SEGRÈ EMILIO GINO (1905-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien d'origine italienne, Emilio Segré a reçu le prix Nobel de physique en 1959, avec le physicien américain Owen Chamberlain, pour la découverte de l'antiproton (particule de même masse que le proton mais de charge électrique opposée).

Emilio Segrè

Emilio Segrè

photographie

Emilio Segrè (1905-1989), un Italien naturalisé américain, a participé à la réalisation de la bombe atomique, dans le cadre du projet Manhattan. En 1959, il reçoit le prix Nobel de physique, pour la confirmation de l'existence de l'antiproton. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Emilio Gino Segrè est né le 1er février 1905 à Tivoli, près de Rome. Nommé professeur adjoint à l'université de Rome en 1932, il participe deux ans plus tard aux expériences sur le neutron que dirige Enrico Fermi. Ces expériences, au cours desquelles différents éléments, notamment l'uranium, sont bombardés au moyen de neutrons, conduisent à la formation des transuraniens. La même équipe découvre en 1935 les neutrons lents, dont les propriétés sont essentielles au fonctionnement des réacteurs nucléaires. Ces recherches n'aboutissent cependant pas à la découverte de la fission. Segrè devient directeur du laboratoire de physique de l'université de Palerme en 1936. Il y découvre le technétium, premier des éléments artificiels. Privé de son poste à Palerme par le gouvernement fasciste, il s'établit, en 1938, à l'université de Californie (Berkeley) en qualité de chercheur. Il découvre l'astate en 1940 et, plus tard, le plutonium 239, dont il démontre la fissibilité, analogue à celle de l'uranium 235. Le plutonium 239 sera utilisé dans la première bombe atomique et dans celle qui a été larguée sur Nagasaki.

De 1943 à 1946, Segrè participe au projet Manhattan de développement de la bombe atomique à Los Alamos (Nouveau-Mexique). Naturalisé américain en 1944, il est nommé professeur de physique à Berkeley en 1946. C'est en 1955 qu'à l'aide du nouvel accélérateur de particules de la famille du synchrotron, le bevatron, Segrè et Chamberlain réussissent à produire et à identifier des antiprotons, ouvrant ainsi la voie à la découverte de nombreuses autres antiparticules. Il est mort à Lafayette, en Californie, le 22 avril 1989.

—  Agnès LECOURTOIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SEGRÈ EMILIO GINO (1905-1989)  » est également traité dans :

ANTIMATIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE, 
  • Jean-Marc RICHARD
  •  • 6 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Antimatière en laboratoire »  : […] Les particules de l'espace interplanétaire arrivant dans l'atmosphère y subissent des collisions et modifient ainsi l'énergie des particules qu'elles rencontrent. Si leur vitesse est suffisante, elles peuvent créer des paires électron- positon au cours de ces chocs, en libérant leur énergie cinétique. Ce sont les positons créés par ce processus qui ont été observés par Anderson. C'est seulement en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimatiere/#i_12833

ANTIPROTON (DÉCOUVERTE DE L')

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 221 mots

Depuis la découverte, en 1932, par Carl David Anderson, Prix Nobel de physique 1936, des antiélectrons, ou positons, dans les rayons cosmiques, la théorie de l'antimatière due au physicien britannique Paul Dirac (Prix Nobel de physique en 1933) était bien établie. Créer des antiparticules nécessite des projectiles d'énergie suffisante pour être transformée en masse (par application de la célèbre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiproton-decouverte-de-l/#i_12833

CHAMBERLAIN OWEN (1920-2006)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 779 mots

Physicien américain, Prix Nobel de physique en 1959. Né le 10 juillet 1920 à San Francisco (États-Unis), fils d'un radiologue renommé, Owen Chamberlain effectue ses études universitaires au prestigieux Dartmouth College à Hanover (New Hampshire) et y obtient en 1941 le grade de bachelor  ; il rejoint ensuite l'université de Californie à Berkeley pour y commencer ses études d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/owen-chamberlain/#i_12833

TECHNÉTIUM

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 2 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Isolement et propriétés du technétium »  : […] Le technétium, dont le nom vient du grec tekhnetos , qui signifie « artificiel », a été découvert – et provisoirement nommé « masurium » – en 1925 par les chimistes allemands Ida Noddack-Tacke, Walter Noddack et Otto Berg dans des minerais riches en uranium ; mais, parce qu’ils n’ont pas réussi à le concentrer, leur découverte n’a pas été reconnue par l’Union internationale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/technetium/#i_12833

Pour citer l’article

Agnès LECOURTOIS, « SEGRÈ EMILIO GINO - (1905-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilio-gino-segre/