zhou occidentaux (1050-771 av. J.-C.) »  : […] À cette époque remontent trois recueils, les Documents ( Shu ), les Poèmes ( Shi ) et les Mutations ( Yi ), qui sont à la base de la tradition littéraire chinoise. La datation en est du reste approximative ; d'après la critique actuelle, la plupart de ces textes ne sont guère antérieurs à l'an 800 et certains d'entre eux descendent jusqu'à 600 environ et même plus bas. Ces trois recueils passent r […] Lire la suite

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les classiques confucéens »  : […] Qu'étaient-ce donc que ces classiques confucéens qui faisaient trembler Li Si ? « Je m'attache aux Anciens avec confiance et affection », disait prudemment Kongzi. Tout en se proposant de corriger le désordre présent, ce novateur se défendait de rien changer à l'ordre ancien. L'ordre ancien, tel que l'avaient consigné quelques livres : le Yi jing ou Canon des mutations , le Shu jing ou Canon des […] Lire la suite

ERYA [EUL-YA]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 182 mots

Le plus ancien des dictionnaires chinois, un des treize classiques du confucianisme. Le Erya n'est pas un dictionnaire de caractères, mais un vocabulaire avec des explications. Ce vocabulaire paraît surtout emprunté au Livre des odes ou Shi jing , dont les expressions dialectales nécessitent une « interprétation en langue courtoise » (tel est le sens du titre). D'abord attribué au duc de Zhou, i […] Lire la suite

SHI [CHE], genre littéraire chinois

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 997 mots

Dans le chapitre « Shi dans son acception restreinte »  : […] Un rapprochement qui tient à vrai dire de l'artifice a été fait entre le caractère shi , où figure la clé de la parole, et le caractère zhi , « volonté, idéal », où figure celle du cœur. Le zhi , qui est en quelque sorte à l'état potentiel dans le cœur, s'exprime par la parole ; il se réalisera par le shi . Celui-ci serait donc « ce vers quoi tend l'idéal ». Cette signification vaut ce qu'elle vau […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Odile KALTENMARK, « SHI JING [CHE KING] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/shi-jing-che-king/