TECHNÉTIUM

Médias de l’article

Scintigraphie osseuse au technétium 99m

Scintigraphie osseuse au technétium 99m
Crédits : CNRI and Science Photo Library/ Science Photo Library/ Corbis

photographie

	Production de technétium 99m par irradiation de molybdène 100

Production de technétium 99m par irradiation de molybdène 100


Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Le plus léger élément chimique dépourvu d’isotope stable, le technétium, est un métal d’intérêt primordial pour ses applications en imagerie médicale. Injecté dans l’organisme des patients, son isotope 99 métastable permet par scintigraphie de réaliser des diagnostics précis de diverses pathologies. La relative pénurie de son approvisionnement depuis 2007 suscite un ambitieux programme de recherche visant à sa production sans utilisation de réacteur nucléaire.

Scintigraphie osseuse au technétium 99m

Scintigraphie osseuse au technétium 99m

photographie

Au cours d'une recherche de possibles métastases osseuses d'un cancer de la prostate, ce patient a reçu une injection de technétium 99m. Le radiomarqueur se concentre au niveau des métastases. Ces dernières apparaissent, sur cette image en fausses couleurs, comme des points de couleur rose à... 

Crédits : CNRI and Science Photo Library/ Science Photo Library/ Corbis

Afficher

Isolement et propriétés du technétium

Le technétium, dont le nom vient du grec tekhnetos, qui signifie « artificiel », a été découvert – et provisoirement nommé « masurium » – en 1925 par les chimistes allemands Ida Noddack-Tacke, Walter Noddack et Otto Berg dans des minerais riches en uranium ; mais, parce qu’ils n’ont pas réussi à le concentrer, leur découverte n’a pas été reconnue par l’Union internationale de chimie. La découverte officielle a été créditée à l’équipe d’Emilio Segrè (1905-1989) du laboratoire de physique de l’université de Palerme (Italie) qui l’a produit pour la première fois en 1937 – sous la forme de son isotope 97 quasi stable – par irradiation aux deutons (le noyau d’un isotope naturel de l’hydrogène constitué d’un proton et d’un neutron) d’un échantillon de molybdène. En 1952, l’astronome américain Paul Willard Merrill (1887-1961) détecte par spectroscopie la présence de technétium dans plusieurs étoiles rouges variables (dont la géante rouge pulsante R d’Andromède), ce qui a constitué un argument décisif en faveur de la théorie selon laquelle la nucléosynthèse (c’est-à-dire la production d’éléments lourds lors de processus nucléaires) a lieu à l’intérieur de ces étoiles. De fait, le technétium est un produit de fission habituel dans les réacteurs nucléaires, d’où il peut être isolé par diverses techniques. Il est aussi produit lors de la détonation d’une arme nucléaire. Son existence est ainsi toujours liée à un processus de fission ou de fusion nucléaire.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  TECHNÉTIUM  » est également traité dans :

LAWRENCE ERNEST ORLANDO (1901-1958)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LÉVIS
  •  • 365 mots
  •  • 1 média

en dérivèrent se révélèrent des appareils de choix pour réaliser des transmutations nucléaires. Lawrence produisit ainsi le technétium, premier élément artificiel, puis plusieurs autres isotopes radioactifs à usage médical, notamment le phosphore et l'iode, ce dernier utilisé dans le traitement de l'hyperthyroïdie. Il a institué également l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-orlando-lawrence/#i_10100

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 881 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Développement des radiopharmaceutiques »  : […] sélectif a permis une extension rapide des explorations de la médecine nucléaire. Le technétium 99m constitue le radioélément le plus utilisé dans les services de médecine nucléaire. Il émet un rayonnement γ d'énergie adaptée aux détecteurs à scintillation, et sa période physique de 6 heures autorise les différentes explorations sans irradiation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_10100

SEGRÈ EMILIO GINO (1905-1989)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 337 mots
  •  • 1 média

Physicien d'origine italienne (il est né le 1er février 1905 à Tivoli), lauréat du prix Nobel de physique en 1959, avec le physicien américain Owen Chamberlain, pour la découverte de l'antiproton (particule de même masse que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilio-gino-segre/#i_10100

TABLEAU PÉRIODIQUE DES ÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Séverine BLÉNEAU-SERDEL
  •  • 1 954 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’intuition de Mendeleïev et les améliorations ultérieures »  : […] et du germanium (eka-silicium) en 1886 convaincront les sceptiques. Notons qu’il faudra attendre 1937 pour que l’eka-manganèse, qui prendra le nom de technétium, soit séparé des produits de fission nucléaire de l’uranium. De nombreux corps simples ont trouvé leur place dans la classification périodique depuis et tous les éléments naturels ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tableau-periodique-des-elements/#i_10100

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « TECHNÉTIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/technetium/