TÉLÉOSTÉENS ET HOLOSTÉENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Téguments et écailles

L'épiderme des Téléostéens est riche en glandes épidermiques unicellulaires. Les glandes cutanées pluricellulaires sont rares, et ce sont généralement des glandes à venin associées à divers dispositifs d'inoculation (épines operculaires des Rascasses, rayons épineux de la nageoire dorsale de la Vive...). Ce sont des glandes spécialisées qui constituent les photophores, organes producteurs de lumière si répandus, en particulier chez les Téléostéens des zones marines profondes.

Le derme est formé essentiellement de nappes de fibres conjonctives et élastiques enroulées en spirale autour du corps. En général, plusieurs couches superposées ont des enroulements opposés et la direction des fibres est donc croisée d'une couche à l'autre, ce qui réalise un revêtement superficiel à la fois résistant et très souple.

Le derme contient aussi diverses catégories de cellules pigmentaires (chromatophores), dont la répartition réalise un plan spécifique de coloration susceptible de se modifier avec l'âge. En outre, chez certains poissons tout au moins, des déplacements de granules pigmentaires au sein des chromatophores permettent des modifications rapides de la coloration individuelle sous l'action de facteurs extérieurs comme l'éclairement, la teinte du fond, etc. Ces modifications de coloration qui constituent l'adaptation chromatique sont soumis à des mécanismes nerveux et endocriniens.

Les écailles des Téléostéens sont typiquement minces, incluses dans le derme, où elles prennent naissance ; elles se recouvrent partiellement d'avant en arrière. Elles dérivent des écailles ganoïdes des Actinoptérygiens primitifs par amincissement et simplification de la structure, en particulier perte de la dentine et de l'émail. Ces écailles « élasmoïdes » appartiennent à deux types : les écailles cycloïdes des Téléostéens généralisés sont à peu près circulaires, avec un bord postérieur lisse, et elles présentent une ornementation superficielle de fins épaississements grossièrement circulaires et concentriques, les circuli. Les écailles cténoïdes sont définies par leur bord postérieur garni de courtes épines disposées sur plusieurs rangs ; elles caractérisent les Néotéléostéens comprenant les Paracanthoptérygiens (Baudroie, Morue) et les Acanthoptérygiens (dont les Percomorphes).

Téléostéens : écailles

Dessin : Téléostéens : écailles

Écailles de Téléostéens 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'intérêt des écailles élasmoïdes réside dans leur structure. Elles comportent une très mince couche d'os à fibres entremêlées, qui édifie l'ornementation superficielle mentionnée ci-dessus. Elle recouvre la plaque basale beaucoup plus épaisse faite de couches superposées de fibres de collagène régulièrement disposées. Dans chaque strate, les fibres sont parallèles, mais l'orientation change d'une strate à la suivante ; cette structure, qui évoque un contreplaqué, se présente sous deux variantes. La plus simple montre seulement deux orientations des fibres, à peu près perpendiculaires (contreplaqué orthogonal). L'autre disposition est plus compliquée : d'une strate à la suivante, l'orientation varie d'un angle à peu près constant, inférieur à 900, de sorte que l'on trouve généralement, suivant les espèces, cinq, six ou sept directions (contreplaqué en hélice). Le contreplaqué orthogonal se rencontre essentiellement chez les Téléostéens les plus évolués. Les Téléostéens les plus primitifs ont des écailles en contreplaqué hélicoïdal.

Mais certains groupes manifestent une réduction plus ou moins poussée de l'écaillure (écailles minuscules, enfouies dans le derme chez l'Anguille ; peau « nue » de certains Silures). À l'inverse, on trouve aussi une hypertrophie du squelette cutané : les Épinoches ont les flancs garnis de quelques plaques osseuses épaisses ; certains Poissons-chats (Loricariidés), les Syngnathes, les Coffres (Ostracion) ont une carapace continue faite de plaques juxtaposées.

Anguille

Vidéo : Anguille

Après avoir passé de six à dix ans en eau douce, l'anguille (Anguilla anguilla) atteint sa maturité sexuelle (passant de la couleur jaune au vert argenté), puis commence une longue migration (environ deux ans) vers la mer des Sargasses (Atlantique), où elle va se reproduire et mourir. Les... 

Crédits : stefanek / Biosmotion

Afficher

La croissance des écailles, étroitement synchrone à celle du poisson entier, dépend en premier lieu de l'alimentation. Le plus souvent, surtout chez les poissons d'eau douce des régions tempérées, les ressources alimentaires subissent des variations saisonnières qui ont des répercussions sur la croissance. Ces variations se traduisent sur l'écaille cycloïde ou cténoïde par des anneaux concentriques alternés et de structure différente. Des anneaux larges et clairs correspondent à la période estivale, tandis que la croissance plus limitée en hiver se traduit par des anneaux sombres plus étroits. Le cycle annuel de croissance est donc visib [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Crâne, mâchoires et suspensorium

Crâne, mâchoires et suspensorium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Leptolepis : squelette caudal

Leptolepis : squelette caudal
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Silure glane

Silure glane
Crédits : Kletr/ Shutterstock

photographie

Téléostéens : écailles

Téléostéens : écailles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 19 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TÉLÉOSTÉENS ET HOLOSTÉENS  » est également traité dans :

ACTINOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 762 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « actinoptérygiens fossiles »  : […] Les actinoptérygiens fossiles sont abondants depuis la fin du Dévonien (370 Ma) et souvent représentés par des individus complets. Ainsi, les données paléontologiques ont largement contribué à la connaissance de l'histoire évolutive et de la phylogénie du groupe. Des écailles d'apparence ganoïde datant du Silurien supérieur (418 Ma) ont été attribuées à un actinoptérygien ( Andreolepis ) mais pou […] Lire la suite

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 348 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Mécanismes d'action et effets physiologiques »  : […] Les effets physiologiques des hormones au niveau des cellules effectrices (par exemple sur la croissance, les capacités de synthèse ou de sécrétion) sont le résultat d'une chaîne d'événements qui débute par l'interaction de la molécule hormonale avec un récepteur spécifique. C'est la présence dans des cellules de récepteurs reconnaissant une « hormone » avec une forte affinité qui confère à ce […] Lire la suite

MILIEU INTÉRIEUR

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TRUCHOT
  •  • 3 949 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Animaux marins »  : […] On considère habituellement que la vie est née dans la mer. Plus certainement, l'essentiel de l'évolution des Métazoaires a eu lieu en milieu marin. L'un des arguments les plus convaincants en faveur de cette idée est le fait que tous les grands taxons du règne animal ont des représentants marins actuels et que les espèces présentes d'eau douce ou terrestres appartiennent à des phylums ayant des […] Lire la suite

OSMORÉGULATION

  • Écrit par 
  • Brahim LAHLOU
  •  • 3 308 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Osmorégulation des Vertébrés »  : […] Les Cyclostomes et les Élasmobranches sont en équilibre isosmotique avec l'eau de mer, mais suivant des mécanismes différents. Chez les premiers, qui constituent le groupe le plus primitif, la forte concentration interne est réalisée comme chez les Invertébrés, par l'abondance des ions minéraux, surtout Na + et Cl - . Chez les seconds, ces ions ne comptent que pour un tiers environ de l'osmolarit […] Lire la suite

PHOTOGENÈSE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marie BASSOT
  •  • 6 866 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cellules glandulaires »  : […] La Pholade a cinq régions lumineuses ; les plus développées forment deux cordons longitudinaux, à l'intérieur du siphon. Les coupes histologiques montrent deux catégories bien distinctes de cellules glandulaires qui débouchent par de longs collets entre les cellules ciliées de l'épithélium de revêtement. Il n'existe aucune structure dioptrique. Lorsque l'animal est perturbé, les produits de sécré […] Lire la suite

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 067 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le tégument et ses annexes »  : […] La peau des Poissons est formée, comme chez tous les Vertébrés, par un épithélium stratifié superficiel, l' épiderme, recouvrant un tissu conjonctif souvent abondamment fibreux, le derme. L'épiderme comporte plusieurs catégories cellulaires : – La couche basale est faite de cellules peu différenciées qui se multiplient activement pour renouveler les cellules anciennes éliminées vers la surface. Ma […] Lire la suite

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves animales

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jean-Marie VERNIER
  •  • 7 470 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Cas du développement des œufs méroblastiques »  : […] Le développement de l'œuf télolécithe des Poissons Téléostéens est caractérisé par la mise en place progressive, autour de la masse vitelline insegmentée, d'une structure syncytiale particulière, le syncytium vitellin (ou périblaste). L'origine et les mouvements du cytoplasme de ce syncytium, l'origine, les mouvements, la prolifération et la croissance de ses noyaux ont fait l'objet d'interprétat […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, « TÉLÉOSTÉENS ET HOLOSTÉENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/teleosteens-et-holosteens/