TUNNEL SOUS LA MANCHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Inauguration du tunnel sous la Manche

Inauguration du tunnel sous la Manche
Crédits : Chesnot/ Witt/ SIPA

photographie

Traverser la Manche

Traverser la Manche
Crédits : BNF, département Estampes et photographie

photographie

Tunnel sous la Manche : chronologie

Tunnel sous la Manche : chronologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tunnel sous la Manche : les projets de 1985

Tunnel sous la Manche : les projets de 1985
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Conquête du marché transmanche et assainissement financier

La montée en charge de l’ouvrage se fait de manière progressive, bien en deçà des prévisions et dans un environnement en mutation rapide. Parallèlement, la gestion de la dette demeure une priorité constante du concessionnaire.

La croissance du trafic

Après la mise en service progressive du tunnel sous la Manche en 1994, les fréquences des navettes Eurotunnel et des trains Eurostar augmentent rapidement en 1995. Le trafic suit, avec une croissance de plus d’un tiers dans les quatre années suivantes, puis une phase de repli dans la décennie 2000, avant une période de reprise.

Les habitudes des voyageurs évoluent lentement : le ferry et l’avion restent les modes de transport privilégiés pour passer la Manche. Les compagnies aériennes, détenant 60 p. 100 du marché Paris-Londres en 1994 (soit 4,4 millions de passagers), vont ajuster immédiatement leurs capacités à la baisse. Il faudra un long et intense travail de marketing pour qu’Eurostar parvienne à séduire la clientèle d’affaires de British Airways. De plus, aucun analyste n’a anticipé la révolution des compagnies aériennes à bas coûts à partir de la fin des années 1990. Ce phénomène va restreindre l’essor du trafic ferroviaire transmanche au triangle Londres, Paris et Bruxelles.

Mais, au départ, les difficultés d’Eurostar tiennent surtout à l’absence de ligne à grande vitesse (LGV) entre le tunnel sous la Manche et Londres (soit 124 km), obligeant les trains à circuler à vitesse réduite sur cet axe. En effet, les voies ferrées britanniques n’ont pas été modernisées depuis la Seconde Guerre mondiale. Les normes techniques – alimentation électrique, gabarits – diffèrent donc de part et d’autre de la Manche et même entre les divers réseaux britanniques. Une mise à niveau coûteuse devient nécessaire. Il faut attendre le 28 septembre 2003 pour qu’une première section (ayant les mêmes caractéristiques que les LGV françaises) soit mise en service, réduisant le temps de parcours de vingt minutes (2 heures 35 pour Paris-Londre [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  TUNNEL SOUS LA MANCHE  » est également traité dans :

CALAIS

  • Écrit par 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 1 033 mots
  •  • 3 médias

Le développement de Calais, qui comptait 73 504 habitants en 2012 et 96 594 pour son agglomération, a presque toujours dépendu de sa position remarquable, au plus près des côtes anglaises. Ce n'est pas un hasard si le détroit, ou « pas » en langage picard, aujourd'hui traversé par un tunnel, qui sépare la mer du Nord de la Manche porte son nom. La ville est née au Moyen Âge, sur une des percées na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calais/#i_21003

CHEMINS DE FER

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BERNARD, 
  • Daniel BRUN, 
  • Universalis
  •  • 12 356 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Royaume-Uni »  : […] D'une certaine façon, British Rail (B.R.) a été précurseur en matière de relèvement de vitesse, avec l'aventure des trains pendulaires APT (Advanced Passenger Train), qui auraient circulé sur infrastructure existante. Une rame APT-E (Experimental) à turbines circula entre 1972 et 1976, puis trois rames, à traction électrique cette fois, dénommées APT-P (Prototype) commencèrent des essais en 1979. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chemins-de-fer/#i_21003

TRANSPORTS - Transports et risques

  • Écrit par 
  • Michel QUATRE
  •  • 8 620 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'évaluation du risque »  : […] Prenant en compte tous ces aléas, les concepteurs réalisent, par les méthodes d'analyse de risque, une évaluation à la fois en termes de gravité et de probabilité d'occurrence. La diversité des aléas qui viennent d'être décrits illustre bien la difficulté de la synthèse qui s'appuie sur des données de base très hétérogènes : éléments de sûreté de fonctionnement de systèmes matériels éprouvés, donn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transports-transports-et-risques/#i_21003

TUNNELS

  • Écrit par 
  • Michel MAREC, 
  • Jean PÉRA
  •  • 8 814 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Longs tunnels ferroviaires »  : […] Le problème de la traversée des Alpes par les voies ferrées a été résolu par la construction de longs tunnels : en 1871, Mont-Cenis (12,2 km) ; en 1881, Saint-Gothard (14,9 km) ; en 1884, l'Arlberg (10,25 km) ; en 1898, Tende (8,1 km) ; en 1905, Simplon (19,8 km), doublé en 1921 ; en 1906, Tauern (8,5 km) et Karawanken (7,9 km) en 1912, Loetschberg (14,6 km) ;. Beaucoup de ces tunnels sont doublés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunnels/#i_21003

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent BONNAUD, « TUNNEL SOUS LA MANCHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunnel-sous-la-manche/