TECHNIQUE ET ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Art et connaissance

À ce nouveau stade historique de la division du travail que le capitalisme industriel institue au cours du xviiie et surtout du xixe siècle, la séparation de l'art et de la technique n'est donc qu'un aspect particulier d'un processus très général. Mais elle constitue un fait de civilisation remarquable en ce qu'elle atteste, concernant la pratique artistique dans sa différence avec la pratique scientifique, une sorte de réduction ou d'appauvrissement, ainsi qu'un rejet dans la marginalité sociale.

L'«  artiste » médiéval (qui n'était pas ainsi nommé) est un ouvrier spécialisé. Comme tel, il trouve sa place dans le système des corporations et son activité relève des « arts mécaniques », par opposition aux « arts libéraux » qui sont des savoirs. À l'âge de la Renaissance et du classicisme, le peintre et le sculpteur demeurent des techniciens. Certains d'entre eux accèdent cependant au rang d'intellectuels, pour autant que l'on reconnaît qu'ils coopèrent activement (c'est-à-dire « en acte », par une production qui est matérielle et non purement spéculative) à l'élaboration des concepts théologiques, moraux, politiques, scientifiques.

À l'aube du machinisme, la philosophie des Lumières va de nouveau modifier ce jeu d'oppositions duelles et définir de la sorte les fondements de l'idéologie artistique du capitalisme industriel naissant. Elle procède à deux opérations liées, dont la première est l'aboutissement des oppositions antérieurement ébauchées, mais dont la seconde est décisive : elle rejette toujours davantage hors de son propre discours les considérations sur la technicité de l'art ; surtout, elle dissocie l'art et la connaissance, c'est-à-dire deux aspects du travail intellectuel dont la culture de la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TECHNIQUE ET ART  » est également traité dans :

ANAMORPHOSES OU THAUMATURGUS OPTICUS - LES PERSPECTIVES DÉPRAVÉES, Jurgis Baltrušaitis - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annamaria DUCCI
  •  • 1 396 mots

Dans le chapitre « Les erreurs de la perspective »  : […] La perspective n'étant qu'un procédé artificiel qui permet la reconstruction de l'espace et de la réalité, elle peut engendrer également la représentation d'images fausses qui ne sont que les fantômes du monde réel. Le mot « anamorphose » (apparu au xvii e  siècle) signifie littéralement une « forme qui revient », car il désigne précisément une inversion de perspective : « Au lieu d'une réduction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anamorphoses-ou-thaumaturgus-opticus-les-perspectives-depravees/#i_14155

ARCHITECTES ET INGÉNIEURS (expositions)

  • Écrit par 
  • Michel COTTE
  •  • 1 240 mots

L'ouvrage d'art et le grand bâtiment public ou industriel prennent place à la frontière de deux cultures, celle des architectes et celle des ingénieurs. Confrontation et complémentarité, affirmation d'autonomie et source mutuelle d'inspiration, l'ambiguïté paraît marquer cette rencontre. Les démarches intellectuelles s'opposent : l'architecte affirme une vision d'ensemble au nom de ses conceptions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architectes-et-ingenieurs/#i_14155

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 952 mots

L'architecture a toujours constitué une discipline frontière entre art et technique. Ce statut ambigu rend son abord plus complexe que pour d'autres disciplines. Dans un tel contexte, peut-être faut-il commencer par s'interroger sur ce qui fait l'intérêt architectural d'un édifice. À quels impératifs contradictoires s'agit-il de répondre pour faire œuvre d'architecture ? À la fois théorique et pra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-notions-essentielles/#i_14155

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Construire aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 6 516 mots
  •  • 4 médias

Plus encore que d'autres dimensions de la discipline architecturale, le rapport de l'architecture aux techniques témoigne de l'épuisement des idéaux modernistes, tels qu'ils avaient été formulés au début du xx e  siècle par des architectes comme Gropius, Mies van der Rohe et Le Corbusier. Contrairement à leurs devanciers, les architectes contemporains ne croient plus nécessairement aux vertus réde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-construire-aujourd-hui/#i_14155

ART & SCIENCES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 6 154 mots
  •  • 3 médias

Depuis les années 1960, conservateurs du patrimoine, historiens de l'art, archéologues, architectes, artistes, restaurateurs d'œuvres d'art se sont rapprochés des physiciens et des chimistes. Ensemble, ils ont adopté des appareils perfectionnés et des méthodes de pointe pour engager un véritable dialogue autour de la nature technique de l'œuvre d'art et de l'objet archéologique. Au carrefour des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-sciences/#i_14155

BEHRENS PETER (1868-1940)

  • Écrit par 
  • Luce CAYLA
  •  • 1 849 mots

Dans le chapitre « L'esthétique industrielle »  : […] L'essor extrêmement rapide de l'industrie allemande, tout en stimulant le modelage d'un espace social selon des perspectives utilitaristes, favorisa l'invention d'une « figuration » nouvelle, visant à exprimer la modernité techniciste ; la nécessité se faisait sentir de mettre en question le machinisme du xix e  siècle. La fondation en 1907 du Deutscher Werkbund fut le manifeste de l'intégration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-behrens/#i_14155

BONHOMMÉ FRANÇOIS (1809-1881)

  • Écrit par 
  • Marc LE BOT
  •  • 389 mots

L'histoire de l'art doit retenir le nom de François Bonhommé parce qu'il fut le premier peintre de l'industrie et parce qu'il a consacré la quasi-totalité de son œuvre à l'illustration de la première révolution industrielle. Cette œuvre n'est pas seulement un témoignage historique unique sur une révolution de l'ordre technologique. Elle marque aussi, en tant que production artistique, un aspect pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-bonhomme/#i_14155

CABINET DE CURIOSITÉS ou WUNDERKAMMER

  • Écrit par 
  • Myriam MARRACHE-GOURAUD
  •  • 4 017 mots
  •  • 3 médias

« Tous les hommes désirent naturellement la connaissance », déclare Aristote au début de la Métaphysique . Ce désir qui serait propre à la nature humaine, et qu’on nomme en latin libido sciendi , est une idée qui connaît une fortune particulière à la Renaissance, où les ambitions humanistes d’embrasser tous les domaines de la connaissance donnent raison à un élan, jugé proprement humain, vers les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cabinet-de-curiosites-wunderkammer/#i_14155

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Technique et support »  : […] La calligraphie est tracée à l'encre, sur soie ou sur papier, au moyen d'un pinceau. Le pinceau est une création typique du génie chinois, alliant la simplicité de structure à une souplesse illimitée d'applications ; mais le corollaire de sa prodigieuse sensibilité est l'extrême difficulté de son contrôle ; pour être manié proprement, il requiert du calligraphe une intense concentration à la fois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_14155

COLLAGE

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 227 mots

Dans le chapitre « Le collage, une tradition moderne »  : […] Les débats dont le collage fit l'objet au xx e  siècle témoignent du rôle central qu'il a joué dans les développements de l'art moderne et contemporain. La question de son « autonomie » fut en effet posée lorsque, en 1961, le critique américain William Seitz décida de réunir sous le terme générique d'« assemblage » des objets aussi divers que le papier collé cubiste, les Combines de Rauschenber […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collage/#i_14155

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS & MÉTIERS (C.N.A.M.)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 757 mots

Le Conservatoire national des arts et métiers (C.N.A.M.), à Paris, est un établissement public de formation, de recherche et de diffusion de la culture scientifique, fondé le 10 octobre 1794 à l’initiative de l’abbé Grégoire. Déjà, Vaucanson en avait formé une première ébauche ; il avait réuni dans l'hôtel de Mortagne, rue Charonne, une collection d'outils et de machines propre à éduquer les ouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conservatoire-national-des-arts-et-metiers/#i_14155

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Dans le chapitre « Art et savoir (« téchnē/epistémē ») : la revendication des artistes »  : […] Depuis le vi e  siècle et surtout au cours des v e et iv e  siècles, architectes, peintres et sculpteurs avaient laissé, en dehors de la transmission orale dans le secret des ateliers, des traités écrits sur leur art. Ainsi Vitruve donne-t-il dans la préface du livre VII (paragr. 7 à 11) une liste d'architectes, de peintres et de sculpteurs auteurs de traités. Il est significatif qu'il commence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-antiquite-greco-romaine/#i_14155

DESIGN

  • Écrit par 
  • Christine COLIN
  •  • 8 019 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Survol historique »  : […] Le survol de l'histoire du design laisse percevoir l'extraordinaire hétérogénéité des mouvements, écoles, œuvres, créateurs généralement réunis sous cet intitulé. Les partisans de l'artisanat contre les méfaits de la massification industrielle et sa production de « pacotille » (Arts & Crafts, Wiener Werkstätte, par exemple) s'y confrontent à ceux de l'industrie et de la mécanisation (Le Corbusier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/design/#i_14155

DESIGN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Stéphane LAURENT
  •  • 647 mots

Avril 1751 Parution du premier volume de l' Encyclopédie de Diderot et d'Alembert. L'ouvrage défend entre autres les vertus d'une beauté obtenue par une production rationnelle à haut degré de savoir-faire, parfois réalisée en série et existant depuis l'Antiquité (amphores grecques, lampes à huile romaines, châsses limousines, etc.). 1829 Les frères George et Robert Stephenson lancent la locomotiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/design-reperes-chronologiques/#i_14155

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Un art pour la bourgeoisie »  : […] Le rôle des souverains et de leur entourage n'apparaît que très secondaire et épisodique. L'empereur, lui-même, ne s'intéresse guère aux beaux-arts ou à l'art industriel. L'impératrice, par son goût « tapissier » et son culte pour la reine Marie-Antoinette, suit bien plus qu'elle ne les crée les idées en vogue. On attribue souvent à la princesse Mathilde, plus indépendante d'esprit, une influence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_14155

SUBLIME

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 168 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Longin : la question de l'essence de l'art »  : […] Comme dans tous les traités de ce genre et de cette époque (l'Antiquité alexandrine), la question initiale de Longin est une question restreinte. Elle demande si le sublime relève ou non d'une technè particulière, s'il y a, ou non, des « préceptes techniques » du sublime. Technè , dans cette première question, est pris au sens relativement faible de « savoir-faire », et la réponse de Longin, col […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime/#i_14155

FOLDÈS PETER (1924-1977)

  • Écrit par 
  • Robert BENAYOUN
  •  • 987 mots

Artiste universel qui a dominé toutes les techniques et en a inventé plusieurs, Peter Foldès a influencé le graphisme contemporain au point qu'on ne sait plus dans quelles disciplines il s'est exprimé avec le plus d'aisance, de plaisir ou d'autorité. Il a tout pratiqué, la peinture, le film, l'objet, le dessin animé, la bande dessinée, l'électronique, et a tout fondu en une œuvre protéenne, éclat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-foldes/#i_14155

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Langage et signification »  : […] L'intérêt de la gravure et sa richesse viennent en grande partie de ce que ses fonctions utilitaires ne l'ont jamais empêchée d'être simultanément un art original et non fonctionnel. De là les insolubles querelles entre graveurs et artistes, qui se reproduisirent en 1839 entre graveurs et photographes, pour savoir si la gravure appartient ou non à un art. Cette réticence vient surtout de la prése […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_14155

INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 251 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des itinéraires contrastés »  : […] Progressivement cependant, les chemins de l'architecte et de l'ingénieur commencent à se séparer. Aux architectes la conception des palais, des églises et des hôtels particuliers, aux ingénieurs les ouvrages de défense et les travaux de génie civil : routes, ponts, canaux et ports de mer. La séparation ne devient complète qu'à la charnière des xviii e et xix e  siècles, avec l'apparition de corps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingenieur-et-architecte/#i_14155

KLÜVER BILLY (1927-2004)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 974 mots

Il y a un cas Billy Klüver. Cherchez son nom dans quelque nomenclature ou catalogue d'exposition sur l'art du xx e  siècle : vous ne le trouverez pas. Pourtant, Johan Wilhelm dit Billy Klüver, ingénieur suédois né à Monaco en 1927, a prêté la main à quelques-unes des créations les plus fortes de l'art moderne et contemporain, comme l' Hommage à New York (1960) de Jean Tinguely, œuvre éphémère, ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/billy-kluver/#i_14155

KOWALSKI PIOTR (1927-2004)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 1 684 mots

L'artiste plasticien Piotr Kowalski appartient à la catégorie rare des artistes inventeurs dont la figure emblématique est Léonard de Vinci. Pour les artistes de cette famille – Seurat, Duchamp et Morellet par exemple – « voir » ne se contente pas de rimer avec « savoir » : c'est simplement la même chose. Voir, c'est inventer. Kowalski a été, dans les années 1970-1980, l'un des penseurs d'un art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piotr-kowalski/#i_14155

L'EMPREINTE (exposition)

  • Écrit par 
  • Michel MENU
  •  • 1 444 mots

L'exposition L'Empreinte a proposé, après L'Informe , une autre approche de la modernité : ces deux manifestations se sont déroulées à une année d'intervalle au Musée national d'art moderne. Chacune était accompagnée d'un livre qui fait partie intégrante de l'exposition et qui en constitue le prolongement. Pour L'Empreinte toutefois, il ne s'agit plus, comme pour L'Informe , d'un « mode d'emploi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-empreinte/#i_14155

NUMÉRIQUE ART

  • Écrit par 
  • Edmond COUCHOT
  •  • 6 665 mots

On désigne par « art numérique » tout art réalisé à l'aide de dispositifs numériques – ordinateurs, interfaces et réseaux. Cette définition reste technique et générique. Elle englobe les multiples appellations désignant des genres particuliers de l'art numérique, comme l'art virtuel, l'art en réseau, le cyberart, etc. Historiquement, elle succède, sans les rendre obsolètes, aux appellations précé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-numerique/#i_14155

PERFORMANCE, art

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 19 226 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Performance et technologie : la question de l'aura »  : […] On se rappelle la définition que donnait, en 1936, W. Benjamin de l'aura : « l'apparition unique d'un lointain, si proche soit-il ». L'aura qualifiait la présence (ou l'absence, ou la présence-absence) de l'œuvre en tant que sacrée ou liturgique, ou mieux cultuelle : ce qui à la fois nous fascine en elle, et la rend « inapprochable par essence ». Une statue de Vénus, par exemple, fait l'objet d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/performance-art/#i_14155

PHOTOSCULPTURE

  • Écrit par 
  • Sylvain BELLENGER
  •  • 530 mots

Dans un article qu'il consacre à la photosculpture, Théophile Gautier écrit en 1863 : « C'était déjà bien assez merveilleux. Le soleil dessinateur ; passe ; mais le soleil sculpteur ; l'imagination déconcertée se refuse à croire un semblable prodige. » La photosculpture est en effet la plus étonnante tentative d'art démocratisé par les techniques modernes sous le second Empire. La découverte de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photosculpture/#i_14155

PICTORIALISME

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 889 mots

Le mouvement pictorialiste a duré deux décennies, de 1890 à 1910 environ. Son nom provient de l'expression anglaise pictorial photography dans laquelle pictorial est un dérivé du mot picture qui peut signifier « peinture » mais dont le sens correct est « image ». Le pictorialisme est donc une photographie créatrice qui veut faire reconnaître la prééminence de l'image sur le réel photographié. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pictorialisme/#i_14155

SAPPER RICHARD (1932-2015)

  • Écrit par 
  • Christine COLIN
  •  • 765 mots

Richard Sapper est un designer allemand. Né le 30 mai 1932 à Munich, il y poursuit des études (anatomie, ingénierie, philosophie), couronnées par un diplôme de commerce de l’université de la ville. Il intègre ensuite le département du design de Daimler-Benz à Stuttgart. Pour autant, il fera toute sa carrière à Milan, où il ouvre son agence en 1959. Auparavant, il a fait ses armes chez Gio Ponti p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-sapper/#i_14155

SCULPTURE - L'espace sculptural

  • Écrit par 
  • Henri VAN LIER
  •  • 3 263 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La délimitation »  : […] On peut concevoir l'acte de sculpter comme une spécialisation à l'intérieur de l'acte de fabriquer des outils. Quand un artisan des cavernes fait une masse ou une flèche, il approprie un morceau de nature au circuit d'échanges que fait le corps avec l'environnement. Comme l'a montré André Leroi-Gourhan, cette pratique suppose des actions différées dans la confection de l'outil, dans son adaptatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-l-espace-sculptural/#i_14155

SOURIAU ÉTIENNE (1892-1979)

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 1 375 mots
  •  • 1 média

Pendant près d'un demi-siècle, Étienne Souriau a régné sur l'esthétique française. Il ne l'a pas cherché et il n'eût pas aimé qu'on le lui dise : cet homme massif, secret, abrupt et doux, dont l'intelligence et l'érudition forçaient le respect, était la tolérance même ; et nul n'a pu se plaindre qu'il lui ait fait de quelque façon violence. Étienne Souriau appartient à une famille de philosophes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-souriau/#i_14155

TAKIS VASSILIAKIS (1925-2019)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  • , Universalis
  •  • 1 071 mots

Né le 25 octobre 1925 à Athènes, Panayótis Vassilákis, dit Takis, peut être considéré comme un rénovateur de la sculpture, dans le sillage de Brancusi et Giacometti, et dans la proximité de mouvements tels que l’art cinétique ou le nouveau réalisme. Il s’est installé à Paris à partir de 1954. Autodidacte, ayant appris des artisans grecs la technique ancienne du travail de la pierre, à l'imitation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vassiliakis-takis/#i_14155

THÉOPHILE LE MOINE (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN
  •  • 313 mots

Moine connu pour avoir écrit un traité des techniques de l'art : De diversis artibus (cf. C. R. Dodwell, Theophilius. De diversis artibus ..., Londres-New York, 1961). Parmi les nombreux textes de ce genre qui virent le jour au Moyen Âge, celui de Théophile offre l'avantage d'être le plus complet et surtout de révéler chez son auteur de solides connaissances pratiques. Le traité est divisé en tro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophile-le-moine/#i_14155

WERKBUND DEUTSCHER

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 651 mots

En 1902, alors même qu'il est attaché à l'ambassade d'Allemagne à Londres et qu'il arrive au terme d'une scrupuleuse enquête sur l'utopisme pratique et théorique de William Morris, l'architecte allemand Hermann Muthesius entreprit d'ébranler les mouvements fin de siècle qui défendaient la vieille tradition des métiers d'art. Pour lui, seuls les objets fabriqués à la machine sont susceptibles de ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deutscher-werkbund/#i_14155

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc LE BOT, « TECHNIQUE ET ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/technique-et-art/