TEXTE THÉORIE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Qu'est-ce qu'un texte, pour l'opinion courante ? C'est la surface phénoménale de l'œuvre littéraire ; c'est le tissu des mots engagés dans l'œuvre et agencés de façon à imposer un sens stable et autant que possible unique. En dépit du caractère partiel et modeste de la notion (ce n'est, après tout, qu'un objet, perceptible par le sens visuel), le texte participe à la gloire spirituelle de l'œuvre, dont il est le servant prosaïque mais nécessaire. Lié constitutivement à l'écriture (le texte, c'est ce qui est écrit), peut-être parce que le dessin même des lettres, bien qu'il reste linéaire, suggère plus que la parole, l'entrelacs d'un tissu (étymologiquement, « texte » veut dire « tissu ») il est, dans l'œuvre, ce qui suscite la garantie de la chose écrite, dont il rassemble les fonctions de sauvegarde : d'une part, la stabilité, la permanence de l'inscription, destinée à corriger la fragilité et l'imprécision de la mémoire ; et d'autre part la légalité de la lettre, trace irrécusable, indélébile, pense-t-on, du sens que l'auteur de l'œuvre y a intentionnellement déposé ; le texte est une arme contre le temps, l'oubli, et contre les roueries de la parole, qui, si facilement, se reprend, s'altère, se renie. La notion de texte est donc liée historiquement à tout un monde d'institutions : droit, Église, littérature, enseignement ; le texte est un objet moral : c'est l'écrit en tant qu'il participe au contrat social ; il assujettit, exige qu'on l'observe et le respecte, mais en échange il marque le langage d'un attribut inestimable (qu'il ne possède pas par essence) : la sécurité.

La crise du signe

Du point de vue épistémologique, le texte, dans cette acception classique, fait partie d'un ensemble conceptuel dont le centre est le signe. On commence à savoir maintenant que le signe est un concept historique, un artefact analytique (et même idéologique), on sait qu'il y a une civil [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  TEXTE THÉORIE DU  » est également traité dans :

ART POUR L'ART

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 088 mots

L'histoire littéraire tend à confondre l'art pour l'art et le cénacle poétique constitué autour de la revue Le Parnasse contemporain (1866) et consacré près de trente ans plus tard, en 1893, par la parution des Trophées de José Maria Heredia. Pourtant, l'idée que l'œuvre d'art n'a d'autre fin qu'elle-même est une préoccupation centrale des théo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-pour-l-art/#i_36280

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Procès du sujet, procès de l'autobiographie »  : […] Il semble pourtant possible à certains, par-delà l'intervalle, de rechercher l'image d'une autre coïncidence. Si tout signifiant peut être considéré comme « mis à la place » de je , l'écriture sera nécessairement saturée d'autobiographisme. Les perturbations que subit le sujet livrent ses disjecta membra au grand océan du symbolique. L'autobiogra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_36280

BAKHTINE MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1975)

  • Écrit par 
  • François POIRIÉ
  •  • 1 060 mots

Né à Orel (Russie) dans une famille de vieille noblesse dont plusieurs membres illustrèrent l'histoire et la culture russes, Mikhaïl Bakhtine fait ses études secondaires au lycée d'Odessa. En 1913, il entre à la faculté d'histoire et de philologie de l'université de Novorossiisk (aujourd'hui université d'Odessa) qu'il quitte ensuite pour celle de S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-mikhailovitch-bakhtine/#i_36280

BARTHES ROLAND (1915-1980)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 4 712 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Barthes par Barthes »  : […] On comprendra que le texte ne se présente pas comme objet de discours scientifique et de théorie (comme l'était auparavant le signe), mais bien plutôt comme le générateur d'un discours métaphorique et subjectif, bref d'une écriture. « La pratique d'une écriture textuelle, dit Barthes, est la véritable assomption de la théorie du texte. » Entendons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-barthes/#i_36280

CHKLOVSKI VIKTOR BORISSOVITCH (1893-1984)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 470 mots

Une extrême diversité dans l'œuvre (romans, essais, mémoires, scénarios, études littéraires et historiques), le non-conformisme de la pensée, une production abondante — plus de soixante œuvres, des centaines d'articles écrits de 1908 à nos jours —, rendent Chklovski difficile à classer et déroutant. Théoricien de la littérature, il est un des péter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viktor-borissovitch-chklovski/#i_36280

CONTEXTE, critique littéraire

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 314 mots

En critique littéraire, terme utilisé par plusieurs courants. La traditionnelle histoire littéraire s'est attachée, en particulier à la suite de Taine et de Lanson, à reconstituer une histoire de la littérature et des auteurs, parallèle à l'histoire proprement dite, dans l'intention d'expliquer ou en tout cas de comprendre les œuvres à partir de le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contexte-critique-litteraire/#i_36280

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Structuralisme, sémiotique, poétique, narratologie »  : […] Entre Saussure, Jakobson et la critique structurale française, Lévi-Strauss a joué un rôle essentiel de médiateur, appliquant le modèle linguistique à d'autres systèmes culturels, d'abord la parenté puis les mythes. L'analyse du récit pouvait suivre (Roland Barthes, Algirdas-Julien Greimas, Umberto Eco, Tzvetan Todorov, Gérard Genette, Julia Krist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_36280

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 353 mots
  •  • 1 média

Jacques Derrida est né en 1930 à El-Biar, près d'Alger. Il entre en 1950 à l'École normale supérieure et rédige en 1953-1954, sous la direction de Jean Hyppolite, son mémoire de maîtrise sur Le Problème de la genèse chez Husserl (1990). À partir de 1964, il enseigne à l'École normale supérieure, jusqu'en 1983 – date à laquelle il entre à l'École […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-derrida/#i_36280

ECO UMBERTO (1932-2016)

  • Écrit par 
  • Béatrice LAROCHE
  • , Universalis
  •  • 1 552 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le monde des signes »  : […] Né le 5 janvier 1932 à Alessandria (Piémont), Umberto Eco fait ses études supérieures à Turin , où il soutient en 1954 une thèse de fin d'études sur l'esthétique chez saint Thomas d'Aquin, qui sera publiée en 1956 sous le titre Il Problema estetico in San Tommaso . Il travaille d'abord comme assistant à la télévision, de 1955 à 1958 ; à partir d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/umberto-eco/#i_36280

EXÉGÈSE ALLÉGORIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 2 106 mots

L'exégèse allégorique consiste essentiellement à découvrir sous le sens obvie d'un texte une signification cachée, restée jusqu'alors inaperçue. Cette expérience peut être vécue et interprétée de bien des manières : comme une illumination divine, comme le fruit d'une investigation méthodique, comme la ruse instinctive de novateurs qui doivent s'ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exegese-allegorique/#i_36280

FORMALISME RUSSE

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une révolution méthodologique »  : […] Avant tout le formalisme marqua en littérature une période de crise méthodologique aiguë. La littérature avait toujours été en Russie soumise au carcan d'une critique sociologisante à sous-entendus politiques et idéologiques. Depuis Vissarion Biélinski, et surtout à l'époque positiviste, le critique exigeait du créateur qu'il interprétât la « réal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme-russe/#i_36280

GENETTE GÉRARD (1930-2018)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 2 643 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'approche sémiotique et poétique du phénomène littéraire  »  : […] Présentées comme les trois moments d'une réflexion, Figures I (1966), Figures II (1969) et Figures III (1972) constituent un ensemble critique complexe. En s'interrogeant sur le texte conçu comme « réserve de formes qui attendent leur sens », Genette interprète les œuvres de manière singulièrement novatrice tout en analysant les conditions même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-genette/#i_36280

GREIMAS ALJIRDAS-JULIEN (1917-1992)

  • Écrit par 
  • François RASTIER
  •  • 681 mots

Né en 1917 à Tula de parents lituaniens, Algirdas-Julien Greimas fit des études de linguistique et de philologie à Grenoble (1936-1939). L'annexion de la Lituanie par l'U.R.S.S., en 1944, et la déportation de ses parents le contraignirent à l'émigration. À la Sorbonne, il commence, en 1945, sous la direction de Charles Bruneau, une thèse de lexicol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aljirdas-julien-greimas/#i_36280

HAGIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 806 mots

Dans le chapitre « Une fonction de « vacance » »  : […] Dans la communauté chrétienne et dès les premiers temps, l'hagiographie se distingue globalement d'un autre type de texte, les « livres canoniques » que constituent essentiellement les Écritures. Dans sa Vie ( v e  siècle), il nous est dit de Mélanie qu'une fois « rassasiée » des livres canoniques ou des recueils d'homélies, « elle parcourait les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hagiographie/#i_36280

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « Écriture de l'histoire et « tournant linguistique » »  : […] À partir des années 1970-1980, ce sont surtout les approches rhétoriques et poétiques qui, dans des travaux de nature très différente, ont contribué à réhabiliter l'intérêt des historiens pour les formes littéraires proprement dites de l'écriture historique. Ces problématisations explicites de la question de l'écriture de l'histoire s'opèrent dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_36280

ISOTOPIE, linguistique

  • Écrit par 
  • Alain SAUDAN
  •  • 534 mots

Le concept d'isotopie, introduit de manière opératoire par A.-J. Greimas dans sa Sémantique structurale (1966), fondamentale pour l'analyse du discours et la constitution du texte en objet scientifique, est défini en ces termes par l'auteur : « Ensemble redondant de catégories sémantiques qui rend possible la lecture uniforme du récit telle qu'ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isotopie-linguistique/#i_36280

JAUSS HANS ROBERT (1921-1997)

  • Écrit par 
  • Karlheinz STIERLE
  •  • 829 mots

Né à Göppingen, Hans Robert Jauss est avec Wolfgang Iser le fondateur d'un groupe de recherche littéraire connu sous le nom d'école de Constance. À la théorie traditionnelle de la production et de l'imitation littéraires, celle-ci oppose une théorie de la réception qui, pour la première fois, fait du lecteur un protagoniste essentiel de la communic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-robert-jauss/#i_36280

KRISTEVA JULIA (1941- )

  • Écrit par 
  • François POIRIÉ
  •  • 920 mots

Née à Sliven en Bulgarie en 1941, agrégée de lettres modernes de l'institut de littérature de l'Académie des sciences (Sofia), Julia Kristeva travaille en France depuis 1966. Après un doctorat de 3 e  cycle, elle est attachée de recherche au Centre national de la recherche scientifique, secrétaire générale de l'Association internationale de sémioti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julia-kristeva/#i_36280

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le modèle du système sans choses »  : […] Si, enfin, la langue est un système sans « choses », si donc l'univers des signes est fait de signes qui sont entièrement définis par un caractère purement interne , à savoir la différence entre le signifiant et le signifié, il devient tentant de tenir le jeu du signifiant et du signifié pour l'absolu même, au sens premier du mot « absolu « : ce qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_36280

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories du discours et les grammaires de textes »  : […] Au début des années 1970, la réflexion linguistique s'est élargie à la dimension du discours. L'un des enjeux majeurs étant de savoir dans quelle mesure le discours relève d'une analyse immanente opérant à l'aide de procédures réglées de nature linguistique – voie qui avait été ouverte, dans le domaine de la littérature, par les formalistes russes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_36280

LINGUISTIQUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre KUENTZ
  •  • 5 324 mots
  •  • 2 médias

La rupture de l'unité ancienne entre « grammaire » et « belles-lettres », instituée par le passage de la philologie à la linguistique, a conduit à poser comme un problème la question de la relation entre la linguistique et la littérature. Les solutions ont aussitôt foisonné : renouvellement de la rhétorique classique, stylistique littéraire ou stru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-litterature/#i_36280

MANUSCRITS - La critique génétique

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 13 193 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle conception du manuscrit »  : […] Paradoxalement, le trésor des archives littéraires modernes, disponible à la recherche depuis près d'un siècle, est resté inexploité par les critiques qui avaient tenté d'adapter la philologie classique aux littératures contemporaines. La critique génétique, en effet, n'a que peu à voir avec les anciennes « études de genèse » qui, depuis la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-la-critique-genetique/#i_36280

MONTAIGNE MICHEL EYQUEM DE (1533-1592)

  • Écrit par 
  • Fausta GARAVINI
  •  • 8 169 mots

Dans le chapitre « Les monstres dans la bibliothèque »  : […] Mais comment, par quelles voies, ce « je » problématique et « mélancolique » entre-t-il en écriture ? De quelle façon se réalise ce projet insolite, cette « sotte entreprise » qui consiste à se prendre soi-même pour argument et pour sujet ? « Me trouvant entièrement dépourvu et vide de toute autre matière, je me suis présenté moi-même à moi, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montaigne-michel-eyquem-de/#i_36280

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 836 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Narration et textualité »  : […] La prose des premiers textes narratifs n’a pas l’aspect de la prose latine et ne prétend pas avoir le même statut rhétorique. L’absence presque totale de codification explicite avant Brunetto Latini est compensée par un investissement formel très important ; il s’agit surtout d’une compétence collective des écrivains, une codification implicite qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_36280

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'initiative aux mots »  : […] Ce propos célèbre inaugure une des tendances les plus marquantes de la « révolution du langage poétique » (Julia Kristeva) : son émancipation vis-à-vis de ses fonctions expressive et représentative. La poésie participe ainsi d'un mouvement plus général qui porte l'art moderne, en Occident, à rompre avec la mimesis pour exploiter et explorer les re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_36280

POÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER, 
  • Tzvetan TODOROV
  •  • 4 791 mots

Dans le chapitre « Situation actuelle »  : […] Avec le reflux du « structuralisme » vers la fin des années 1970, la poétique a subi une inflexion notable. Si l'analyse structurale a mis l'accent sur l'aspect syntaxique de la littérature, c'est-à-dire l'analyse immanente des formes, les développements récents de la poétique témoignent d'une prise en compte de la dimension pragmatique : sous ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique/#i_36280

RASTIER FRANÇOIS (1945- )

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 936 mots

François Rastier s'est montré l'un des esprits les plus inventifs dans le domaine des sciences du langage. Né à Toulouse en 1945, docteur en linguistique, directeur de recherche au C.N.R.S., son œuvre est aujourd'hui reconnue internationalement. Elle est fondée sur une audace et une originalité. L'audace est sans doute d'avoir choisi comme champ d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rastier/#i_36280

RÉCIT

  • Écrit par 
  • Louis MARIN, 
  • Jean VERRIER
  •  • 8 852 mots
  •  • 2 médias

Au cours des années 1960, les études du récit vont s'orienter suivant deux directions principales. Dans le domaine littéraire, on a tenté de définir des catégories générales du récit saisies dans des textes particuliers : À la recherche du temps perdu , de Proust, ou La Modification , de Michel Butor, par exemple . Mais certaines de ces catégories […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit/#i_36280

RÉCIT TECHNIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 1 029 mots

Tout récit implique un pacte dans lequel opèrent quatre termes : auteur, lecteur, personnage, langage. Qu'un seul de ces termes fasse défaut et la confiance disparaît, le pacte est rompu. Pour maintenir la cohésion de ces éléments, le narrateur peut assumer plusieurs rôles. Les manières de faire un récit sont extrêmement diverses, de l'anecdote au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/techniques-du-recit/#i_36280

RICARDOU JEAN (1932- )

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 743 mots

Né a Cannes le 17 juin 1932, romancier et critique (ces deux activités d'écriture sont chez lui réversibles), membre du comité de rédaction de la revue Tel Quel entre 1962 et 1971, Jean Ricardou doit être avant tout considéré comme l'exégète, le théoricien et le chef de file du Nouveau Roman. Si l'on écarte ses œuvres de fiction –  L'Observatoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-ricardou/#i_36280

RICHARD JEAN-PIERRE (1922- )

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 898 mots

Né à Marseille en 1922, critique littéraire et grande figure universitaire (après avoir enseigné aux Instituts français de Londres et d'Espagne, puis à Vincennes de 1968 à 1978, il est devenu ensuite professeur à la Sorbonne), Jean-Pierre Richard est le principal continuateur de la critique « thématique » inaugurée principalement par Gaston Bachela […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-richard/#i_36280

RIFFATERRE MICHAËL (1924-2006)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 160 mots

Lexicologue et critique littéraire franèais. Michael Riffaterre s'est bâti une réputation de redoutable polémiste à l'occasion d'échanges avec le romaniste Leo Spitzer, puis avec Roman Jakobson et Claude Lévi-Strauss, à propos de leur analyse des « Chats » de Baudelaire. À la suite d'une thèse de doctorat sur « Le Style des Pléiades de Gobineau », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-riffaterre/#i_36280

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 683 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Influences, ruptures et manifestes »  : […] Le nouveau roman est spécifiquement français, voire parisien (ce qui ne l'a pas empêché de connaître une grande fortune à l'étranger, notamment aux États-Unis). Cette origine se perçoit à l'adjectif « nouveau », qui a servi, chez nous, d'autres effets de mode. On l'expliquera par la tradition du roman français, réputée pour ses vertus de clarté et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_36280

SÉMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
  •  • 10 322 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au-delà de la phrase »  : […] Un texte écrit ou oral n'est pas une simple juxtaposition de phrases : il obéit à des règles d'organisation, dont certaines s'appliquent à toutes les formes de discours, et d'autres sont propres à certains types de textes. Durant les années 1970, on assiste à la reconnaissance de l'unité-texte comme unité linguistique à part entière, et à l'éclosio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semantique/#i_36280

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 769 mots

Dans le chapitre « Sens et interprétation »  : […] On a maintenu à dessein l'opposition entre sémantique et sémiotique dans les limites de la plus petite unité de discours, la phrase. Qu'en est-il du sens lorsque l'on passe à des séquences plus longues de discours, à des textes , à des œuvres dotées d'une unité propre, marquées par un style original, rattachées à des genres divers tels que récit, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-et-sens/#i_36280

SPITZER LEO (1887-1960)

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 527 mots

Né à Vienne, cet Autrichien fut, comme Erich Auerbach, professeur à l'université de Marburg avant de s'exiler également à Istanbul puis aux États-Unis. Le livre qui permet le plus facile accès à son œuvre, en France, s'intitule Études de style (Gallimard, 1970) : c'est un recueil d'articles, pour la plupart traduits de l'anglais et de l'allemand, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-spitzer/#i_36280

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Stylistique et linguistique »  : […] La stylistique, cependant, est aussi inséparable de la linguistique, soit comme partie intégrante, soit comme voisine d'un territoire aux lisières incertaines. On peut même soutenir que c'est dans la mouvance de la linguistique que la stylistique s'est historiquement constituée comme discipline autonome. Mais il s'est passé, à ce sujet, quelque ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/#i_36280

TEL QUEL, revue

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 814 mots
  •  • 1 média

Lorsque paraît en 1960 le premier numéro de la revue Tel Quel , le texte placé en exergue, qui éclaire le choix du titre, n'est pas emprunté à Paul Valéry, mais à Nietzsche : « Je veux le monde et le veux TEL QUEL, et le veux encore... » À ses débuts — alors que le comité de rédaction est constitué par Philippe Sollers , Jean-René Huguenin et Jean- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tel-quel-revue/#i_36280

TYNIANOV IOURI NIKOLAÏEVITCH (1894-1943)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 542 mots

De formation universitaire, spécialiste de l'histoire de la littérature russe du début du xix e  siècle, Tynianov est d'abord un des principaux représentants de l'école formaliste, aux côtés de V. Chklovski et de B. Eichenbaum. Chercheur, enseignant, traducteur, correcteur, il donnera jusqu'en 1925 de nombreux articles consacrés à Pouchkine, à Grib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iouri-nikolaievitch-tynianov/#i_36280

Voir aussi

Pour citer l’article

Roland BARTHES, « TEXTE THÉORIE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-du-texte/