Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TÉLÉOSTÉENS ET HOLOSTÉENS

Le groupe des Téléostéens, par sa diversité morphologique, biologique, écologique, représente un remarquable succès évolutif. Avec environ vingt-cinq mille espèces, non seulement il est le groupe de Poissons de beaucoup le plus nombreux, mais, en outre, il compte à peu près autant d'espèces que tous les autres Vertébrés réunis. On trouve des Téléostéens dans tous les milieux aquatiques, marins ou dulçaquicoles, dans les zones abyssales comme dans les torrents de montagnes, sous les tropiques comme dans les régions polaires. Plusieurs espèces, sans être véritablement terrestres, sont capables de quitter, pour un temps, le milieu aquatique et de se déplacer sur la terre ferme.

La grande diversité du groupe rend difficile une définition qui englobe toutes les formes connues. Il faut situer les Téléostéens parmi les autres Actinoptérygiens, et en particulier par rapport aux formes fossiles et actuelles autrefois classées dans le groupe des Holostéens, ensemble artificiel qui n'a aucune valeur phylétique. Les premiers Téléostéens sont connus dans le Trias moyen.

Parmi les caractères morphologiques importants, on retiendra seulement :

– la réduction des écailles ganoïdes qui perdent le revêtement d'émail (ganoïne) et se réduisent à une mince lame d'os généralement acellulaire (écailles élasmoïdes) ;

Crâne, mâchoires et suspensorium

Crâne, mâchoires et suspensorium

– un enfoncement des os dermiques du crâne, l'apparition d'un grand os impair, le supraoccipital qui sépare les pariétaux, la modification de la région occipitale, du fait de son invasion par une musculature d'origine troncale.

Leptolepis : squelette caudal

Leptolepis : squelette caudal

– un squelette caudal compact comportant des arcs hémaux modifiés et élargis, les hypuraux, et des éléments dermiques (écailles modifiées) dorsaux, les urodermaux. Beaucoup de spécialistes considèrent la structure de la nageoire caudale comme le meilleur caractère diagnostique des Téléostéens. Le caractère monophylétique de ces derniers a ainsi pu être reconnu.

Forme et taille

La forme générale des Téléostéens est extraordinairement variée, comme on le verra plus loin à propos de la classification. Si la morphologie typiquement pisciforme est très répandue (Hareng, Truite, Thon, Cyprin), elle peut se modifier énormément par allongement, raccourcissement, aplatissement latéral ou dorso-ventral, élévation du corps... Les modifications des diverses nageoires par extension, réduction ou disparition peuvent changer la silhouette du poisson (cf. chap. 6).

Les variations de taille sont également considérables. Parmi les plus petits poissons – qui sont aussi les plus petits Vertébrés – se placent beaucoup de Cyprinodontidés qui n'atteignent pas (du moins le mâle) 2 centimètres. Le record est sans doute détenu par deux Gobiidés des Philippines : Mystichthys, d'eau douce, mesure à peine plus de 1 centimètre et Pandaka, marin, est légèrement plus petit.

Silure glane

Silure glane

À l'opposé, parmi les géants, plusieurs espèces de Téléostéens (Thon, Silure glane, Tarpon, Flétan) dépassent 2 mètres de longueur. Arapaima, du Brésil, peut avoir 5 mètres (et peser 200 kg). Le Régalec, poisson marin assez rare, atteint cette taille mais, du fait de sa forme rubanée, son poids est beaucoup moins considérable. On connaît un fossile crétacé, l'Ostéoglossiforme Xiphactinus, qui atteignait lui aussi 5 mètres. Dans tous ces cas, on reste loin des Requins géants, pèlerin (9 m et 4 t) ou requin baleine (18 m et 8 t). La taille de la plupart des Téléostéens est modeste et se situe entre 15 et 30 centimètres.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Crâne, mâchoires et suspensorium

Crâne, mâchoires et suspensorium

Leptolepis : squelette caudal

Leptolepis : squelette caudal

Silure glane

Silure glane

Autres références

  • ACTINOPTÉRYGIENS

    • Écrit par Philippe JANVIER
    • 2 756 mots
    • 9 médias
    Lestéléostéens (Teleostei) sont les plus abondants, les plus diversifiés et souvent les plus spécialisés des actinoptérygiens actuels. Ils comptent 23 668 espèces marines et d'eau douce, de morphologie très diverse : perches, brochets, harengs, morues, thons, soles, hippocampes, poissons-coffres,...
  • HORMONES

    • Écrit par Jacques DECOURT, Universalis, Yves-Alain FONTAINE, René LAFONT, Jacques YOUNG
    • 14 354 mots
    • 11 médias
    ...moléculaire au sein de cette famille ? On sait que les Tétrapodes (dont les Amphibiens) possèdent déjà les trois hormones. En revanche, chez les Poissons Téléostéens, il semble bien n'exister, à côté d'une TSH, qu'une seule GTH glycoprotéique ; cette dernière est formée aussi de deux sous-unités dont les...
  • MILIEU INTÉRIEUR

    • Écrit par Jean-Paul TRUCHOT
    • 3 956 mots
    • 4 médias
    Lestéléostéens marins, enfin, ont un milieu intérieur très hypo-osmotique par rapport à l'eau de mer (1/3 environ) et dont la composition ionique est très voisine de celle des téléostéens d'eau douce et des vertébrés supérieurs aériens. De ce fait, ils sont confrontés en permanence à une perte d'eau...
  • OSMORÉGULATION

    • Écrit par Brahim LAHLOU
    • 3 304 mots
    • 3 médias
    Les Poissons téléostéens et les Tétrapodes sont tous hypo-osmotiques à l'eau de mer ; leur concentration interne, voisine de 300 milliosmoles par litre, n'est que le tiers de celle du milieu externe. Le cas classique du Téléostéen marin, représenté dans la figure, constitue un bon exemple de régulation...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi