VIOLENCE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La violence est-elle innée ?

La question première posée par les philosophes à ce sujet est celle de savoir si les hommes n’ont fait que prolonger une violence omniprésente dans la nature ou si l’espèce humaine a engagé notre planète dans une violence inconnue jusqu’alors. L’enjeu d’une pareille interrogation est évidemment considérable puisque, selon la réponse apportée, un espoir peut se dessiner ou, au contraire, un sentiment de fatalisme peut nous gagner. Si la nature est violente, il faudrait « dénaturer » l’homme pour qu’il puisse rompre avec ce déterminisme. Est-ce possible ? Et si c’est possible, est-ce souhaitable ? Mais si, à l’inverse, c’est l’homme qui a introduit la violence dans une nature qui en ignorait les manifestations, il devient envisageable de le transformer par l’éducation et/ou de modifier en profondeur les sociétés violentes qui ont existé depuis l’apparition de l’espèce humaine.

Nombre de penseurs ont partagé la thèse de Joseph de Maistre (1753-1821) qui considérait la violence comme la grande loi de la nature : « Déjà, dans le règne végétal, on commence à sentir la loi : depuis l’immense catalpa jusqu’à la plus humble graminée, combien de plantes meurent, et combien sont tuées ! Mais, dès que vous entrez dans le règne animal, la loi prend tout à coup une épouvantable évidence [...] Au-dessus de ces nombreuses races d’animaux est placé l’homme, dont la main destructrice n’épargne rien de ce qui vit » (Les Soirées de Saint-Pétersbourg, 1821). Avec l’homme se manifesterait simplement une dramatisation de cette loi qui s’impose à tous les êtres vivants : si les animaux se tuent entre espèces, seuls les primates tuent les membres de celle à laquelle ils appartiennent ; et, si, dans un « état de nature », des agressions ponctuelles peuvent survenir, elles sont sans commune mesure avec ce qui est apparu avec notre espèce. Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) a résumé dans un superbe oxymore ce qu’il en était de cette « violence » naturelle avant la naissance des sociétés historiques : « Partout régnait l’état de guerre et toute la Terre était en paix », écrit-il dans son Essai sur l’origine des langues (posthume, 1781). L’intuition rousseauiste d’une explosion de violence liée à l’apparition de l’agriculture et à la sédentarité a été vérifiée par les paléontologues. L’explication en est simple : lorsque nous étions nomades, il nous suffisait de nous emparer de nos modestes biens pour fuir un ennemi jugé trop dangereux. Mais, si nous avons semé nos champs, nous sommes condamnés à défendre les armes à la main les terres qui assurent notre subsistance.

Cette thèse rousseauiste éclaire de façon pertinente les affrontements violents entre les groupes, mais elle laisse dans l’ombre ce qu’il en est de la violence intragroupe. Rousseau considère à son propos la propriété comme responsable des inégalités qui nourrissent la violence de nos sociétés, les riches n’hésitant pas à user de la force pour préserver leurs privilèges, tandis que les hommes privés de biens se révoltent contre ceux qui en possèdent la plus grande partie. Mais cette explication est-elle convaincante ? S’attaquer à toutes les inégalités, n’est-ce pas un rêve dangereux qui retire à la société tout son dynamisme ? C’est ce que semble redouter le personnage de Calliclès dans le Gorgias de Platon (env. 428-env. 347 av. J.-C.). Une lecture sommaire de son discours peut nous laisser croire qu’il prend modèle sur la « loi du plus fort » qui régnerait dans la nature et qu’il nous inviterait à nous « ensauvager » : « La nature nous montre partout, chez les animaux et chez l’homme, dans les cités et dans les familles, qu’il en est bien ainsi, que la marque du juste, c’est la domination du puissant sur le faible et sa supériorité admise. » Mais une autre interprétation nous permet de découvrir un personnage plus subtil qui s’inquiète des dérives de l’égalitarisme. Ce n’est pas la force brute que revendique Calliclès, mais le triomphe de l’excellence que rend impossible une démocratie où les plus nombreux feraient la loi. Deux millénaires avant Alexis de Tocqueville (1805-1859), Calliclès nous mettait en garde contre la « tyrannie de la majorité » mise en évidence dans De la démocratie en Amérique (1835-1840).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Autres références

«  VIOLENCE  » est également traité dans :

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 200 mots
  •  • 3 médias

Au sens le plus immédiat, la violence renvoie à des comportements et à des actions physiques : elle consiste dans l'emploi de la force contre quelqu'un, avec les dommages que cela entraîne. Cette force prend sa qualification de violence en fonction de normes qui varient historiquement et culturellement. S'il y a des faits que nous nous accordons tous à cons […] Lire la suite

VIOLENCE, notion de

  • Écrit par 
  • Philippe BRAUD
  •  • 1 458 mots

Bien qu'il s'agisse d'une notion à bien des égards trop familière, il est difficile de définir la violence. À cela, de multiples raisons. Et d'abord, le fait qu'elle recouvre des comportements très disparates. On parle de violences domestiques et de violences politiques, de violences physiques et de violences morales, tous comportements qui, assurément, ne […] Lire la suite

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 658 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Déviance »  : […] Les adolescents sont souvent en proie à un sentiment d'impuissance du fait du peu de moyens dont ils disposent pour construire leur propre vie. Ils ont donc l'impression d'être en situation marginale et de ne jouer aucun rôle social clairement défini. Ils ont alors tendance à chercher ailleurs le respect auquel ils estiment avoir droit. Ils peuvent ainsi vouloir établir pour leur monde, où les ad […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Tensions sociales »  : […] La constance d'un niveau élevé de violence sociale et de criminalité, la montée de la xénophobie contre les migrants venant du reste du continent déclenchant des émeutes violentes régulières (2008, 2014, 2019) ou encore l'émergence d'un islam fondamentaliste – même s’il est très limité – fragilisent le tissu social, alimentent une tendance au repli communautaire et de classe, et à un enfermement […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'État vacille »  : […] À la fin de l'année 1992, « une guerre sans nom » s'installe, qui fera des milliers de victimes, dont l'écrivain Tahar Djaout, le psychiatre Mahfoud Boucebci, l'économiste Djilali Liabès, et l'ancien Premier ministre Kasdi Merbah. Tous ont été assassinés durant l'année 1993. On estime à 10 000 le nombre d'islamistes enfermés dans les camps du Sud algérien. Selon un communiqué d'Amnesty Internatio […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La contestation »  : […] En dehors de la presse et des forces patronales, syndicales et religieuses, la république fédérale d'Allemagne a vu s'affirmer, dès la fin des années soixante, la contestation des étudiants, dont une minorité choisit la violence comme forme d'expression politique pour condamner la dépendance allemande vis-à-vis des États-Unis d'Amérique engagés au Vietnam et rompre avec la société capitaliste. Ap […] Lire la suite

AMOUR, COLÈRE ET FOLIE (M. Vieux-Chauvet)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 1 080 mots

La réédition en 2005 par les éditions Emina Soleil, associées à Maisonneuve et Larose, de la trilogie romanesque de Marie Vieux-Chauvet, Amour, Colère et Folie , a fait événement. En effet, l'ouvrage, publié chez Gallimard en 1968, était devenu introuvable dès sa sortie. Il avait été retiré de la vente, à la demande de l'auteur et de sa famille qui craignaient les représailles du pouvoir haïtien a […] Lire la suite

BOKO HARAM

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 375 mots

Dans le chapitre « L’expansion de Boko Haram »  : […] Boko Haram attire l’attention des médias en juillet 2009, en s’attaquant à des postes de police, en représailles aux violences que ses membres auraient eux-mêmes subies. Plus de six cents personnes trouvent la mort dans les combats qui s’ensuivent. Mohamed Youssouf et plusieurs dirigeants du mouvement sont arrêtés et exécutés sommairement, leurs corps exposés en public. Après plusieurs mois d’inac […] Lire la suite

CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831)

  • Écrit par 
  • André GLUCKSMAN
  •  • 4 624 mots

Dans le chapitre « La guerre, un duel »  : […] La guerre est un duel, elle « repose sur l'action incessante que les deux camps exercent l'un sur l'autre ». Cette proposition distingue deux pratiques : la lutte de l'homme contre la nature (jeux de probabilités), la lutte de l'homme contre l'homme (jeux stratégiques). Dans la première, nous devons prévoir la réaction de la chose sur laquelle nous agissons ; dans la seconde, il ne suffit pas de p […] Lire la suite

COLOMBIE

  • Écrit par 
  • Marcel NIEDERGANG, 
  • Olivier PISSOAT, 
  • Clément THIBAUD
  • , Universalis
  •  • 13 651 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La « guerre contre la société » »  : […] Au cours des années 1999-2002, la Colombie a traversé l'une des pires crises économiques de son histoire avec une diminution de 3,8 p. 100 du PIB en 1999. En 2003, le pays retrouve un taux de croissance de 4,12 p. 100. Cette crise a frappé les couches populaires exsangues, elle a affaibli la classe moyenne et contraint des centaines de milliers de personnes à émigrer. Les problèmes politiques ne […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25 août 2021 Japon. Condamnation à mort d'un chef de gang de yakusas.

basé à Kitakyūshū, dans la même préfecture, pour quatre actes de violence survenus entre 1998 et 2016, dont l’un a causé la mort du patron d’une coopérative de pêche. Le numéro deux du gang, Fumio Tanoue, est condamné à la prison à perpétuité. Il s’agit de la première condamnation d’un chef yakusa à la peine de mort dans l’histoire du pays. Les codes […] Lire la suite

23-29 août 2020 États-Unis. Nouvel acte de violence policière contre un Afro-Américain à Kenosha.

Le 23, un policier blanc tire sept balles dans le dos d’un Afro-Américain, Jacob Blake, lors d’une tentative d’interpellation, à Kenosha (Wisconsin). L’homme est grièvement blessé. Le soir et les jours suivants, la ville est le théâtre de manifestations contre les violences policières et de pillages, en dépit de l’imposition d’un couvre-feu. En mai […] Lire la suite

3-15 janvier 2015 Nigeria. Massacre de population par Boko Haram

base militaire qui abritait des soldats de la Force multinationale conjointe mise sur pied pour lutter contre la secte djihadiste. Le bilan de ces quelques jours de violence s'élève à plusieurs centaines de morts. Le 15, le Tchad entame le déploiement de quelque trois mille cinq cents soldats aux frontières du Nigeria et dans le nord du Cameroun pour […] Lire la suite

16-22 février 2013 Pakistan. Attentats antichiites

basé au Pendjab et lié aux talibans pakistanais. Celui-ci accuse les Hazara de relayer l'influence de l'Iran au Pakistan. Quatre cents chiites ont été victimes d'actes de violence dans le pays en 2012, principalement au Baloutchistan. Le 22, la police procède à l'arrestation du chef du Lashkar-e-Jhangvi, Malik Ishaq, qui bénéficiait jusqu'alors de […] Lire la suite

20-27 février 2012 Afghanistan. Regain de violence après l'incinération d'exemplaires du Coran

Le 20, des employés afghans de la base militaire américaine de Bagram, au nord de Kaboul, découvrent que des exemplaires du Coran y ont été incinérés. Le 21, plus de deux mille personnes manifestent aux abords de la base. Le général John Allen, commandant de la Force internationale d'assistance à la sécurité, présente des excuses, expliquant que […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « VIOLENCE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/violence-notions-de-base/