Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CALAIS

Hauts-de-France : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Hauts-de-France : carte administrative

Le développement de Calais, qui comptait 73 504 habitants en 2012 et 96 594 pour son agglomération, a presque toujours dépendu de sa position remarquable, au plus près des côtes anglaises. Ce n'est pas un hasard si le détroit, ou « pas » en langage picard, aujourd'hui traversé par un tunnel, qui sépare la mer du Nord de la Manche porte son nom.

La ville est née au Moyen Âge, sur une des percées naturelles du cordon dunaire par où s'écoulent les eaux de la Plaine maritime. Membre de la Ligue hanséatique, elle participa activement au grand commerce de la mer du Nord et de la Baltique, avant d'être conquise par les Anglais en 1347, dans la foulée de leur écrasante victoire de Crécy-en-Ponthieu. Une célèbre statue de Rodin, sur la place de l'hôtel de ville, rappelle l'épisode le plus dramatique du siège de Calais : six bourgeois de la ville, en chemise et la corde au cou, implorant la grâce d'Édouard III. Reprise par François de Guise en 1558, la ville perdit son privilège d'importation de la laine anglaise et se retrouva en concurrence avec Boulogne puis avec Dunkerque. Le blocus continental, au début du xixe siècle, lui porta des coups encore plus rudes. Aussi, son décollage économique au milieu du xixe siècle reposa-t-il davantage sur le succès des dentelles, tulles et guipures, fabriquées dans l'ancien faubourg de Saint-Pierre que sur l'activité maritime.

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin - crédits : Simon Bilbault

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin - crédits : Simon Bilbault

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

C'est l'arrivée des chemins de fer et des ferries, à la fin du xixe siècle, qui a fait de Calais le port de vitesse du trafic transmanche. La Première Guerre mondiale amplifia considérablement ce rôle, mais durant la Seconde, de très intenses bombardements alliés touchèrent le port et la ville, qui furent lents à s'en remettre. Passée de 11 000 habitants en 1800 à 72 000 en 1911, la ville n'en comptait plus que 50 000 en 1946. La crise du textile n'arrangea rien. Néanmoins, une certaine diversification industrielle (agroalimentaire, électronique, chimie, parachimie) et la spécialisation du port dans le trafic de voyageurs (1er rang français avec 10,7 millions de passagers en 2014, malgré la concurrence du tunnel sous la Manche) et les marchandises diverses (1er rang français hors pondéreux, avec essentiellement des automobiles à destination ou en provenance du Royaume-Uni) ont permis un redressement dès les années 1970 et 1980, consolidé dans les années 1990 par les premières retombées du tunnel sous la Manche et des investissements britanniques. De nouveaux projets d’aménagement du port doivent encore renforcer son poids dans l’économie locale.

Calais, aujourd'hui à 1 h 30 de Paris et à 1 h de Londres par le T.G.V. (gare de Frethun), cherche à tirer profit de la concentration du transport maritime de voyageurs, imposée par le tunnel, et de la rupture de charge provoquée par l'embarquement et le débarquement des voitures et camions sur les navettes ferroviaires (gare de Coquelles). Le tertiaire y a fait un remarquable bond. Commerces, avec en particulier un grand complexe implanté à proximité du terminal du tunnel, services (assurances, fret, transport) mais aussi tourisme, culture et enseignement (musée des Beaux-Arts et de la Dentelle, université) fournissent désormais plus de 85 p. 100 des emplois de la ville.

La place de l'hôtel de ville, dominée par un haut beffroi néo-gothique flamand, établit la jonction entre les deux parties principales de la ville, toutes deux reconstruites et modernisées après-guerre : au nord, le port, ses zones d'activités, le quartier historique, administratif et touristique (un polygone ceint de canaux, qui a conservé quelques vestiges de l'époque anglaise ainsi que la citadelle de Vauban) ; au sud, le quartier commerçant et manufacturier de Saint-Pierre, rattaché à Calais depuis 1886. L'agglomération développe des tentacules résidentiels périurbains au[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, université des sciences et technologies de Lille (Lille-I)

Classification

Pour citer cet article

Pierre-Jean THUMERELLE. CALAIS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Hauts-de-France : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Hauts-de-France : carte administrative

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin - crédits : Simon Bilbault

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin - crédits : Simon Bilbault

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Autres références

  • CRÉCY BATAILLE DE (1346)

    • Écrit par
    • 301 mots
    • 1 média

    Bataille qui se déroula près de Crécy-en-Ponthieu le 26 août 1346 et qui fut la première grande défaite subie par l'armée du roi de France pendant la guerre de Cent Ans. La randonnée entreprise en Normandie par le roi d'Angleterre Édouard III n'avait pas pour but la conquête...

  • DÉFENSEUR DES DROITS, France

    • Écrit par
    • 1 808 mots
    • 3 médias

    Le Défenseur des droits est une institution introduite dans la Constitution de la Ve République en 2008. Il a pour fonctions de défendre les droits et les libertés des individus, et de promouvoir l’égalité. L’expression « Défenseur des droits » désigne aussi bien l’institution que la personne...

  • FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

    • Écrit par
    • 12 902 mots
    • 7 médias
    Une place voisine, Calais, était anglaise depuis 1347. Elle fut libérée en 1558. La trêve de Vaucelles, conclue pour cinq ans en 1556 entre Charles Quint et Henri II, ne dura que cinq mois. Les Anglais étaient alliés aux Espagnols qui venaient de vaincre à Saint-Quentin le connétable de Montmorency (août...
  • FRANCE (Arts et culture) - L'art public

    • Écrit par et
    • 3 242 mots
    • 1 média
    Avec la commande des Bourgeois de Calais (1889), Rodin est le premier artiste à rompre avec cette soumission aux contraintes imposées par le commanditaire. Il réussit à imposer son point de vue, en réduisant la hauteur du socle, habituellement monumental et inaccessible, pour mettre le groupe sculpté...