TECHNÉTIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Scintigraphie osseuse au technétium 99m

Scintigraphie osseuse au technétium 99m
Crédits : CNRI and Science Photo Library/ Science Photo Library/ Corbis

photographie

	Production de technétium 99m par irradiation de molybdène 100

Production de technétium 99m par irradiation de molybdène 100


Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Technétium et imagerie médicale

Si le technétium possède de nombreux isotopes, dont les plus stables sont les technétiums 97 et 98 – leurs périodes dépassant le million d’années –, son isotope 99 est le plus intéressant ; sous sa forme la plus stable, sa demi-vie est de 212 000 ans. Il se désintègre en ruthénium 99 en émettant un rayonnement bêta et un rayonnement gamma. La forme métastable de cet isotope 99 (noté 99mTc) a une demi-vie de six heures et se désintègre par émission gamma en technétium 99, le rayonnement gamma ayant une énergie caractéristique de 140 kiloélectronvolts (keV) qui le rend facile à détecter. Le technétium 99m est industriellement produit par l’intermédiaire de l’isotope 99 du molybdène dans des générateurs molybdène/technétium auprès des réacteurs nucléaires.

Production de technétium 99m par irradiation de molybdène 100

	Production de technétium 99m par irradiation de molybdène 100

dessin

Une plaque de molybdène 100 (100Mo) est irradiée par les rayons X émis par un synchrotron. L’irradiation provoque l’éjection d’un neutron et transmute le molybdène en technétium 99 (99Tc) qui se désintègre spontanément en 99mTc. Ce dernier est séparé... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L’importance du technétium vient de son utilisation dans la réalisation d’examens médicaux par scintigraphie. Par opposition à l’imagerie radiographique où un faisceau externe de rayons X traverse le patient, la scintigraphie est une technique d’imagerie dont la source est le rayonnement issu de traceurs radiopharmaceutiques (des isotopes radioactifs à demi-vie brève, en général couplés à une molécule biologique) qui se concentrent à l’intérieur de l’organe ou des tissus que l’on veut visualiser. Pour ce faire, on injecte une quantité ténue de matériel radioactif, ici le technétium 99m, soit sous forme soluble dans l’eau comme l’anion pertechnétate TcO4, soit plus couramment associé à un matériel biologiquement actif dans la fonction que l’on souhaite étudier. Dans la scintigraphie osseuse par exemple, le traceur est l’association de l’isotope 99m du technétium et d’une molécule de biphosphonate qui se fixe dans les os. Injectés par voie veineuse, orale ou gazeuse (pour la scintigraphie des poumons), ces divers traceurs radioactifs permettent d’obtenir deux à trois heures plus tard des images par utilisation d’une gamma-caméra à scintillation, dispositif complexe dont les éléments essentiels sont un écran d[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  TECHNÉTIUM  » est également traité dans :

LAWRENCE ERNEST ORLANDO (1901-1958)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LÉVIS
  •  • 365 mots
  •  • 1 média

en dérivèrent se révélèrent des appareils de choix pour réaliser des transmutations nucléaires. Lawrence produisit ainsi le technétium, premier élément artificiel, puis plusieurs autres isotopes radioactifs à usage médical, notamment le phosphore et l'iode, ce dernier utilisé dans le traitement de l'hyperthyroïdie. Il a institué également l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-orlando-lawrence/#i_10100

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 881 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Développement des radiopharmaceutiques »  : […] sélectif a permis une extension rapide des explorations de la médecine nucléaire. Le technétium 99m constitue le radioélément le plus utilisé dans les services de médecine nucléaire. Il émet un rayonnement γ d'énergie adaptée aux détecteurs à scintillation, et sa période physique de 6 heures autorise les différentes explorations sans irradiation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_10100

SEGRÈ EMILIO GINO (1905-1989)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 337 mots
  •  • 1 média

Physicien d'origine italienne (il est né le 1er février 1905 à Tivoli), lauréat du prix Nobel de physique en 1959, avec le physicien américain Owen Chamberlain, pour la découverte de l'antiproton (particule de même masse que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilio-gino-segre/#i_10100

TABLEAU PÉRIODIQUE DES ÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Séverine BLÉNEAU-SERDEL
  •  • 1 954 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’intuition de Mendeleïev et les améliorations ultérieures »  : […] et du germanium (eka-silicium) en 1886 convaincront les sceptiques. Notons qu’il faudra attendre 1937 pour que l’eka-manganèse, qui prendra le nom de technétium, soit séparé des produits de fission nucléaire de l’uranium. De nombreux corps simples ont trouvé leur place dans la classification périodique depuis et tous les éléments naturels ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tableau-periodique-des-elements/#i_10100

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « TECHNÉTIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/technetium/