Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

YUEFU [YUE-FOU]

Articles

  • YUEFU [YUE-FOU]

    • Écrit par Jean-Pierre DIÉNY
    • 1 237 mots

    Le terme yuefu, l'un des plus originaux et des plus significatifs de l'histoire de la littérature chinoise, désigne d'abord, pendant un peu plus de cent ans, un département de l'administration impériale des Han antérieurs (206 av.-9 apr. J.-C.), le «  Bureau de la musique »,...

  • BO JUYI [PO KIU-YI] (772-846)

    • Écrit par Jean-Pierre DIÉNY
    • 1 636 mots
    ...– prenaient place cent soixante-dix pièces environ, les plus chères au cœur du poète réformateur. Le noyau en était constitué par cinquante « nouveaux yuefu », où revivait l'esprit satirique des chansons des Han, héritières directes du Shi jing. Ces chansons, pensait Bo, auraient dû voler de...
  • CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

    • Écrit par Jean-Pierre DIÉNY
    • 402 mots

    À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda...

  • CAO ZHI [TS'AO TCHE] (192-232)

    • Écrit par Jean-Pierre DIÉNY
    • 1 385 mots
    .... Mais c'est comme poète lyrique que Cao Zhi s'est élevé au premier rang. Dans les quelque quatre-vingt-dix pièces qu'il a laissées, en majorité des « poèmes à chanter » ( yuefu), la critique a très tôt remarqué l'harmonieux équilibre de l'inspiration et de l'expression.
  • CHINE - Histoire jusqu'en 1949

    • Écrit par Jean CHESNEAUX, Jacques GERNET
    • 44 594 mots
    • 50 médias
    ...de Chu (Chu ci) et qui consiste en longues descriptions rythmées dénommées fu. En 110 avant J.-C. est créé, à la cour de l'empereur Wu, un Bureau de la musique (Yue fu) qui, par des emprunts aux populations étrangères et aux milieux populaires, renouvelle les formes poétiques héritées de l'antique...
  • CI [TS'EU], genre littéraire chinois

    • Écrit par Chantal CHEN-ANDRO
    • 1 025 mots
    ...assertions sur le caractère anisométrique des vers s'opposent ceux qui s'efforcent d'établir une filiation entre ce type de poésie et celle des Tang ou le yuefu. Se plaçant également d'un point de vue formel, ces derniers essaient de faire naître le ci d'une mutation des formes régulières. Or l'irrégularité...
  • LYRISME

    • Écrit par Jamel Eddine BENCHEIKH, Jean-Pierre DIÉNY, Jean-Michel MAULPOIX, Vincent MONTEIL, René SIEFFERT
    • 10 725 mots
    • 2 médias
    ...pendant la jeunesse de chaque genre que s'affirme, par une double réaction contre la littérature établie, l'association de formes et de thèmes originaux : à l'anarchie prosodique des yue fu des Han sont liés les thèmes de la protestation sociale et de l'évasion, taoïque ou épicurienne ; la nouveauté...
  • SHI [CHE], genre littéraire chinois

    • Écrit par Odile KALTENMARK
    • 989 mots
    ...J.-C., et est encore employé spontanément par Tao Qian au ive siècle. Ces « poèmes anciens », du moins ceux des Han, étaient souvent issus des Yuefu (mot à mot : « Bureau de la musique »). Ce genre poétique doit son nom à l'académie fondée par l'empereur Wu des Han en vue de faire recueillir et...