Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

IMAGERIE MÉDICALE

Imagerie médicale : de 1896 à 1920 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Imagerie médicale : de 1896 à 1920

Très longtemps limitée aux rayons X de Roentgen, pour lesquels les tissus fortement minéralisés étaient opaques, l'imagerie intègre aujourd'hui l'élasticité tissulaire et les conséquences de la réflexion des ultrasons, aussi bien que les noyaux atomiques de l'imagerie de résonance magnétique. Dans cette « nouvelle imagerie », l'informatique a contribué, à la naissance d'une nouvelle science de l'image et de son interprétation. La décomposition d'un champ en une mosaïque d'éléments quantifiés va permettre l'analyse, la reconstruction, l'élimination de l'inutile, voire l'interprétation : ainsi l'imagerie moderne est « numérique ». Ce procédé quasi universel détecte les plus faibles contrastes, ceux que constituent les grands amas de cellules du foie, de la rate, du cerveau. On analysait fort mal ces « parenchymes » par opacification des vaisseaux ou des organes voisins. Les voici directement révélés.

Imagerie médicale : de 1920 à 1960

Imagerie médicale : de 1920 à 1960

Imagerie médicale : de 1960 à nos jours

Imagerie médicale : de 1960 à nos jours

Radiographie prise par Wilhelm Röntgen

Radiographie prise par Wilhelm Röntgen

Quantification de la minéralisation vertébrale

Quantification de la minéralisation vertébrale

Traitement numérique de l'image

Traitement numérique de l'image

Médecine et chirurgie ont changé, et l'on ne peut en quelques pages détailler la liste complète des innovations induites par la « nouvelle image », mais il faut souligner trois points de rupture qui ont joué ou joueront encore un rôle essentiel.

C'est d'abord l'irruption de la machine dans le diagnostic. Le médecin demeure lecteur et arbitre, mais c'est l'informatique qui révèle l'anatomie. La coupe est un « extrait du corps » où l'on détectera le mal sans avoir besoin du bistouri chirurgical et où, parfois même, le radiologue saura traiter, drainer, guérir sans effraction, mais avec l'aide discrète de l'ordinateur qui guide ses gestes.

Ensuite, la pléthore d'images et d'informations. Chaque sujet d'« image » devient une pile de coupes qu'il faut explorer une à une jusqu'à la saturation de la vision et de la volonté d'analyse.

Visualisation tridimensionnelle 3D des vertèbres lombaires - crédits : M. Laval-Jeantet

Visualisation tridimensionnelle 3D des vertèbres lombaires

Enfin, le fait que, dans un pays comme la France, l'accès à l'image – et parfois, pour le malade, au salut – dépende d'une autorisation administrative et, par là même, d'une volonté politique, limite le bénéfice que les malades peuvent retirer de la progression de l'imagerie moderne. Celle-ci n'en marque pas moins notre civilisation et notre médecine, avec sa totalité significative que rien ne remplace et où l'on a pu voir un des progrès majeurs du genre humain.

Dès lors on ne peut que déplorer le contingentement que le système de soins français impose encore aux professionnels en radiologie-imagerie : il n'y avait en 2006 que 7,4 appareils d'I.R.M. par million d'habitants en France, alors que l'Espagne disposait du double, et l'Allemagne du triple.

Radiologie conventionnelle

Imagerie médicale : ossature de la tête et masse cérébrale - crédits : Collection Guy Pallardy

Imagerie médicale : ossature de la tête et masse cérébrale

Allègre centenaire, la radiologie classique représente donc encore une part importante de l'imagerie médicale bien que les « nouvelles imageries » lui imposent un déclin régulier.

Imagerie médicale : un appareillage sophistiqué - crédits : Collection Guy Pallardy

Imagerie médicale : un appareillage sophistiqué

La technique demeure celle de l'ombre chinoise, projetant sur un film la silhouette des organes qui résulte de leur absorption différentielle des rayons X. La radiologie médicale emploie des rayonnements électro-magnétiques d'énergie moyenne. Le faisceau X est émis par rayonnement dû au freinage d'électrons dans une anode de tungstène ; il est « modulé » par l'objet examiné, l'atténuation de l'intensité initiale I0 répondant à la formule Ix = I0eμx, où x est l'épaisseur du corps traversé et μ son coefficient d'atténuation linéaire. Ce coefficient est élevé pour l'os, moyen pour les tissus mous, faible pour la graisse. Le contraste naturel présent dans le corps humain est suffisant pour l'os ou les poumons (plus de 10 p. 100), mais très faible pour les autres tissus (moins de 2 p. 100). La radiologie conventionnelle ne peut donc détecter que des contrastes supérieurs à 4 p. 100 (le scanner,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur, maître de conférences agrégé, chef du service de radiologie à l'hôpital Saint-Louis, Paris

Classification

Pour citer cet article

Maurice LAVAL-JEANTET. IMAGERIE MÉDICALE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Imagerie médicale : de 1896 à 1920 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Imagerie médicale : de 1896 à 1920

Imagerie médicale : de 1920 à 1960 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Imagerie médicale : de 1920 à 1960

Imagerie médicale : de 1960 à nos jours - crédits : Encyclopædia Universalis France

Imagerie médicale : de 1960 à nos jours

Autres références

  • DÉTECTEURS DE PARTICULES

    • Écrit par , , , et
    • 10 978 mots
    • 12 médias
    ...efficacité aux rayons γ due à l'iode, et de son prix modéré qui permet de réaliser des cristaux d'un diamètre de 40 à 50 centimètres indispensables pour l' imagerie nucléaire médicale. C'est d'ailleurs là que son usage est le plus répandu. Avec un ensemble de photomultiplicateurs recueillant les impulsions...
  • ANTIMATIÈRE

    • Écrit par et
    • 6 931 mots
    • 4 médias
    L'utilisation des positons dans le domaine médical est sans doute l'application la plus spectaculaire de l'antimatière.La tomographie par émission de positons (T.E.P.) permet d'observer in vivo et de façon quantitative des processus biochimiques et physiologiques divers. On peut ainsi étudier le...
  • BÉCLÈRE ANTOINE (1856-1939)

    • Écrit par
    • 967 mots
    • 3 médias

    Bachelier à dix-sept ans après de brillantes études au lycée Bonaparte (l'actuel lycée Condorcet), Antoine Béclère envisage l'École normale supérieure, puis se dirige vers les études de médecine, encouragé par l'exemple de son père, Claude Béclère, descendant de cultivateurs bourguignons, qui exerçait...

  • CANCER - Cancer et santé publique

    • Écrit par
    • 14 762 mots
    • 8 médias
    L'imagerie médicale a été révolutionnée par les ordinateurs. À la radiologie classique, devenue plus performante, sont venus s'ajouter grâce à eux le scanner, la résonance magnétique, les ultrasons (échographie), la scintigraphie avec isotopes radioactifs, notamment avec les isotopes émetteurs de ...
  • Afficher les 33 références