Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DÉLINQUANCE

Le terme de délinquance a été forgé à partir d'un verbe aujourd'hui archaïque dérivé du latin delinquere, qui signifie commettre une faute. Il désigne l'ensemble des comportements qui contreviennent au droit pénal et exposent ainsi leurs auteurs à une peine. La délinquance constitue la déviance d'une norme particulière, le droit pénal. Dans chaque société coexistent de multiples systèmes de normes. On les distingue selon leur plus ou moins grande formalisation, leur plus ou moins grande proximité aux situations ou conduites qu'ils prétendent régler.

Dans une organisation sociale simple où prédominent les relations de face-à-face – un groupe d'enfants qui jouent aux billes, une réunion amicale ou familiale... –, les normes peuvent demeurer largement informelles : elles sont adoptées et sanctionnées sans procédure particulière dans le cours ordinaire des échanges sociaux. Mais que la relation sociale devienne plus complexe, alors apparaissent aussi des normes plus formelles, les règles juridiques.

Norme et délinquance

Leur création est soumise aux processus et aux règles politiques qui encadrent la prise de décision en matière publique. Ce mécanisme confère à l'énonciation de la règle juridique un tour nécessairement abstrait : on ne parle plus de prendre, sans son accord, la voiture ou le magnétoscope de son voisin, mais de soustraction frauduleuse de la chose d'autrui. Cette abstraction est la condition de la « généralité » de la norme juridique, de son aptitude à gérer des relations sociales complexes. Mais elle la place en situation d'hétéronomie par rapport aux conduites et aux situations concrètes. Sa mise en œuvre ne va pas aller de soi ou naturellement dans le cours des relations sociales : des agents ou des institutions – le juge et ses auxiliaires – devront être spécialisés pour cet office et spécialement habilités pour décider si les situations concrètes correspondent aux prescriptions abstraites de la norme.

Institutionnalisation et hétéronomie spécifient le juridique au sein de l'univers normatif. La norme informelle directe est fragile. Aucune institutionnalisation ne la défend : le groupe d'enfants peut modifier insensiblement la règle adoptée pour jouer aux billes, ou l'oublier et en fabriquer une autre. En revanche, elle n'a pas de mal à être en prise directe sur les situations concrètes. La norme juridique, au contraire, résiste mieux à l'érosion, mais son abstraction crée une distance au concret qui affaiblit son effectivité.

Ce à quoi contrevient la délinquance n'est pas n'importe quelle norme juridique, mais plus précisément celle du droit étatique. Dans une société non étatisée, « segmentaire », on tente de contenir la violence, comme l'a montré Marcel Mauss en 1896, par des processus vindicatoires, de rétablissement de l'équilibre : le clan qui a subi un dommage en impose un équivalent au clan qui l'a causé, ou bien il reçoit une compensation définie à l'avance. La seule trace, ténue, de droit pénal est alors limitée à quelques délits publics qui sanctionnent, par une peine, de rares atteintes au fondement même de la société (parricide, sacrilège, blasphème...).

Pour que le pénal – donc la délinquance – émerge vraiment, le politique doit s'étatiser, acquérir suffisamment de stabilité et d'autonomie, pour tenter un coup de force : publiciser des délits privés. L'essentiel dans l'homicide ou le vol ne consiste plus alors à réparer le dommage causé à une victime privée, mais à punir celui qui a osé enfreindre le monopole de la violence désormais revendiqué par l'État. Ces délits privés publicisés sont donc traités comme les vieux délits publics, dont le nombre s'accroît, de son côté, à proportion de l'extension des compétences conquises par[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BANLIEUE

    • Écrit par Jean BASTIÉ, Stéphane BEAUD, Jean ROBERT
    • 6 571 mots
    ...ressenti comme infériorisant et qui salit l'image qu'ils ont d'eux-mêmes. Dans ce cadre d'analyse, une place centrale doit être faite à la question de la délinquance juvénile et à la forte dégradation, en banlieue, des rapports entre la police et les jeunes. Sur cette question, la comparaison historique...
  • CHICAGO ÉCOLE DE, sociologie

    • Écrit par Christian TOPALOV
    • 3 219 mots
    Lanotion de désorganisation sociale permettait aussi de donner une explication aux phénomènes de criminalité et de délinquance. Les bandes de jeunes (ou gangs) étaient une réponse à la désorganisation (Frederic Thrasher, 1927) : le groupe offrait un substitut à ce que la société ne savait plus...
  • CRIMINALITÉ

    • Écrit par Frédéric OCQUETEAU
    • 3 373 mots
    • 1 média
    ...éparpillées de données chiffrées sur des transgressions connues des seules administrations publiques au sein d'un observatoire, l'Observatoire national de la délinquance (O.N.D.), a enclenché un cycle vertueux de transparence au sujet des apports et limites de chaque instrument de recueil, ce qui a eu pour...
  • CRIMINOLOGIE

    • Écrit par Jacques LÉAUTÉ
    • 8 854 mots
    • 1 média
    Ils'agit d'une étude sociologique portant sur le volume, les formes de la délinquance et les facteurs politiques, économiques, sociaux et culturels associés à son développement. L'école du xixe siècle avait déjà joint ces deux aspects des recherches criminologiques. De nos jours,...
  • Afficher les 11 références

Voir aussi