BAKHTINE MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Orel (Russie) dans une famille de vieille noblesse dont plusieurs membres illustrèrent l'histoire et la culture russes, Mikhaïl Bakhtine fait ses études secondaires au lycée d'Odessa. En 1913, il entre à la faculté d'histoire et de philologie de l'université de Novorossiisk (aujourd'hui université d'Odessa) qu'il quitte ensuite pour celle de Saint-Pétersbourg, où enseignaient notamment l'helléniste Zélinski et le logicien Vvédenski. Mais c'est surtout en étudiant par lui-même la philosophie, l'esthétique et la philologie que Bakhtine forge ses idées et ses méthodes de recherche.

Considéré avant tout comme un théoricien et un historien de la littérature, Mikhaïl Bakhtine — qui a écrit certains de ses livres sous un pseudonyme, publié quelques parties seulement d'essais monumentaux, repris et remanié des études cinquante ans après leur première parution — a posé beaucoup de problèmes d'identification aux critiques et au public, notamment français, ce qui explique sans doute la difficile percée de son œuvre, et sa reconnaissance tardive. C'est en 1963, avec la réédition de Problèmes de la poétique de Dostoïevski — paru originellement en 1929 —, que l'œuvre de Bakhtine s'est affirmée comme essentielle. Traduit en français en 1970, le livre rencontrera un accueil très favorable, notamment grâce à un article de Julia Kristeva. La Poétique de Dostoïevski est en fait l'aboutissement de recherches antérieures dans lesquelles Bakhtine se distinguait de l'esthétique des « formalistes », critiques, linguistes, écrivains alors très écoutés en Russie. À la suite d'esthètes allemands comme Wölfflin ou Walzel, les formalistes affirmaient que l'art et la littérature sont des entités indépendantes du monde extérieur ainsi que de la vie et de la sensibilité de l'auteur, comme de celles du lecteur. Ils privilégiaient la construction de l'œuvre — procédés narratifs, composition de l'intrigue — sur son contenu et ses relations avec les autres œuvres. Bakhtine réfute l'idée que l'œuvre soit uniquement un matériau : pour lui, il s'agit d'une rencontre entre langage, forme et contenu, rencontre orchestrée par un homme (l'auteur). Bakhtine veut redonner toute son importance à la littérature comme mode d'expression singulier, décidé par un sujet qui a une histoire, une idéologie, un imaginaire.

Dans l'un de ses premiers essais, L'Auteur et le héros (repris depuis dans Esthétique de la création verbale, 1984), Bakhtine développe la thèse, qui sera centrale dans sa pensée, selon laquelle le créateur et ses personnages sont dans une situation comparable face au langage. Et Bakhtine de voir dans les romans de Dostoïevski des polyphonies où la voix de l'auteur n'a pas plus d'autorité que celle des héros. Quelques années plus tard, sans connaître les thèses bakhtiniennes, Sartre dira de manière similaire, à propos de Mauriac : « Le romancier n'a pas le droit de juger. » (Bakhtine écrivait : « L'auteur n'est qu'un participant du dialogue. »)

Après cette première période où, lisant Dostoïevski, Bakhtine met en évidence que l'unité appelée « homme » est en réalité plurielle, changeante, dépendant entièrement d'autrui — en cela il annonce les sujets brisés, inachevés de la littérature moderne, ceux de Joyce, Kafka, Artaud, Faulkner —, trois autres cycles vont se succéder dans sa réflexion : l'un sociologique et marxiste, l'autre linguistique, le troisième historico-littéraire. De la période socio-marxiste, deux titres (parus sous le pseudonyme de V. N. Volochinov) sont à retenir : Le Marxisme et la philosophie du langage (1re édition 1929 ; paru en français en 1977) et Le Freudisme (1927 ; paru en français en 1980). Pensés à plusieurs mais rédigés par Bakhtine, ces deux ouvrages réaffirment, contre une psychologie et une linguistique subjectives, la primauté du social : le langage et la pensée, qui constituent « l'homme », sont nécessairement intersubjectifs. L'homme n'est vu en son entier que par autrui (ce que Bakhtine appelle l'exotopie), l'Autre suprême étant Dieu. On peut trouver là un écho à la dialectique hégélienne du même et de l'autre, et une annonce de la conscience sartrienne définie par le regard de l'autre. Mais c'est aussi à certains dogmes du christianisme — Bakhtine était très croyant — que font penser pareilles analyses.

Durant [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BAKHTINE MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1975)  » est également traité dans :

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Dialogisme et intertextualité »  : […] L'œuvre de Mikhaïl Bakhtine est contemporaine du formalisme russe mais son influence s'est fait sentir plus tard, après le structuralisme. Bakhtine se démarquait des formalistes en décrivant le fait linguistique comme procès social et situation communicationnelle. Cette insistance sur l' énonciation a pour conséquence de faire apparaître la pluralité de sens des énoncés, que Bakhtine appelle « hét […] Lire la suite

INTERTEXTUALITÉ THÉORIE DE L'

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 4 301 mots

Dans le chapitre « Genèse du concept »  : […] La notion d'intertextualité reste, à son origine, indissociable des travaux théoriques du groupe Tel Quel et de la revue homonyme (fondée en 1960 et dirigée par Philippe Sollers ) qui diffusa les principaux concepts élaborés par ce groupe de théoriciens qui devaient marquer profondément leur génération. C'est à la période d'apogée de Tel Quel , en 1968-1969, que le concept clé d'intertextualité fi […] Lire la suite

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 269 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La parodie comme réflexion en acte »  : […] Les formalistes russes, dans les années 1920, jugeront à l'inverse que la parodie, comme toutes les pratiques qui mettent un texte en relation avec un autre texte (relation à laquelle Julia Kristeva donna par la suite le nom d' intertextualité ), témoigne de la vitalité d'une littérature et constitue un facteur de « l'évolution littéraire ». Pour Iouri Tynianov, en « détruisant » l'ensemble ancien […] Lire la suite

RÉALISME (art et littérature)

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN, 
  • Henri MITTERAND
  •  • 6 489 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La littérature comme reflet de la réalité »  : […] Pourtant, cette étiquette a fait fortune au xix e  siècle, et encore au xx e . Les points de repère abondent. C'est Stendhal, définissant le roman comme un miroir que l'on promène le long d'une grande route. C'est Balzac, se donnant dans l'avant-propos à La Comédie humaine « un plan qui embrasse à la fois l'histoire et la critique de la Société, l'analyse de ses maux et la discussion de ses princ […] Lire la suite

Pour citer l’article

François POIRIÉ, « BAKHTINE MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH - (1895-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-mikhailovitch-bakhtine/