FREUD SIGMUND (1856-1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance de la psychanalyse

Une fois rendue à sa spontanéité, l'hystérie conduisait à la technique des associations libres, laquelle, de son côté, obligeait à considérer le rêve comme un facteur décisif, révélateur non seulement des composantes inconscientes de certaines structures pathologiques, mais de l'organisation même de la psyché.

L'auto-analyse de Freud

Pourvue d'une méthode inédite et d'un espace mental ouvert pour la première fois à l'investigation, la psychanalyse commençait certes à s'affirmer comme une science indépendante, cependant elle n'était pas encore née, elle restait à maint égard hypothétique, et trop à la merci de son capricieux objet pour s'ériger en corps de doctrine. Pourtant, par l'un des paradoxes qui caractérisent son apparition dans le champ de la pensée, c'est précisément parce que Freud traversait alors une crise grave dans sa vie personnelle que la nouvelle science put sortir de la situation problématique où elle menaçait de s'enliser. Pour diverses raisons, en effet – la malveillance avec laquelle on accueillait ses travaux, la pression de grosses difficultés matérielles, les problèmes déroutants qu'il rencontrait chaque jour dans les cures, puis surtout la mort de son père, qui le plaça tout à coup dans la situation intérieure douloureuse que le contact des névrosés lui avait rendue familière –, il souffrait d'un malaise physique et moral très comparable à ceux qui motivaient les plaintes de ses clients, ce qui le porta à supposer qu'il était justiciable de la même sorte de traitement. Espérant se débarrasser de troubles pénibles s'il pouvait bénéficier de sa propre trouvaille, mais aussi comprendre en quelque sorte du dedans ce qui demeurait obscur dans les motivations cachées de la névrose, il se détermina à franchir le pas, sans autre aide qu'un immense appétit de savoir, ni autre instrument que son art tout neuf de déchiffrer les chimères de la nuit. Cette décision de s'analyser lui-même eut sur le cours de sa recherche un retentissement immédiat : elle apporta à la psychanalyse ce qui lui manquait pour se délivrer de ses dernières incertitudes théoriques et prendre rang parmi les autres sciences de l'esprit.

À quarante ans, donc, alors qu'il est marié, déjà père de cinq enfants, lié de tous côtés par des obligations sociales et des convictions arrêtées, Freud entreprend de remettre en cause ce qu'il pense et croit savoir de lui-même, en analysant ses rêves avec la même neutralité que s'ils ne venaient pas de lui. Les résultats de cette tâche dont il peut maintenant mesurer les périls sont consignés dans certains de ses ouvrages – en particulier dans La Science des rêves et dans Psychopathologie de la vie quotidienne –, mais les détails plus intimes n'en sont connus que par sa correspondance avec Wilhelm Fliess, un ami avec lequel il créa inconsciemment un équivalent de la situation analytique, en lui faisant jouer le rôle d'un substitut de l'autorité paternelle. Là, il décrit l'anxiété, l'abattement, l'exaltation, bref, les brusques changements d'état dont il est la proie ni plus ni moins que n'importe lequel de ses patients ; mais, s'il s'en plaint, il ne laisse pas non plus de s'en réjouir, d'abord à cause de la « beauté intellectuelle » de ce travail, dont il assure qu'il ne peut pas donner la moindre idée ; ensuite parce qu'il puise dans ses souffrances mêmes la certitude de ne s'être pas égaré. Pendant quatre ou cinq ans, il continue de descendre dans les régions inquiétantes où les fantômes de son lointain passé lui font revivre la sauvagerie première des passions ; mais, lorsqu'il remonte au jour, il a arraché à l'inconscient son secret le mieux gardé, et il peut s'engager dans la longue série des luttes qui accompagnent désormais la publication de ses idées.

Séduction précoce et complexe d'Œdipe

L'auto-analyse de Freud s'était faite dans des conditions trop anormales (absence de thérapeute et, partant, de transfert) pour aboutir à une guérison complète et durable, mais là n'était pas son principal intérêt ; elle avait pour but une connaissance totale de soi-même, capable de rendre au chercheur ce qu'il perdait à son insu par la faute de ses préjugés ou de ses raisonnements tendancieux. En fait, Freud l'avait commencée en grande partie pour surmonter les conséquences d'une grave illusion théorique dont il prenait vaguement conscience, sans toutef [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

Médias de l’article

L'exil de Freud

L'exil de Freud
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Une leçon clinique à la Salpêtrière, A. Brouillet

Une leçon clinique à la Salpêtrière, A. Brouillet
Crédits : Photo 12/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  FREUD SIGMUND (1856-1939)  » est également traité dans :

CONFÉRENCES D'INTRODUCTION A LA PSYCHANALYSE (S. Freud)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 925 mots

Les Conférences ou Leçons d'introduction à la psychanalyse constituent la mise en forme de deux cycles de cours présentés par Sigmund Freud à l'université de Vienne pendant les semestres d'hiver 1915-1916 et 1916-1917. Cette activité d'enseignement de Freud n'a rien d'exceptionnel : depuis son habilitation en neu […] Lire la suite

L'INTERPRÉTATION DES RÊVES, Sigmund Freud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Alain VANIER
  •  • 860 mots

Sigmund Freud (1856-1938) emploie pour la première fois le terme de psychanalyse en 1896. Mais la naissance de la psychanalyse elle-même date de 1897, au moment du renoncement à la théorie traumatique, de la découverte du fantasme et du complexe d'Œdipe. […] Lire la suite

L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund Freud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Brigitte LEMÉRER
  •  • 804 mots
  •  • 1 média

Cet ouvrage de Sigmund Freud fut publié en 1939 simultanément en allemand à Amsterdam sous le titre Der Mann Moses und die monotheistische Religion. Drei Abhandlungen, et à Londres en anglais, traduit par Katherine Jones sous le titre Moses and Monotheism.Livre de l'exil, il paraît quelques mois avant la mort de Freud et s'inscrit dans la suite logique de […] Lire la suite

LE MALAISE DANS LA CULTURE, Sigmund Freud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel PLON
  •  • 849 mots

Intitulé Malaise dans la civilisation lors de sa première traduction française en 1934, cet ouvrage fut longtemps considéré comme appartenant à cette catégorie des œuvres freudiennes que l'on qualifiait d'anthropologiques non sans quelque mépris. Jacques Lacan, dans une perspective théoriqu […] Lire la suite

ABRÉACTION

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 418 mots

Terme utilisé en psychiatrie et en psychothérapie et qui traduit l'allemand Abreagiren , mot inconnu sans doute avant Breuer et Freud. Dans le sens le plus général, l'abréaction désigne toute décharge émotionnelle qui permet à un sujet d'extérioriser un affect lié à un souvenir traumatique et, en conséquence, de se libérer de son poids pathogène. Parfois, le malade « abréagit » spontanément (abréa […] Lire la suite

ADLER ALFRED (1870-1937)

  • Écrit par 
  • Alfred MEYER
  •  • 2 594 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines de la pensée d'Adler »  : […] Alfred Adler, né à Vienne en 1870, commença sa carrière en Autriche. Docteur en médecine en 1895, il fut élève de Freud, reconnaissant la haute valeur d'investigation psychique de la psychanalyse. Le point de départ de l'œuvre originale d'Adler, dans sa première étude publiée à Vienne en 1907, est constitué par ses observations sur les infériorités des organes et leur compensation psychique. Le p […] Lire la suite

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Figures de l'altérité »  : […] La problématique de l'autre n'est pas un produit de l'immédiate modernité même si celle-ci, par bien de ses traits, permet de mieux comprendre son irruption sur le devant de la scène. Hegel la met en figure de façon très adéquate. Même si, dans la Phénoménologie de l'esprit (1807), la négation se révèle être, au terme, la médiation du concept, la présence de l'esprit que tout lie, « à la fois réh […] Lire la suite

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 166 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  L'amour comme mythe endopsychique »  : […] Qu'une privation essentielle caractérise l'amour, telle sera, en effet, l'intuition centrale de Freud, aux yeux duquel le sujet paie, en aimant, l'amende d'une partie de son narcissisme. Se dessaisissant de sa personnalité au profit de l'aimé, il élève celui-ci au rang d'idéal sexuel, quand il ne le substitue pas simplement à ce qui constituait auparavant son idéal du moi ; cette démission, Pasca […] Lire la suite

ANDREAS-SALOMÉ LOU (1861-1937)

  • Écrit par 
  • Jacques NOBÉCOURT
  •  • 854 mots

Elle n'a voulu après elle ni tombeau ni publications posthumes. Aucune trace, pas même son nom sur une dalle, pas même les dates entre lesquelles s'encadre sa vie. Rien que les derniers échos des injures, des railleries, ou des admirations fanatiques qui accompagnèrent sa vie. On les perçoit encore, colportés par le cinéma, par les impressions hâtives que suggère une biographie futile. Et celle qu […] Lire la suite

ANDROGYNE

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 879 mots

La figure plastique de l'androgyne que nous transmet l'Antiquité sous les espèces de l' Hermaphrodite couché est remarquable moins par ses caractères bisexuels, qui se trouvent effacés, que par l'indifférence ou plutôt la sérénité dont celui-ci fait preuve. Lorsque Freud cherche à rendre compte de la « bisexualité originaire », il se réfère au mythe d'Aristophane rapporté par Platon dans Le Banq […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, Marthe ROBERT, « FREUD SIGMUND - (1856-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/