CALAIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hauts-de-France : carte administrative

Hauts-de-France : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin
Crédits : Simon Bilbault

photographie

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin
Crédits : Simon Bilbault

photographie


Le développement de Calais, qui comptait 73 504 habitants en 2012 et 96 594 pour son agglomération, a presque toujours dépendu de sa position remarquable, au plus près des côtes anglaises. Ce n'est pas un hasard si le détroit, ou « pas » en langage picard, aujourd'hui traversé par un tunnel, qui sépare la mer du Nord de la Manche porte son nom.

Hauts-de-France : carte administrative

Hauts-de-France : carte administrative

Carte

Carte administrative de la région Hauts-de-France. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville est née au Moyen Âge, sur une des percées naturelles du cordon dunaire par où s'écoulent les eaux de la Plaine maritime. Membre de la Ligue hanséatique, elle participa activement au grand commerce de la mer du Nord et de la Baltique, avant d'être conquise par les Anglais en 1347, dans la foulée de leur écrasante victoire de Crécy-en-Ponthieu. Une célèbre statue de Rodin, sur la place de l'hôtel de ville, rappelle l'épisode le plus dramatique du siège de Calais : six bourgeois de la ville, en chemise et la corde au cou, implorant la grâce d'Édouard III. Reprise par François de Guise en 1558, la ville perdit son privilège d'importation de la laine anglaise et se retrouva en concurrence avec Boulogne puis avec Dunkerque. Le blocus continental, au début du xixe siècle, lui porta des coups encore plus rudes. Aussi, son décollage économique au milieu du xixe siècle reposa-t-il davantage sur le succès des dentelles, tulles et guipures, fabriquées dans l'ancien faubourg de Saint-Pierre que sur l'activité maritime.

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Photographie

Auguste Rodin, Monument aux bourgeois de Calais, 1889-1895, bronze, 217 cm X 255 cm X 177 cm. Ville de Calais. Détail du groupe sculpté par Rodin : Eustache de Saint-Pierre (à droite), le plus riche bourgeois de la ville, a été le premier à proposer de mourir pour que soient épargnés ses... 

Crédits : Simon Bilbault

Afficher

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Monument aux bourgeois de Calais, A. Rodin

Photographie

Auguste Rodin, Monument aux bourgeois de Calais, 1889-1895, bronze, 217 cm X 255 cm X 177 cm. Ville de Calais. Vue d'ensemble, prise in situ, du monument commandé au sculpteur pour célébrer l'héroïsme des six notables calaisiens qui, en 1347, à l'issue d'un long siège, offrirent leur vie au... 

Crédits : Simon Bilbault

Afficher

C'est l'arrivée des chemins de fer et des ferries, à la fin du xixe siècle, qui a fait de Calais le port de vitesse du trafic transmanche. La Première Guerre mondiale amplifia considérablement ce rôle, mais durant la Seconde, de très intenses bombardements alliés touchèrent le port et la ville, qui furent lents à s'en remettre. Passée de 11 000 habitants en 1800 à 72 000 en 1911, la ville n'en comptait plus que 50 000 en 1946. La crise du textile n'arrangea rien. Néanmoins, une certaine diversification industr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CALAIS  » est également traité dans :

CRÉCY BATAILLE DE (1346)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 300 mots
  •  • 1 média

Bataille qui se déroula près de Crécy-en-Ponthieu le 26 août 1346 et qui fut la première grande défaite subie par l'armée du roi de France pendant la guerre de Cent Ans. La randonnée entreprise en Normandie par le roi d'Angleterre Édouard III n'avait pas pour but la conquête du duché, mais répondait au désir d'intervenir dans les affaires continentales, comme la guerre de la Succession de Bretagne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-crecy/#i_37289

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'annexion du Calaisis et des Trois-Évêchés »  : […] Assez paradoxalement, ce ne fut pas vers le sud-est, où les efforts des Français s'étaient fait le plus sentir, que l'extension territoriale fut la plus importante et la plus durable, mais sur les frontières septentrionales et orientales du royaume. Pourtant, les premiers événements du siècle n'avaient guère été favorables à la monarchie française dans ces régions. Après Pavie et la captivité de F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-formation-territoriale/#i_37289

FRANCE (Arts et culture) - L'art public

  • Écrit par 
  • Caroline CROS, 
  • Universalis
  •  • 3 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La commande au service du pouvoir »  : […] À l'issue de la Révolution française, la commande est essentiellement un outil au service du pouvoir servant à magnifier l'image de l'État. Le xix e  siècle, le siècle de la « statuomanie », multiplie les commandes de sculptures destinées à orner arcs historiés, façades d'édifices, monuments funéraires, civils ou religieux. La commande assure auss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-l-art-public/#i_37289

PICQUIGNY TRAITÉ DE (1475)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 203 mots

Trêve de sept ans, le traité de Picquigny fut conclu le 29 août 1475, entre Louis XI et Édouard IV. Le roi d'Angleterre était intervenu dans le conflit franco-bourguignon, où il voyait une nouvelle occasion de reconquérir les anciens domaines continentaux des Plantagenêts. Par un traité du 25 juillet 1474, il avait promis à Charles le Téméraire de débarquer avec une armée ; il le fit à Calais le 6 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-picquigny/#i_37289

PORTS MARITIMES

  • Écrit par 
  • Geoffroy CAUDE, 
  • Paul SCHERRER
  •  • 8 512 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre «  Les ports français »  : […] Les ports de commerce et de pêche français sont désormais tous sous l'autorité des collectivités locales (départements ou régions), à l'exception des ports autonomes et des ports nationaux d'outre-mer qui constituent les principales portes d'entrée des marchandises en France (fig. 6 ). Les ports autonomes maritimes, qui relèvent de la compétence de l'État, sont au nombre de huit : Marseille, Borde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ports-maritimes/#i_37289

Pour citer l’article

Pierre-Jean THUMERELLE, « CALAIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/calais/