TUNNEL SOUS LA MANCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Inauguration du tunnel sous la Manche

Inauguration du tunnel sous la Manche
Crédits : Chesnot/ Witt/ SIPA

photographie

Traverser la Manche

Traverser la Manche
Crédits : BNF, département Estampes et photographie

photographie

Tunnel sous la Manche : chronologie

Tunnel sous la Manche : chronologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tunnel sous la Manche : les projets de 1985

Tunnel sous la Manche : les projets de 1985
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Le financement du tunnel sous la Manche

Le plan de financement initial du tunnel sous la Manche est bouclé en 1987 pour quelque 60 milliards de francs (9,1 milliards d’euros), dont une réserve de 10 milliards de francs (1,5 milliard d’euros) pour pallier les aléas du chantier. C’est alors le plus important financement d’infrastructure de transport exclusivement privé.

Ce plan de financement est composé d’un capital de 10 milliards de francs (1,5 milliard d’euros) et d’emprunts à hauteur de 50 milliards de francs (7,6 milliards d’euros). Le coût de la construction, évalué à 28 milliards de francs (4,3 milliards d’euros), représente alors moins des deux tiers du total (hors réserve). Le solde comprend les frais financiers et généraux et une provision pour inflation.

Ce plan de financement se révèle très insuffisant pour faire face aux dépassements de coûts et de délais du programme, qui apparaissent dès 1988. Actionnaires et prêteurs doivent augmenter leurs engagements. En 1994, le coût total du tunnel sous la Manche s’élèvera en fait à près de 100 milliards de francs (15 milliards d’euros).

Les actionnaires

Les fonds propres sont constitués en mai 1986 (capital 1) par une avance des quinze entreprises de construction et banques fondatrices, puis par des augmentations du capital. Les fondateurs deviennent minoritaires à la suite d’un placement privé auprès d’investisseurs institutionnels, en octobre 1986 (capital 2). L’introduction en Bourse de 1987 (capital 3), juste après le krach du 19 octobre, lève de justesse les fonds prévus. Enfin, les augmentations de capital de 1990 et 1994 portent les fonds propres d’Eurotunnel à 23 milliards de francs (3,5 milliards d’euros), plus du double du montant de 10 milliards de francs prévu à l’origine.

Dès son introduction en Bourse, Eurotunnel séduit davantage d’actionnaires individuels français que britanniques. Au 1er juin 1994, 430 000 actionnaires étaient français et 200 000 britanniques. Ce déséquilibre va s’accentuer avec les difficultés financières d’Eurotunnel.

Les prêteurs

Le reste d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TUNNEL SOUS LA MANCHE  » est également traité dans :

CALAIS

  • Écrit par 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 1 033 mots
  •  • 3 médias

Le développement de Calais, qui comptait 73 504 habitants en 2012 et 96 594 pour son agglomération, a presque toujours dépendu de sa position remarquable, au plus près des côtes anglaises. Ce n'est pas un hasard si le détroit, ou « pas » en langage picard, aujourd'hui traversé par un tunnel, qui sépare la mer du Nord de la Manche porte son nom. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calais/#i_21003

CHEMINS DE FER

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BERNARD, 
  • Daniel BRUN, 
  • Universalis
  •  • 12 356 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Royaume-Uni »  : […] D'une certaine façon, British Rail (B.R.) a été précurseur en matière de relèvement de vitesse, avec l'aventure des trains pendulaires APT (Advanced Passenger Train), qui auraient circulé sur infrastructure existante. Une rame APT-E (Experimental) à turbines circula entre 1972 et 1976, puis trois rames, à traction électrique cette fois, dénommées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chemins-de-fer/#i_21003

TRANSPORTS - Transports et risques

  • Écrit par 
  • Michel QUATRE
  •  • 8 620 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'évaluation du risque »  : […] Prenant en compte tous ces aléas, les concepteurs réalisent, par les méthodes d'analyse de risque, une évaluation à la fois en termes de gravité et de probabilité d'occurrence. La diversité des aléas qui viennent d'être décrits illustre bien la difficulté de la synthèse qui s'appuie sur des données de base très hétérogènes : éléments de sûreté de f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transports-transports-et-risques/#i_21003

TUNNELS

  • Écrit par 
  • Michel MAREC, 
  • Jean PÉRA
  •  • 8 814 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Longs tunnels ferroviaires »  : […] Le problème de la traversée des Alpes par les voies ferrées a été résolu par la construction de longs tunnels : en 1871, Mont-Cenis (12,2 km) ; en 1881, Saint-Gothard (14,9 km) ; en 1884, l'Arlberg (10,25 km) ; en 1898, Tende (8,1 km) ; en 1905, Simplon (19,8 km), doublé en 1921 ; en 1906, Tauern (8,5 km) et Karawanken (7,9 km) en 1912, Loetschberg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunnels/#i_21003

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent BONNAUD, « TUNNEL SOUS LA MANCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunnel-sous-la-manche/