POMPÉI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Une ville romaine conservée tout entière, comme si les habitants venaient d'en sortir un quart d'heure auparavant ! » Visitant Pompéi en 1804, Chateaubriand en saisit l'exceptionnelle caractéristique : l'instantané de la vie quotidienne à une échelle jusqu'alors inconnue, celle d'une cité dans son extension complète, ensevelie en 79 apr. J.-C. lors de l'éruption volcanique du Vésuve. Depuis la découverte du site en 1748, c'est en effet une véritable ville qui s'est progressivement révélée. L'évolution de Pompéi, de ses origines italiques à ses dernières années de vie, a pu être appréhendée avec précision. C'est aussi l'organisation et le mode de fonctionnement d'une colonie romaine, dans tous ses aspects, administratif, religieux, économique et social, que l'exceptionnelle étendue des vestiges permet de restituer. Car Pompéi s'étend sur une superficie de 66 hectares, dont seuls les trois cinquièmes ont été fouillés. Elle nous livre un total de 1 435 édifices, dont 515 maisons. Devenue un des sites archéologiques les plus visités au monde, cette petite ville de Campanie, idéalement conservée, a fait l'objet de fouilles progressives et de politiques diverses de restauration, qui viennent se superposer à son état originel, fossilisé par l'éruption du Vésuve. Il s'agit donc d'un site complexe, d'une ville romaine ordinaire, mais au destin extraordinaire, dont il convient de saisir toute la spécificité.

Un développement urbain progressif

Située à environ 25 kilomètres au sud de Naples, Pompéi jouit d'une position privilégiée, par son implantation à l'embouchure du Sarno, un fleuve navigable dont elle constitue un port stratégique. La ligne du littoral s'est aujourd'hui retirée de 4 kilomètres par rapport à l'époque antique. Le site est établi sur une ancienne coulée volcanique.

Les fouilles des années 2000 ont révélé le développement de l'habitat archaïque, même s'il reste encore difficile d'en avoir une réelle vision d'ensemble. Elles ont considérablem [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, correspondant national de l'Académie d'agriculture de France

Classification

Autres références

«  POMPÉI  » est également traité dans :

FOUILLES D'HERCULANUM ET DE POMPÉI (Italie)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 239 mots
  •  • 1 média

Menées à l'initiative du roi de Naples et de Sicile, Charles de Bourbon, les fouilles sur le site d'Herculanum (depuis sa découverte, en 1709, jusqu'à la fouille proprement dite, en 1738) et sur celui de Pompéi (fouillé à partir de 1748) eurent de profondes conséquences sur l'id […] Lire la suite

LA PEINTURE ALLÉGORIQUE À POMPÉI (G. Sauron)

  • Écrit par 
  • Hervé DUCHÊNE
  •  • 1 235 mots

La Peinture allégorique à Pompéi. Le regard de Cicéron (Picard, Paris, 2007) s'inscrit dans le droit fil d'une recherche dont l'essentiel a été développé par Gilles Sauron, il y a maintenant plus de dix ans. Il s'agissait dans Quis deum ? (1994) de suivre l'expression plastique de […] Lire la suite

POMPÉIENNE (peinture)

  • Écrit par 
  • Mathilde CARRIVE
  •  • 4 130 mots
  •  • 6 médias

Les cités du Vésuve, Pompéi en tête mais aussi Herculanum, Stabies, Oplontis ou Boscoreale, constituent le plus important corpus de peinture murale du monde romain. Ces décorations pariétales, retrouvées essentiellement dans les maisons, nous donnent à voir le cadre de vie quoti […] Lire la suite

POMPÉI, NATURE, SCIENCES ET TECHNIQUES (exposition)

  • Écrit par 
  • Hélène ERISTOV
  •  • 1 071 mots

Hors des sentiers battus, l'exposition Pompéi, nature, sciences et techniques, présentée à Paris au palais de la Découverte du 3 avril au 22 juillet 2001, donnait à voir un matériel inattendu : les objets d'art étaient conviés à titre de témoins et comme illustrations d'un propos scientifique et technique. Présentée en 1999 au Musée archéo […] Lire la suite

APOLLODORE LE SKIAGRAPHE (fin Ve-déb. IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 250 mots

Peintre athénien. Surnommé le peintre des ombres, Apollodore le Skiagraphe est associé à Zeuxis dans la conquête primordiale qu'effectua à cette époque la peinture grecque, la maîtrise de la lumière. Peu auparavant, Agatharcos avait résolu le problème de l'espace et du rendu des différents plans : il avait, en effet, mis au point les premières tentatives pour traiter les différents plans d'un tabl […] Lire la suite

BRONZES ANTIQUES

  • Écrit par 
  • Claude ROLLEY
  •  • 5 583 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les bronzes romains »  : […] L'étude des bronzes romains est très en retard par rapport à celle des bronzes grecs et même étrusques. Nos connaissances sont fort inégales selon les régions, à la fois parce que la production a été très variable et parce que la publication du matériel est très inégalement avancée. D'autre part, la carte de cette production se dessine mieux que sa chronologie : la complexité des influences, le re […] Lire la suite

CAMPANIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 806 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Civilisation romaine »  : […] Sur cette terre, les Romains, dès le iv e  siècle avant J.-C., vont fonder leurs premières colonies : Terracine, Calès (l'actuelle Calvi) ; mais c'est une implantation encore fragile (qu'on se souvienne de la deuxième guerre punique et de la victoire d'Annibal en 216 av. J.-C.) qui ne sera définitive qu'au i er  siècle avant J.-C. La Campanie devient alors entièrement romaine et, sous Auguste, ell […] Lire la suite

CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 275 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Art et société »  : […] L’art romain, partie intégrante de l’art italo-étrusque à ses origines, s’est fait ensuite le propagandiste de l’art grec en peinture, mosaïque et sculpture, et d’un art officiel voué au culte de l’empereur. Le premier développement de l’art romain officiel se place au ii e  siècle avant J.-C., lorsque les généraux victorieux rapportent en Italie des objets d’art exceptionnels, grecs en particulie […] Lire la suite

DIOSCORIDE DE SAMOS (2e moitié IIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MAHUZIER
  •  • 153 mots
  •  • 1 média

Mosaïste grec, Dioscoride de Samos (ou Dioscouridès) est un des rares artistes connus de l'école micrasiatique. Il est célèbre grâce à deux petits panneaux trouvés à Pompéi dans la villa de Cicéron, Les Musiciens ambulants du culte de Cybèle et Scène de comédie : une visite chez la magicienne (Musée national, Naples). Copiste de célèbres peintures du ~ iii e  siècle, il utilisait les techniques […] Lire la suite

FIORELLI GIUSEPPE (1823-1896)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 306 mots

L' archéologue italien Giuseppe Fiorelli mena à Pompéi des fouilles systématiques qui permirent de préserver dans un état aussi intact que possible une grande partie de la ville antique et contribuèrent considérablement à la mise au point de méthodes de fouille modernes. Né le 8 1823 à Naples, Giuseppe Fiorelli achève son premier chantier à Pompéi en 1848. Devenu professeur d'archéologie à l'unive […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul CHARVET, « POMPÉI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pompei/