Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TÉLÉOSTÉENS ET HOLOSTÉENS

Vessie gazeuse et flottabilité

La présence d'un diverticule œsophagien (ou pharyngoœsophagien) est un des traits les plus caractéristiques des poissons osseux (classe des Ostéichthyens). Il est très vraisemblable que, chez les formes primitives, ce diverticule ait eu un rôle respiratoire et qu'il fonctionnait comme un poumon grâce auquel le poisson pouvait respirer l'air atmosphérique à la surface de l'eau, lorsque le taux d'oxygène dissous était insuffisant pour assurer la respiration branchiale comme le font les Dipneustes actuels ou le Polyptère. Les Crossoptérygiens de la période dévonienne, dont les premiers Vertébrés terrestres sont issus, étaient probablement amphibies.

Perche : vessie gazeuse - crédits : Encyclopædia Universalis France

Perche : vessie gazeuse

Chez les Téléostéens, le diverticule œsophagien n'a que très rarement un rôle respiratoire (b) ; il est un organe hydrostatique, un flotteur qui facilite la nage et le maintien du poisson à un niveau déterminé. On l'appelle la « vessie natatoire » ou mieux « vessie gazeuse ». C'est un sac allongé, rempli de gaz et qui occupe la partie dorsale de la cavité abdominale au-dessus du tube digestif. Il a pour origine une évagination de la paroi dorsale de l'œsophage, avec lequel une communication permanente est conservée par un « canal pneumatique » chez les Téléostéens les plus primitifs (disposition physostome) [a]. Chez les Téléostéens évolués, au contraire, le canal pneumatique s'oblitère chez le jeune et la vessie gazeuse est alors isolée, sans communication avec l'extérieur ; c'est la disposition physoclyste.

La vessie gazeuse a un développement plus ou moins considérable suivant les espèces et, en conséquence, le coefficient de flottabilité varie. Beaucoup de Téléostéens ont une flottabilité neutre, c'est-à-dire une densité égale à celle de leur milieu (1 pour l'eau douce, 1,026 pour l'eau de mer), ce qui est la condition idéale pour se maintenir sans effort à niveau constant dans leur milieu. Cette flottabilité neutre est obtenue par un certain volume de la vessie gazeuse : de 5 à 6 p. 100 du volume total pour un poisson marin, de 7 à 8 p. 100 pour un poisson d'eau douce. Elle est réalisée chez les poissons qui vivent en pleine eau où ils peuvent s'immobiliser sans difficulté, avec seulement quelques mouvements des nageoires pour conserver l'équilibre. C'est le cas, par exemple, des Cyprinidés (Carpes, Tanches), des Truites, du Brochet, de la Perche, en eau douce, et aussi de nombreux poissons marins, Gadidés, Mulet, Saint-Pierre (Zeus).

D'autres poissons, littoraux ou benthiques, ont un comportement très différent ; vivant sur le fond, ils se déplacent peu et nagent avec effort, retombant sur le fond dès que cessent les mouvements. Leur densité est sensiblement supérieure à celle du milieu, car ils n'ont qu'une vessie gazeuse très petite ou en manquent complètement. Sont dans ce cas des poissons comme les Gobies, les Blennies, les poissons plats (Sole, Plie).

Le contenu de la vessie gazeuse varie beaucoup suivant les espèces et suivant les conditions : chez les Physostomes des eaux superficielles, la vessie est remplie d'un mélange gazeux de composition voisine de celle de l'air, au moment de la venue en surface ; chez les Physoclystes, la composition du contenu gazeux de la vessie est très différente de celle de l'air, au moins par les proportions des différents gaz : l'O2 prédomine et le CO2 abonde souvent.

Les Physoclystes et certains Physostomes présentent deux régions spécialisées de la paroi de la vessie, qui assurent le contrôle de la pression des gaz. Dans la région postéro-dorsale, une partie fortement vascularisée constitue un organe de résorption, l'ovale. Ce dernier peut être isolé de la chambre principale par un étranglement circulaire, sorte de sphincter. Comme la tension des gaz dans la vessie est[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Crâne, mâchoires et suspensorium - crédits : Encyclopædia Universalis France

Crâne, mâchoires et suspensorium

Leptolepis : squelette caudal - crédits : Encyclopædia Universalis France

Leptolepis : squelette caudal

Silure glane - crédits : Kletr/ Shutterstock

Silure glane

Autres références

  • ACTINOPTÉRYGIENS

    • Écrit par Philippe JANVIER
    • 2 756 mots
    • 9 médias
    Lestéléostéens (Teleostei) sont les plus abondants, les plus diversifiés et souvent les plus spécialisés des actinoptérygiens actuels. Ils comptent 23 668 espèces marines et d'eau douce, de morphologie très diverse : perches, brochets, harengs, morues, thons, soles, hippocampes, poissons-coffres,...
  • HORMONES

    • Écrit par Jacques DECOURT, Universalis, Yves-Alain FONTAINE, René LAFONT, Jacques YOUNG
    • 14 354 mots
    • 11 médias
    ...moléculaire au sein de cette famille ? On sait que les Tétrapodes (dont les Amphibiens) possèdent déjà les trois hormones. En revanche, chez les Poissons Téléostéens, il semble bien n'exister, à côté d'une TSH, qu'une seule GTH glycoprotéique ; cette dernière est formée aussi de deux sous-unités dont les...
  • MILIEU INTÉRIEUR

    • Écrit par Jean-Paul TRUCHOT
    • 3 956 mots
    • 4 médias
    Lestéléostéens marins, enfin, ont un milieu intérieur très hypo-osmotique par rapport à l'eau de mer (1/3 environ) et dont la composition ionique est très voisine de celle des téléostéens d'eau douce et des vertébrés supérieurs aériens. De ce fait, ils sont confrontés en permanence à une perte d'eau...
  • OSMORÉGULATION

    • Écrit par Brahim LAHLOU
    • 3 304 mots
    • 3 médias
    Les Poissons téléostéens et les Tétrapodes sont tous hypo-osmotiques à l'eau de mer ; leur concentration interne, voisine de 300 milliosmoles par litre, n'est que le tiers de celle du milieu externe. Le cas classique du Téléostéen marin, représenté dans la figure, constitue un bon exemple de régulation...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi