Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

Le mouvement psychanalytique

Problème sur une balise : med -

<med id="PH995011" type="PHOTO"/>

Si le problème persiste, n'hésitez pas à contacter le service client Universalis, en précisant bien l'adresse URL de la page.

L'originalité de la pensée freudienne, et sa plus grosse difficulté pour ceux-là mêmes qui en adoptaient le principe, réside dans cet effort plus ou moins couronné de succès, mais continu, pour maintenir l'imagination sous le régime de la science, tout en la dotant de la liberté dont elle a besoin dès qu'elle s'applique à saisir ses propres lois et les forces instinctives qui déterminent toutes ses activités. Freud n'a jamais fait là-dessus aucune concession, d'autant moins, semble-t-il, qu'il avait personnellement à s'arranger de deux tendances extrêmes impossibles à concilier, l'une qui le portait au rigorisme scientifique, ou, comme on a dit souvent non sans intention péjorative, au « scientisme » ; l'autre qui l'exposait à des bonds théoriques aventureux, hors des bornes permises à la déduction. Partagé entre l'éthique rigide qu'il avait héritée de ses maîtres et le désir impatient de connaissance qui restait en lui comme une vocation philosophique contrariée, il est vrai qu'il a paru parfois pencher du côté le moins compatible avec ses propres règles. Mais quels qu'aient été ses manquements au regard d'un sévère « surmoi » scientifique, jamais il ne s'y est complu, jamais surtout il ne les a mis au-dessus de ce qu'il croyait être, moralement et intellectuellement, la seule voie juste de la recherche.

Que ses élèves n'aient pas toujours pu le suivre jusqu'au bout de ce chemin ardu, on en a la preuve dans les querelles orageuses par quoi le mouvement freudien fut périodiquement divisé. Les premiers d'entre eux – A. Adler, P. Federn, W. Stekel, C. G. Jung, O. Rank – s'étaient ralliés à ses idées en mesurant la portée de La Science des rêves ; mais, au bout de quelques années, certains se séparèrent de lui sur la façon d'interpréter la libido, qui sous-tendait maintenant toute la théorie. Pour Freud, en effet, la libido ou énergie sexuelle était un fait à la fois biologique et psychique, quelque chose, donc, qui ne se manifestait pas seulement à travers des symboles interprétables, mais aussi, comme toute énergie, à travers des phénomènes concrets susceptibles d'observation et de mesure (il parlait de quantités, de charges, de décharges, etc.). Or cette conception fut le point de départ de graves dissensions, les uns (Adler) ôtant à la libido son caractère sexuel pour ne lui laisser qu'un sens agressif, tandis que les autres (Jung) l'élargissaient d'emblée aux proportions d'une énergie universelle, ce qui revenait encore à la désexualiser et à ruiner la base même de l'édifice théorique. Freud, qui plaçait la vérité psychanalytique aux confins de la biologie et du symbole, eut sans cesse à lutter contre des déviations analogues, toutes dues en fin de compte à une simplification de sa pensée. Tantôt on rétrécissait la notion de libido à l'extrême en isolant le sexe de la sexualité (école américaine), et dans ce cas on éliminait de la psychanalyse l'idée de psycho-sexualité sur quoi repose sa justification scientifique ; tantôt au contraire on mettait l'instinct partout en supposant un instinct du « beau », du « divin », de l'« idéal », et là on débouchait non pas sur de nouvelles perspectives analytiques, mais comme naguère sur la morale ou la philosophie. Sans doute les divergences avaient-elles des causes autrement plus profondes que celles qui s'avouent dans un débat d'idées ; l'autorité écrasante de Freud, les sentiments fortement ambivalents, pour sa personne et pour son œuvre, de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jacques LE RIDER et Marthe ROBERT. FREUD SIGMUND (1856-1939) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 16/09/2021

Médias

L'exil de Freud - crédits : Keystone/ Getty Images

L'exil de Freud

<em>Une leçon clinique à la Salpêtrière</em>, A. Brouillet - crédits : Photo 12/ Universal Images Group/ Getty Images

Une leçon clinique à la Salpêtrière, A. Brouillet

Freud et ses disciples - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Freud et ses disciples

Autres références

  • CONFÉRENCES D'INTRODUCTION A LA PSYCHANALYSE (S. Freud)

    • Écrit par
    • 923 mots

    Les Conférences ou Leçons d'introduction à la psychanalyse constituent la mise en forme de deux cycles de cours présentés par Sigmund Freud à l'université de Vienne pendant les semestres d'hiver 1915-1916 et 1916-1917. Cette activité d'enseignement de Freud n'a rien d'exceptionnel : depuis...

  • L'INTERPRÉTATION DES RÊVES, Sigmund Freud - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 863 mots

    Sigmund Freud (1856-1939) emploie pour la première fois le terme de psychanalyse en 1896. Mais la naissance de la psychanalyse elle-même date de 1897, au moment du renoncement à la théorie traumatique, de la découverte du fantasme et du complexe d'Œdipe. L'Interprétation des rêves...

  • L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund Freud - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 805 mots
    • 1 média

    Cet ouvrage de Sigmund Freud fut publié en 1939 simultanément en allemand à Amsterdam sous le titre Der Mann Moses und die monotheistische Religion. Drei Abhandlungen, et à Londres en anglais, traduit par Katherine Jones sous le titre Moses and Monotheism. Livre de l'exil, il paraît quelques mois...

  • LE MALAISE DANS LA CULTURE, Sigmund Freud - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 846 mots

    Intitulé Malaise dans la civilisation lors de sa première traduction française en 1934, cet ouvrage fut longtemps considéré comme appartenant à cette catégorie des œuvres freudiennes que l'on qualifiait d'anthropologiques non sans quelque mépris. Jacques Lacan, dans une perspective...

  • ABRÉACTION

    • Écrit par
    • 419 mots

    Terme utilisé en psychiatrie et en psychothérapie et qui traduit l'allemand Abreagiren, mot inconnu sans doute avant Breuer et Freud. Dans le sens le plus général, l'abréaction désigne toute décharge émotionnelle qui permet à un sujet d'extérioriser un affect lié à un souvenir traumatique...

  • ADLER ALFRED (1870-1937)

    • Écrit par
    • 2 600 mots
    • 1 média
    Alfred Adler, né à Vienne en 1870, commença sa carrière en Autriche. Docteur en médecine en 1895, il fut élève de Freud, reconnaissant la haute valeur d'investigation psychique de la psychanalyse.
  • ALTRUISME

    • Écrit par
    • 3 328 mots
    • 1 média
    ...l'évidente souveraineté de la lutte à mort, comme radicalement autre que moi et différent de tout phénomène de la nature. Moins d'un siècle plus tard, Freud n'a cessé de traquer avec un raffinement sans pareil « l'inquiétante étrangeté » de l'autre. Ce n'est plus la conscience en général, mais l'homme...
  • AMOUR

    • Écrit par et
    • 10 182 mots
    • 5 médias
    Qu'une privation essentielle caractérise l'amour, telle sera, en effet, l'intuition centrale de Freud, aux yeux duquel le sujet paie, en aimant, l'amende d'une partie de son narcissisme. Se dessaisissant de sa personnalité au profit de l'aimé, il élève celui-ci au rang d'idéal sexuel, quand...
  • Afficher les 102 références