Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE Construire aujourd'hui

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Plus encore que d'autres dimensions de la discipline architecturale, le rapport de l'architecture aux techniques témoigne de l'épuisement des idéaux modernistes, tels qu'ils avaient été formulés au début du xxe siècle par des architectes comme Gropius, Mies van der Rohe et Le Corbusier. Contrairement à leurs devanciers, les architectes contemporains ne croient plus nécessairement aux vertus rédemptrices de la construction, ou encore à la nécessité d'industrialiser la production du bâti pour des raisons à la fois économiques, politiques et éthiques. Héritée de Viollet-le-Duc, la notion de « vérité constructive » tend à disparaître du discours des concepteurs. L'heure n'est plus à la recherche d'une standardisation impliquant un appauvrissement des formes. L'opportunisme et la souplesse dans l'utilisation des ressources technologiques semblent préférables au dogmatisme dont avaient souvent fait preuve les architectes modernes sur ce point.

L'épuisement des idéaux modernistes

En même temps qu'elle correspond à une évolution interne à la discipline architecturale, cette transformation est inséparable d'une mutation autrement générale du regard porté sur les sciences et les techniques. À l'heure des manipulations génétiques et de la dégradation généralisée de l'environnement provoquée par l'industrialisation, on ne croit plus que leur marche en avant soit nécessairement synonyme de progrès politique et social. Il devient alors difficile d'y voir un « instrument de purification » de l'architecture, pour reprendre l'expression employée par Walter Gropius dans un essai de 1936 présentant l'enseignement du Bauhaus au public américain. Si la rigueur des assemblages constructifs de Mies van der Rohe conserve son pouvoir de fascination, il n'est plus question de sacrifier au même genre de recherche ainsi qu'en témoigne le récent projet de Rem Koolhaas pour le campus de l'Illinois Institute of Technology, l'un des chefs-d'œuvre de Mies.

Pour autant, jamais les techniques n'ont évolué aussi rapidement. Avec les effets de l'informatisation et la diversité sans précédent des matériaux et des procédés de construction, la question du rapport entre architecture et technique reste plus que jamais d'actualité. C'est à un ensemble de tentatives de redéfinition de ce rapport que l'on assiste en réalité.

De nouveaux enjeux technologiques

Avant de chercher à cerner un peu plus précisément le contenu de certaines de ces tentatives, évoquons quelques-unes des innovations qui nécessitent de repenser les relations entre architecture et technique, ainsi que les problèmes qu'elles soulèvent.

Dans les agences d'architecture, la principale innovation tient à la diffusion de l'ordinateur. Celui-ci modifie à la fois le contenu et les méthodes de conception, les formes produites par les architectes et la façon d'organiser le processus qui leur donne naissance. Mais l'impact de l'informatisation ne s'arrête pas là. Les possibilités de calcul et de simulation dont elle s'accompagne rendent notamment possible une approche dynamique de phénomènes comme la résistance au feu des constructions.

Du point de vue des ressources technologiques disponibles pour construire, il faut noter l'extraordinaire diversification des structures et surtout des matériaux et de leurs procédés de mise en œuvre. C'est cette diversification qui a contribué le plus sûrement à ébranler le credo moderniste qui avait longtemps guidé les architectes. Les techniques contemporaines d'assemblage, le développement des colles en particulier, ont joué par exemple un rôle non négligeable dans la remise en cause de la notion de vérité constructive qui reposait sur des procédés beaucoup plus traditionnels.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'architecture et des techniques à la Graduate school of design de l'université Harvard, Cambridge, Massachusetts (États-Unis)

Classification

Pour citer cet article

Antoine PICON. ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Construire aujourd'hui [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Grande Arche de la Défense - crédits : Doug Armand/ The Image Bank/ Getty Images

Grande Arche de la Défense

Caserne de pompiers, Z. Hadid - crédits : Hilbich/ AKG-images

Caserne de pompiers, Z. Hadid

Musée juif de Berlin, D. Libeskind - crédits : R. Wulf/ AKG-images

Musée juif de Berlin, D. Libeskind

Autres références

  • AI WEIWEI (1957- )

    • Écrit par
    • 1 095 mots
    • 1 média
    ...Fuck off autour de photographies délibérément scandaleuses. Après avoir construit son propre studio de cinéma à la périphérie de Pékin en 1999, il se tourne vers l'architecture et ouvre son premier atelier à Caochangdi. Quatre ans plus tard, il fonde le cabinet Fake Design afin de mener à bien...
  • ANDO TADAO (1941- )

    • Écrit par
    • 1 885 mots
    • 1 média

    Lauréat de nombreux grands prix internationaux d'architecture, célébré par de vastes rétrospectives dans les principaux musées d'art contemporain, Andō Tadao est devenu l'architecte emblématique du Japon, l'une grandes figures internationales de la profession. Sa notoriété lui vient d'une expression...

  • ANDRAULT MICHEL (1922-2020) et PARAT PIERRE (1928-2019)

    • Écrit par et
    • 1 092 mots

    En 1957, deux jeunes architectes remportent le concours international de la Basilique de Syracuse avec un projet dont l'audacieuse corolle inversée en voile de béton était présentée comme la métaphore de l'élévation de l'humanité vers Dieu. Diplômés de l'École nationale supérieure des beaux-arts de...

  • ANDREU PAUL (1938-2018)

    • Écrit par
    • 1 045 mots

    Né le 10 juillet 1938 à Caudéran, le jeune Paul Andreu quitte sa Gironde natale pour intégrer l'École polytechnique à Paris avec l'intention de devenir physicien. En 1960, il en sort diplômé, et changé : les cours de dessin l'ont convaincu qu'il était destiné à embrasser une carrière créatrice....

  • Afficher les 117 références