TEXTE THÉORIE DU

La théorie du texte

Le langage dont on décide de se servir pour définir le texte n'est pas indifférent, car il appartient à la théorie du texte de mettre en crise toute énonciation, y compris la sienne propre : la théorie du texte est immédiatement critique de tout métalangage, révision du discours de la scientificité – et c'est en cela qu'elle postule une véritable mutation scientifique, les sciences humaines n'ayant jamais jusqu'ici mis en question leur propre langage, considéré par elles comme un simple instrument ou une pure transparence. Le texte est un fragment de langage placé lui-même dans une perspective de langages. Communiquer quelque savoir ou quelque réflexion théorique sur le texte suppose donc qu'on rejoigne soi-même, d'une façon ou d'une autre, la pratique textuelle. La théorie du texte peut certes s'énoncer sur le mode d'un discours scientifique cohérent et neutre, mais du moins est-ce alors à titre circonstantiel et didactique ; à côté de ce mode d'exposition, on rangera de plein droit dans la théorie du texte la variété très grande des textes (quel qu'en soit le genre, et sous quelque forme que ce soit), qui traitent de la réflexivité du langage et du circuit d'énonciation : le texte peut s'approcher par définition, mais aussi (et peut-être surtout) par métaphore.

La définition du texte a été élaborée à des fins épistémologiques, principalement par Julia Kristeva : « Nous définissons le Texte comme un appareil translinguistique qui redistribue l'ordre de la langue en mettant en relation une parole communicative visant l'information directe avec différents énoncés antérieurs ou synchroniques » ; c'est à Julia Kristeva que l'on doit les principaux concepts théoriques qui sont implicitement présents dans cette définition : pratiques signifiantes, productivité, signifiance, phéno-texte et géno-texte, inter-textualité.

Pratiques signifiantes

Le texte est une pratique signifiante, privilégiée par la sémiologie parce que le travail par quoi se produit la rencontre du sujet et de la langue y est exemplaire : c'est la « fonction » du texte que de « théâtraliser » en quelque sorte ce trava[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  TEXTE THÉORIE DU  » est également traité dans :

ART POUR L'ART

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 088 mots

L'histoire littéraire tend à confondre l'art pour l'art et le cénacle poétique constitué autour de la revue Le Parnasse contemporain (1866) et consacré près de trente ans plus tard, en 1893, par la parution des Trophées de José Maria Heredia. Pourtant, l'idée que l'œuvre d'art n'a d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-pour-l-art/#i_36280

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Procès du sujet, procès de l'autobiographie »  : […] Il semble pourtant possible à certains, par-delà l'intervalle, de rechercher l'image d'une autre coïncidence. Si tout signifiant peut être considéré comme « mis à la place » de je, l'écriture sera nécessairement saturée d'autobiographisme. Les perturbations que subit le sujet livrent ses disjecta membra au grand océan du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_36280

BAKHTINE MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1975)

  • Écrit par 
  • François POIRIÉ
  •  • 1 060 mots

Né à Orel (Russie) dans une famille de vieille noblesse dont plusieurs membres illustrèrent l'histoire et la culture russes, Mikhaïl Bakhtine fait ses études secondaires au lycée d'Odessa. En 1913, il entre à la faculté d'histoire et de philologie de l'université de Novorossiisk (aujourd'hui université d'Odessa) qu'il quitte ensuite pour celle de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-mikhailovitch-bakhtine/#i_36280

BARTHES ROLAND (1915-1980)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 4 712 mots

Dans le chapitre « Barthes par Barthes »  : […] « La pratique d'une écriture textuelle, dit Barthes, est la véritable assomption de la théorie du texte. » Entendons qu'il désigne ainsi la mutation personnelle qui l'a changé d'un simple « intellectuel » en un des « écrivains » les plus étonnants et les plus originaux de notre temps. Cette mutation est apparente dès 1970, avec L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-barthes/#i_36280

CHKLOVSKI VIKTOR BORISSOVITCH (1893-1984)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 470 mots

Une extrême diversité dans l'œuvre (romans, essais, mémoires, scénarios, études littéraires et historiques), le non-conformisme de la pensée, une production abondante — plus de soixante œuvres, des centaines d'articles écrits de 1908 à nos jours —, rendent Chklovski difficile à classer et déroutant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viktor-borissovitch-chklovski/#i_36280

CONTEXTE, critique littéraire

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 314 mots

En critique littéraire, terme utilisé par plusieurs courants. La traditionnelle histoire littéraire s'est attachée, en particulier à la suite de Taine et de Lanson, à reconstituer une histoire de la littérature et des auteurs, parallèle à l'histoire proprement dite, dans l'intention d'expliquer ou en tout cas de comprendre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contexte-critique-litteraire/#i_36280

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 911 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Structuralisme, sémiotique, poétique, narratologie »  : […] Pour une telle critique, les textes ne sont pas à expliquer ni à interpréter (à la différence des buts que se donnent l'histoire et l'herméneutique), ils sont des moyens pour définir la littérature ou, mieux, la littérarité, comme catégorie universelle. Le structuralisme, institué en pédagogie, n'a-t-il pas cependant oscillé entre deux tentations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_36280

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 354 mots
  •  • 1 média

Jacques Derrida est né en 1930 à El-Biar, près d'Alger. Il entre en 1950 à l'École normale supérieure et rédige en 1953-1954, sous la direction de Jean Hyppolite, son mémoire de maîtrise sur Le Problème de la genèse chez Husserl (1990). À partir de 1964, il enseigne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-derrida/#i_36280

ECO UMBERTO (1932-2016)

  • Écrit par 
  • Béatrice LAROCHE
  • , Universalis
  •  • 1 552 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le monde des signes »  : […] dans la mesure où plusieurs signifiés cohabitent au sein d'un seul signifiant. Le texte n'est donc pas un objet fini, mais au contraire un objet « ouvert » que le lecteur ne peut se contenter de recevoir passivement et qui implique, de sa part, un travail d'invention et d'interprétation. L'idée-force d'Umberto Eco, reprise et développée dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/umberto-eco/#i_36280

EXÉGÈSE ALLÉGORIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 2 106 mots

L'exégèse allégorique consiste essentiellement à découvrir sous le sens obvie d'un texte une signification cachée, restée jusqu'alors inaperçue. Cette expérience peut être vécue et interprétée de bien des manières : comme une illumination divine, comme le fruit d'une investigation méthodique, comme la ruse instinctive de novateurs qui doivent s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exegese-allegorique/#i_36280

FORMALISME RUSSE

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 393 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une révolution méthodologique »  : […] L'œuvre d'art est une « somme de procédés », mais l'un d'eux prévaut à la suite d'une confrontation et assume le rôle de « dominante ». Le rythme n'est le plus souvent qu'une dominante, qui s'oppose à la syntaxe « prosaïque ». Brik définit le vers non plus comme un schéma métrique traditionnel, mais comme « unité rythmico- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme-russe/#i_36280

GENETTE GÉRARD (1930-    )

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 2 599 mots

Dans le chapitre « L'approche sémiotique et poétique du phénomène littéraire  »  : […] et Figures III (1972) constituent un ensemble critique complexe. En s'interrogeant sur le texte conçu comme « réserve de formes qui attendent leur sens », Genette interprète les œuvres de manière singulièrement novatrice tout en analysant les conditions mêmes du travail critique : qu'est-ce que donner un sens à ce qui, dans l'œuvre, n'était […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-genette/#i_36280

GREIMAS ALJIRDAS-JULIEN (1917-1992)

  • Écrit par 
  • François RASTIER
  •  • 681 mots

Né en 1917 à Tula de parents lituaniens, Algirdas-Julien Greimas fit des études de linguistique et de philologie à Grenoble (1936-1939). L'annexion de la Lituanie par l'U.R.S.S., en 1944, et la déportation de ses parents le contraignirent à l'émigration. À la Sorbonne, il commence, en 1945, sous la direction de Charles Bruneau, une thèse de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aljirdas-julien-greimas/#i_36280

HAGIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 806 mots

Dans le chapitre « Une fonction de « vacance » »  : […] Sous ces divers aspects, le texte coupe d'imaginaire la rigueur du temps ; il réintroduit le répétitif et le cyclique dans la linéarité du travail. En montrant comment, par un saint (une exception), l'histoire s'est ouverte à la « puissance de Dieu », il crée une place où le même et le loisir se rejoignent. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hagiographie/#i_36280

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « Écriture de l'histoire et « tournant linguistique » »  : […] Appliquée aux productions écrites des historiens, l'approche « rhétorique » ou « poétique » étudie les pratiques textuelles, c'est-à-dire les codes, les règles et procédures à l'œuvre dans les textes. Il peut s'agir, par exemple, d'analyser autant l'usage des métaphores, des temps, du « je », de la ponctuation, des notes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_36280

ISOTOPIE, linguistique

  • Écrit par 
  • Alain SAUDAN
  •  • 534 mots

Le concept d'isotopie, introduit de manière opératoire par A.-J. Greimas dans sa Sémantique structurale (1966), fondamentale pour l'analyse du discours et la constitution du texte en objet scientifique, est défini en ces termes par l'auteur : « Ensemble redondant de catégories sémantiques qui rend possible la lecture uniforme du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isotopie-linguistique/#i_36280

JAUSS HANS ROBERT (1921-1997)

  • Écrit par 
  • Karlheinz STIERLE
  •  • 829 mots

Né à Göppingen, Hans Robert Jauss est avec Wolfgang Iser le fondateur d'un groupe de recherche littéraire connu sous le nom d'école de Constance. À la théorie traditionnelle de la production et de l'imitation littéraires, celle-ci oppose une théorie de la réception qui, pour la première fois, fait du lecteur un protagoniste essentiel de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-robert-jauss/#i_36280

KRISTEVA JULIA (1941-    )

  • Écrit par 
  • François POIRIÉ
  •  • 920 mots

Née à Sliven en Bulgarie en 1941, agrégée de lettres modernes de l'institut de littérature de l'Académie des sciences (Sofia), Julia Kristeva travaille en France depuis 1966. Après un doctorat de 3e cycle, elle est attachée de recherche au Centre national de la recherche scientifique, secrétaire générale de l'Association […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julia-kristeva/#i_36280

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 534 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le modèle du système sans choses »  : […] préjugé, pour se laisser instruire par les emplois les plus déréalisés du langage ; ce que le langage ordinaire masque, la « littérature », depuis Rimbaud et Joyce, le révèle : à savoir que le langage est un univers propre ; si le référent ne lui est pas essentiel, le signifiant l'est certainement. Ainsi, l'accent se déplace du souci de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_36280

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories du discours et les grammaires de textes »  : […] s'est développé, au sein de la linguistique, un autre courant, connu sous le nom de « grammaires de textes ». Reprochant aux structuralistes et à Chomsky d'avoir limité la grammaire à l'étude de la phrase, les grammaires de textes entendent précisément insister sur la structuration des textes en tant qu'objets linguistiques et en proposer des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_36280

LINGUISTIQUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre KUENTZ
  •  • 5 325 mots
  •  • 2 médias

Les solutions ont aussitôt foisonné : renouvellement de la rhétorique classique, stylistique littéraire ou structurale, description linguistique des textes littéraires, poétique, sémiologie ou sémiotique, sémantique structurale, sémanalyse, etc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-litterature/#i_36280

MANUSCRITS - La critique génétique

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 13 193 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle conception du manuscrit »  : […] cette période formaliste fut déterminant pour les futures recherches sur les manuscrits. En étudiant le texte comme lieu d'une production structurale des significations, en faisant apparaître un fonctionnement interne et purement relationnel du texte conçu comme système, le point de vue structuraliste a permis de dégager le caractère décisif de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-la-critique-genetique/#i_36280

MONTAIGNE MICHEL EYQUEM DE (1533-1592)

  • Écrit par 
  • Fausta GARAVINI
  •  • 8 169 mots

Dans le chapitre « Les monstres dans la bibliothèque »  : […] communs, son encyclopédie aliénée, ses fantasmes envahissants. Le texte, tout texte – mais surtout le texte réflexif, qui parle de lui-même – se produit comme une dispute entre « je » et l'« autre » : « Les autres forment l'homme ; je le récite » n'est que le fragment le plus souvent cité parmi tous ceux où ce débat est explicitement inscrit dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montaigne-michel-eyquem-de/#i_36280

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 391 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'initiative aux mots »  : […] structuralisme président à la naissance d'une « poétique » qui envisage le texte comme un microcosme verbal clos sur lui-même. La définition jakobsonienne de la fonction poétique, qui met l'accent sur la forme de l'énoncé, semble définir l'essence même de la poésie, sa « littérarité ». L'année 1960 voit la naissance de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_36280

POÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER, 
  • Tzvetan TODOROV
  •  • 4 791 mots

Dans le chapitre « Situation actuelle »  : […] Création et intentionnalité. Bien qu'actuellement beaucoup des théories d'interprétation textuelle soient anti-intentionnalistes, la lecture du poéticien ne peut se passer d'une reconstruction de la structure intentionnelle des textes, puisqu'il étudie les procédés créateurs. Certains développements récents de la poétique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique/#i_36280

RASTIER FRANÇOIS (1945-    )

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 936 mots

(Sémantique pour l'analyse, 1994). De fait, le numérique ouvre une troisième époque de l’écrit par « l'accès immédiat au corpus » et à « la lecture non linéaire ». Donc à une nouvelle approche des textes qui permet de construire une nouvelle « textualité » : ce qui fait qu'un texte est texte et soumis à interprétation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rastier/#i_36280

RÉCIT

  • Écrit par 
  • Louis MARIN, 
  • Jean VERRIER
  •  • 8 852 mots
  •  • 2 médias

dramatiques, soit que l'on se réfère à des modèles logico-mathématiques et que l'on pose, in abstracto, la question de la définition du récit. La difficulté tiendra alors dans l'articulation de schémas narratifs très généraux à des réalisations narratives particulières : un récit littéraire, un reportage oral, un film, etc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit/#i_36280

RÉCIT TECHNIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 1 029 mots

Tout récit implique un pacte dans lequel opèrent quatre termes : auteur, lecteur, personnage, langage. Qu'un seul de ces termes fasse défaut et la confiance disparaît, le pacte est rompu. Pour maintenir la cohésion de ces éléments, le narrateur peut assumer plusieurs rôles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/techniques-du-recit/#i_36280

RICARDOU JEAN (1932-    )

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 743 mots

Né a Cannes le 17 juin 1932, romancier et critique (ces deux activités d'écriture sont chez lui réversibles), membre du comité de rédaction de la revue Tel Quel entre 1962 et 1971, Jean Ricardou doit être avant tout considéré comme l'exégète, le théoricien et le chef de file du Nouveau Roman. Si l'on écarte ses œuvres de fiction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-ricardou/#i_36280

RICHARD JEAN-PIERRE (1922-    )

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 898 mots

Né à Marseille en 1922, critique littéraire et grande figure universitaire (après avoir enseigné aux Instituts français de Londres et d'Espagne, puis à Vincennes de 1968 à 1978, il est devenu ensuite professeur à la Sorbonne), Jean-Pierre Richard est le principal continuateur de la critique « thématique » inaugurée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-richard/#i_36280

RIFFATERRE MICHAËL (1924-2006)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 160 mots

Lexicologue et critique littéraire franèais. Michael Riffaterre s'est bâti une réputation de redoutable polémiste à l'occasion d'échanges avec le romaniste Leo Spitzer, puis avec Roman Jakobson et Claude Lévi-Strauss, à propos de leur analyse des « Chats » de Baudelaire. À la suite d'une thèse de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-riffaterre/#i_36280

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 683 mots

Dans le chapitre « Influences, ruptures et manifestes »  : […] Publiée en 1956, mais composée pour moitié de textes antérieurs, L'Ère du soupçon peut passer pour le premier manifeste avant la lettre du nouveau roman. Nathalie Sarraute n'y revendique guère d'inspirateurs français. Elle analyse comment Kafka a hérité de Dostoïevski plus que de Proust cet univers où « ne reste qu'une immense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_36280

SÉMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
  •  • 10 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au-delà de la phrase »  : […] Un texte écrit ou oral n'est pas une simple juxtaposition de phrases : il obéit à des règles d'organisation, dont certaines s'appliquent à toutes les formes de discours, et d'autres sont propres à certains types de textes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semantique/#i_36280

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 769 mots

Dans le chapitre « Sens et interprétation »  : […] Ensuite, l'écriture détache le texte de son auteur ; le sens du texte cesse alors de coïncider avec l'intention mentale du locuteur ; il acquiert ce genre d'autonomie qui fait du texte l'objet de la lecture et non plus de l'écoute. Cette autonomie du sens est précisément ce qui rend le discours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-et-sens/#i_36280

SPITZER LEO (1887-1960)

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 527 mots

Né à Vienne, cet Autrichien fut, comme Erich Auerbach, professeur à l'université de Marburg avant de s'exiler également à Istanbul puis aux États-Unis. Le livre qui permet le plus facile accès à son œuvre, en France, s'intitule Études de style (Gallimard, 1970) : c'est un recueil d'articles, pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-spitzer/#i_36280

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Stylistique et linguistique »  : […] Malblanc pour l'allemand et le français. Si on en infléchissait l'application vers les textes littéraires (ce qui serait doublement hérétique), on aurait les linéaments d'une stylistique générative, qui, au demeurant, n'existe pas ; surtout, la conception de Bally suppose un degré zéro d'expression, par rapport auquel les segments occurrents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/#i_36280

TEL QUEL, revue

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 814 mots

Lorsque paraît en 1960 le premier numéro de la revue Tel Quel, le texte placé en exergue, qui éclaire le choix du titre, n'est pas emprunté à Paul Valéry, mais à Nietzsche : « Je veux le monde et le veux TEL QUEL, et le veux encore... » À ses débuts — alors que le comité de rédaction est constitué par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tel-quel-revue/#i_36280

TYNIANOV IOURI NIKOLAÏEVITCH (1894-1943)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 542 mots

De formation universitaire, spécialiste de l'histoire de la littérature russe du début du xixe siècle, Tynianov est d'abord un des principaux représentants de l'école formaliste, aux côtés de V. Chklovski et de B. Eichenbaum. Chercheur, enseignant, traducteur, correcteur, il donnera jusqu'en 1925 de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iouri-nikolaievitch-tynianov/#i_36280

Voir aussi

Pour citer l’article

Roland BARTHES, « TEXTE THÉORIE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-du-texte/