L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund FreudFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cet ouvrage de Sigmund Freud fut publié en 1939 simultanément en allemand à Amsterdam sous le titre Der Mann Moses und die monotheistische Religion. Drei Abhandlungen, et à Londres en anglais, traduit par Katherine Jones sous le titre Moses and Monotheism. Livre de l'exil, il paraît quelques mois avant la mort de Freud et s'inscrit dans la suite logique de Totem et Tabou qu'il approfondit et complète : ce qui fait la force d'une religion, ce n'est pas sa vérité matérielle mais sa vérité historique ; c'est le retour du refoulé qui confère à toute religion sa puissance contraignante ; les processus qui opèrent sur les peuples sont analogues à ceux qui opèrent sur la subjectivité individuelle, la formation d'une religion étant analogue à celle d'une névrose.

L'exil de Freud

L'exil de Freud

photographie

Sigmund Freud et sa fille Anna, lors de leur arrivée à Paris en 1938. Gravement malade, le fondateur de la psychanalyse, dont l'œuvre est l'une des cibles des autodafés nazis, s'est résigné à quitter Vienne pour Londres après l'Anschluss. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Élaboration

Le 30 septembre 1934 Freud annonce à Arnold Zweig qu'il a écrit quelque chose qui l'a tellement occupé que tout le reste est passé au second plan : « En face des nouvelles persécutions, on se demande de nouveau comment le Juif est devenu ce qu'il est et pourquoi il s'est attiré cette haine éternelle. Je trouvais bientôt la formule. Moïse a créé le Juif... » Mais ce texte est destiné à rester secret. Freud pense en effet que sa publication pourrait ébranler l'Église autrichienne, dernier rempart à ses yeux contre le nazisme, et risque de provoquer une interdiction de la psychanalyse à Vienne. Mais ce travail va le poursuivre comme une âme en peine. Il fera l'objet de diverses réécritures et de deux publications partielles dans la revue Imago en 1937 : « Moïse, un Égyptien ? » et « Si Moïse fut un Égyptien ». Exilé à Londres en 1938, Freud réélabore la partie la plus importante de son travail, « Moïse, son peuple et la religion monothéiste », et publie l'ensemble des trois textes sous le titre L'Homme Moïse [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund Freud  » est également traité dans :

AGRESSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 100 mots

Dans le chapitre « Pulsion de destruction et pulsion d'agression dans le langage naissant »  : […] chef de horde l'identité collective et l'identité individuelle. Dans la version que donne Moïse et le monothéisme de cet événement inaugural, transparaît la fonction de ces composantes : le narcissisme absolu du chef de horde est monopolisation du signifiant ; son usurpation par la horde manifeste, dans l'ivresse de la toute- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agressivite/#i_33131

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La culpabilité collective »  : […] de ce père omnipotent et, enfin, de l'apparition d'une angoisse collective de culpabilité. Comme l'a mis en évidence Pierre Kaufmann, l'originalité de Freud, dans Totem et tabou, et plus nettement encore dans Moïse et le monothéisme, est d'avoir vu dans l'appropriation narcissique du langage par le groupe l'acte essentiel d'une violence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/#i_33131

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 333 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine de la brillance »  : […] avancée par Freud, touchant le narcissisme du langage naissant : « Chez nos enfants et chez les adultes névrosés, comme chez les primitifs, écrivait-il dans Moïse et le monothéisme, nous retrouvons le phénomène mental que nous avons appelé « croyance en la toute-puissance des pensées ». Il s'agit là, à notre avis, d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_33131

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 135 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'histoire et l'homme »  : […] empiriques ou les repères visibles du temps. Mais Freud n'en continua pas moins à enraciner l'homme dans le passé, et dans les deux livres qui prolongent le plus directement son ouvrage fondamental : Totem et tabou et Moïse et le monothéisme, il conçoit le drame « œdipien » comme l'événement premier, le fait historique primordial dans lequel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/#i_33131

RELIGION - Religion et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Antoine VERGOTE
  •  • 3 718 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Dieu-Père et le complexe d'Œdipe »  : […] Jusqu'à la fin, Freud reprend la thèse élaborée dans L'Avenir d'une illusion. À ses yeux, elle ne représente cependant qu'une explication partielle et superficielle de la religion, qu'il juxtapose à une interprétation psychanalytique de l'histoire culturelle centrée sur la formation et l'évolution du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-religion-et-psychanalyse/#i_33131

ROMAN FAMILIAL

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 848 mots

Otto Rank étend ce schéma à l'ensemble des mythes héroïques et Freud lui-même, lorsqu'il étudie dans Moïse et le monothéisme (1938) l'histoire familiale du prophète, se sert de la même analyse. On trouve en effet, dans l'histoire du héros sémite, deux structures familiales, l'une modeste, l'autre royale : Moïse a été sauvé des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-familial/#i_33131

SOCIO-ANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean POIRIER
  •  • 3 054 mots

Dans le chapitre « Freud et Jung »  : […] Cette même transmission phylogénétique est affirmée en de nombreux textes (par exemple dans Moïse et le monothéisme, 1939). C'est elle qui a imprimé certaines traces mnésiques ineffaçables (et à ce niveau, il est évident que Freud est tout proche de Jung). Freud est allé ici beaucoup plus loin qu'on ne le pense en général. Bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socio-analyse/#i_33131

Voir aussi

Pour citer l’article

Brigitte LEMÉRER, « L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund Freud - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-moise-et-la-religion-monotheiste/