TRANSPORTSTransports et risques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les comportements et les obligations des hommes les amènent à se déplacer selon deux choix fort différents : celui où ils sont responsables d'eux-mêmes dans un espace généralement public et ouvert (chemin, route, autoroute), en utilisant, selon le cas, un vélo, un deux roues motorisé, une voiture... ; celui où ils s'en remettent à des transports publics, urbains, ferroviaires, aériens ou maritimes. Dans ce dernier cas, ils considèrent aussi qu'ils remettent leur sécurité, moyennant les conditions du contrat ou du règlement de transport, entre les mains de l'entreprise de transport. Plus ou moins consciemment, les passagers en attendent, en termes de sécurité, une situation comparable à celle qui est assurée dans la vie quotidienne, au domicile ou au travail. Il est paradoxal de constater qu'une telle attente est loin d'être satisfaite dans le transport motorisé personnel sur un deux roues ou en voiture.

Après un examen de ces deux choix et de leurs différences seront abordées les notions de risque, de sécurité dans les transports publics et de sûreté, cette dernière permettant de prévenir les actes illicites.

Deux choix de transport nettement différenciés

Le transport public

En s'en remettant à un transporteur public et encore plus s'il exerce en site propre, c'est-à-dire réservé à son usage, les indicateurs de sécurité sont comparables à ceux des industries les plus performantes (cf. infra), à tel point que l'habitant d'une grande ville a vraiment le sentiment d'être dans le moyen de transport comme chez lui. La probabilité d'y laisser sa vie est tellement faible qu'elle n'a pas vraiment de signification pratique : elle est de l'ordre de 0,05 milliardième par kilomètre parcouru, soit du milliardième (10—9) à chaque fois qu'un moyen de transport terrestre est utilisé, alors qu'au mieux le voyageur l'utilisera mille fois par an pendant cinquante à soixante ans.

Et, pourtant, la catastrophe arrive et marque tellement les esprits que les procès sont retentissants et que les pouvoirs publics et les transporteurs doivent concevoir et mettre en œuvre des politiques correctives de grande ampleur. En voici quatre exemples, un par grand mode de transport :

– Transport aérien : 27 mars 1977. Sur l'aéroport de Tenerife, aux Canaries, par jour de brouillard et de fermeture de l'autre aéroport de l'île, une incompréhension linguistique entre la tour de contrôle et le pilote d'un Boeing 747 provoque une collision au sol avec un avion du même type. C'est la plus grande catastrophe de l'aviation civile de tous les temps, avec 583 victimes brûlées vives dans l'embrasement des deux appareils.

– Transport maritime : 6 mars 1987. Le ferry Herald of free enterprise, qui assure la liaison Zeebrugge-Douvres, appareille alors que la porte de chargement avant est restée ouverte par précipitation (volonté de rattraper des retards successifs) et insuffisante disponibilité des officiers pour effectuer la manœuvre de fermeture et contrôler son exécution. 188 personnes périssent noyées. Cette catastrophe a entraîné la création du premier bureau d'enquête sur les accidents en mer : le Marine Accident Investigation Board en Angleterre.

– Transport ferroviaire : 3 juin 1998. La défaillance d'un joint élastique incorporé dans les roues d'un I.C.E. (Inter City Express) de première génération provoque le déraillement à grande vitesse des premières voitures d'un train de ce type à Eschede (Basse-Saxe), sur la ligne nouvelle Munich-Hambourg. Le train se disloque sur les piles d'un pont qui s'écroule écrasant les passagers, dont 101 trouvent la mort. La conception des roues sera revue pour éliminer cette cause d'accident.

– Transport routier : 24 mars 1999. Cet exemple ne concerne pas à proprement parler un accident de la route mais un incendie, risque supplémentaire rencontré dans les espaces confinés que sont les tunnels routiers, ferroviaires, de navigation intérieure ou de funiculaires. La catastrophe du tunnel du Mont-Blanc a fait 39 victimes (cf. encadré Incendie dans le tunnel sous le Mont-Blanc). Elle a été suivie par trois autres : dans les tunnels routiers des Tauern (Autriche) et du Saint Gothard (Suisse), et dans le tunnel du funiculaire de Kaprun (Autriche). Cette série noire a amené l'Union européenne à se doter d'une directive concernant la sécurité de tous les ouvrages de ce type situés sur le réseau de transport routier européen. Les dispositions d'ensemble, adaptées pour les chemins de fer par l'Union européenne, couvrent aussi les longs tunnels ferroviaires.

Tunnel du Mont-Blanc après l'incendie du 24 mars 1999

Photographie : Tunnel du Mont-Blanc après l'incendie du 24 mars 1999

Vue du tunnel du Mont-Blanc après le violent incendie du 24 mars 1999, qui fit 39 victimes. 

Crédits : CETU

Afficher

Les déplacements personnels, la sécurité routière

Le partage de la voirie par les usagers divers – piétons, cyclistes, motocyclistes, automobilistes, cars et poids lourds – a conduit les pouvoirs publics à réglementer les conditions d'usage de celle-ci par des dispositions générales comme le code de la route en France et des applications locales comme les sens uniques et les limitations de vitesse.

Certes la navigation de plaisance ou l'aviation de tourisme relève de la même logique mais les conditions réglementaires y sont beaucoup plus strictes et la conscience du danger comme la réglementation poussent les pratiquants à une formation plus approfondie et à un exercice plus attentif de leur activité.

En revanche, les accidents concernant tous les usagers de la voirie sont devenus la dixième cause de mortalité au monde avec 1 200 000 victimes par an environ et 2,1 p. 100 des décès. Mais la répartition est très variable selon les diverses régions du monde (cf. carte). Il en ressort que le niveau de développement et, corrélativement, l'attention et les moyens que les États peuvent y consacrer influencent fortement le résultat statistique, d'un taux de 11 décès pour 100 000 habitants en Europe à 28,3 en Afrique. La Banque mondiale conditionne aujourd'hui les aides au développement des réseaux routiers à des programmes de sécurité routière. Les cultures et l'histoire sont sans doute également à la source de certaines différences moins importantes mais cependant notables comme entre l'Union européenne et l'ensemble de l'Europe ou l'Union européenne et l'Amérique du Nord.

Sécurité routière : taux de mortalité

Dessin : Sécurité routière : taux de mortalité

Taux de mortalité dans le monde pour 100 000 habitants. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'Organisation des Nations unies apporte une attention particulière à la sécurité routière depuis la résolution 58/289 qui a confié ce sujet à son agence, l'Organisation mondiale de la santé, en 2003. Celle-ci, en plus de la diffusion des connaissances, cherche à entraîner les États vers des politiques actives avec des journées mondiales. En 2007, une semaine entière y a même été consacrée. Cette dernière visait les jeunes conducteurs et usagers de la route, en s'appuyant sur tous les facteurs de nature à influencer la jeune [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Tunnel du Mont-Blanc après l'incendie du 24 mars 1999

Tunnel du Mont-Blanc après l'incendie du 24 mars 1999
Crédits : CETU

photographie

Sécurité routière : taux de mortalité

Sécurité routière : taux de mortalité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Sécurité routière en France

Sécurité routière en France
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Transports : courbe de criticité

Transports : courbe de criticité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur diplômé de l'École polytechnique et de l'École nationale des ponts et chaussées

Classification

Autres références

«  TRANSPORTS  » est également traité dans :

TRANSPORTS - Mobilité et société

  • Écrit par 
  • Jacques LEVY
  •  • 5 766 mots
  •  • 5 médias

La mobilité peut être définie comme le rapport social au changement de lieu, c'est-à-dire comme l'ensemble des actions qui concourent au déplacement des personnes et des objets matériels. Dans ce cadre très large, les transports sont les systèmes techniques directement dédiés à ces déplacements. Ils constituent une branche économique relativement facile à isoler, mais qui ne représente qu'une comp […] Lire la suite

TRANSPORTS - Transports et économie

  • Écrit par 
  • Rémy PRUD'HOMME
  •  • 9 152 mots
  •  • 4 médias

Pour saisir en un tout l'ensemble des activités des différents modes de transport, comprendre en quoi ils constituent une même activité humaine, l'économie est une, sinon la, discipline qui fournit les concepts les plus efficaces. Il suffit pour s'en convaincre d'y appliquer les catégories sur lesquelles celle-ci est fondée : celles de bien ou service économique, d'offre, de demande et d' […] Lire la suite

TRANSPORTS - Transports et environnement

  • Écrit par 
  • Michel BADRÉ
  •  • 6 800 mots
  •  • 4 médias

Indispensables à la vie de la société, les transports génèrent des effets multiples sur l'environnement : impacts locaux par le bruit, la pollution locale de l'air, les modifications du paysage ou les risques naturels et technologiques ; impacts locaux ou globaux sur la biodiversit […] Lire la suite

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Les impératifs de la mondialisation »  : […] Si la révolution agricole marque la période industrielle et inversement, ses répercussions furent multiples : elles ont introduit la spécialisation en fonction des avantages offerts par les marchés nationaux, continentaux et transcontinentaux, eux-mêmes activés par la progression du libre-échange et, surtout, des moyens de locomotion ; l'irruption de la machine à vapeur a accéléré la mise au poi […] Lire la suite

ALASKA

  • Écrit par 
  • Claire ALIX, 
  • Yvon CSONKA
  •  • 6 022 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Transports »  : […] L'Alaska Highway, construite par l'armée en 1942, relie Fairbanks au reste des États-Unis en passant par le Canada. Un embranchement mène à Haines, seule localité de la région Sud-Est accessible par la route. De Fairbanks, deux routes permettent d'atteindre Anchorage et les bassins au sud de la chaîne d'Alaska, et une troisième dessert la région de Prudhoe Bay ; cette dernière, qui sert à l'entret […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les réseaux d'échange »  : […] Les réseaux de communication dans le pays ont été organisés en fonction des itinéraires d'exportation, conférant aux routes principales et aux voies ferrées une forme caractéristique en éventail convergeant vers la capitale et ses satellites. Il existe trois axes historiques reliant Buenos Aires aux frontières. Le premier se dirige vers le nord-ouest en passant par les villes de Rosario, Córdoba, […] Lire la suite

ATLANTA

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 256 mots
  •  • 1 média

Symbole de l’affirmation économique des villes du sud des États-Unis, Atlanta est passée en quarante ans du rang de ville moyenne à celui de métropole internationale. Alors que l’agglomération comptait 2 millions d’habitants en 1980, elle en compte 5,9 millions en 2017, dont 420 000 dans la commune d’Atlanta, et se place ainsi au neuvième rang des agglomérations américaines. La capitale de la Geo […] Lire la suite

BERNE

  • Écrit par 
  • Hans-Rudolf EGLI
  •  • 1 122 mots
  •  • 5 médias

Capitale de la Confédération suisse depuis 1848 et du canton du même nom , Berne est le siège des autorités exécutives du canton homonyme et de l’État fédéral, avec leurs parlements respectifs et une grande partie des administrations et des institutions culturelles cantonales et fédérales. Installée sur les rives de l'Aar, le deuxième plus long cours d’eau de Suisse, Berne se trouve à peu près à […] Lire la suite

BIOCARBURANTS ou AGROCARBURANTS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Anthony SIMON
  •  • 6 496 mots
  •  • 10 médias

Après une période d’engouement, les biocarburants sont aujourd’hui l’objet de débats. La consommation d’énergie que nécessite leur production fait qu’ils ne présentent, dans certains cas (tel celui de l’éthanol produit à partir du maïs), qu’un intérêt modeste sur le plan énergétique. Sur un plan économique, la concurrence qu’ils exercent à l’égard des productions alimentaires par les superficies […] Lire la suite

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 528 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les carburants et l'effet de serre »  : […] La combustion des produits issus de matières premières d'origine fossile (charbon, gaz naturel, pétrole) fournit du dioxyde de carbone (CO 2 ) et d'autres substances (méthane, oxydes d'azote) qui, directement ou indirectement, contribuent à accroître l'effet de serre dont on redoute à terme les conséquences planétaires, en particulier sur le plan climatique. Compte tenu de sa concentration élevée […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-30 juillet 2020 Suisse. Renforcement des mesures anti-Covid-19.

transports publics. Il impose également une quarantaine aux personnes venant de vingt-neuf pays jugés à risques. Le 20, le gouvernement annonce le départ de l’épidémiologiste Matthias Egger de la présidence de la Swiss National COVID-19 Science Task Force mise en place en mars. Celui-ci s’était distingué par une grande liberté de ton, critiquant les […] Lire la suite

10-26 septembre 2019 Union européenne. Présentation de la composition de la Commission européenne.

transports, et du Hongrois László Trócsányi, affecté au voisinage et à l’élargissement, en raison des risques de conflit d’intérêts. […] Lire la suite

14-20 avril 2010 Islande. Éruption du volcan Eyjafjöll

risques d'endommagement des réacteurs. La perturbation des transports internationaux est sans précédent depuis les attentats du 11 septembre 2001. Le 20, le trafic aérien reprend progressivement, au gré du déplacement du nuage et de l'arrivée de nouveaux nuages de cendres, alors que plus de huit millions de passagers ont été ou sont encore bloqués […] Lire la suite

9-23 mai 2000 France. Mouvement des convoyeurs de fonds

transports de fonds. Le 23, les syndicats acceptent les propositions patronales relatives au versement d'une prime de risque mensuelle de 1 000 francs net. Le travail reprend progressivement.  […] Lire la suite

19-23 juillet 1984 France. Annonce de la composition du gouvernement Fabius

Transports) et Marcel Rigout (Formation professionnelle), deux autres membres de l'ancienne équipe ne figurent pas dans la nouvelle : Alain Savary (Éducation nationale), qui a démissionné à la suite du retrait de son projet sur l'enseignement privé, et Jacques Delors (Économie et Finances), qui doit succéder en janvier 1985 à Gaston Thorn à la présidence […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel QUATRE, « TRANSPORTS - Transports et risques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/transports-transports-et-risques/