Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CONFÉRENCES D'INTRODUCTION A LA PSYCHANALYSE (S. Freud)

Les Conférences ou Leçons d'introduction à la psychanalyse constituent la mise en forme de deux cycles de cours présentés par Sigmund Freud à l'université de Vienne pendant les semestres d'hiver 1915-1916 et 1916-1917. Cette activité d'enseignement de Freud n'a rien d'exceptionnel : depuis son habilitation en neuropathologie obtenue en 1885, il a enseigné tous les ans, d'abord comme Privatdozent, puis, à partir de 1902, avec le titre de professeur d'université außerordentlich (c'est-à-dire non titulaire d'une chaire). Les conférences de 1915-1917 revêtent cependant une importance exceptionnelle : Freud a soixante ans en 1916 et tire un premier bilan de ses recherches ; c'est la première fois qu'il publie ses cours et le cycle de 1916-1917 sera le dernier.

Ces exposés du samedi soir attirent un large public : ils commencent devant une soixantaine d'auditeurs qui deviendront bientôt une centaine – étudiants et collègues, non-spécialistes intéressés par la psychanalyse, amis, disciples, sans compter Anna Freud elle-même. Ils illustrent le grand talent didactique de Freud, capable d'exposer les points les plus déroutants de sa théorie dans un langage élégant et accessible. Grand succès de librairie depuis leur première publication en 1916-1917, traduites en français dès 1920, ces conférences restent une des meilleures introductions à la pensée freudienne.

Une œuvre carrefour

Nous sommes en pleine guerre mondiale et un passage de la neuvième conférence, « La censure du rêve », fait directement allusion à cette actualité. Le ton général est malgré tout moins sombre que celui des Actuelles sur la guerre et la mort, écrites par Freud en mars-avril 1915, ou de Deuil et mélancolie, dont il achève la rédaction le mois suivant. Alors que, dans les écrits de 1915-1918 regroupés en 1924 sous le titre Métapsychologie, Freud remanie l'ensemble de son système, il insiste dans les Conférences d'introduction sur la continuité de sa théorie depuis L'interprétation des rêves (1900). Il consacre la première partie de ses conférences aux actes manqués – un aspect à première vue anodin de l'existence –, pour montrer comment ils révèlent à la fois les effets du travail de l'inconscient dans la vie quotidienne et la spécificité de la méthode freudienne d'analyse et d'interprétation. La deuxième partie, « Le rêve », rappelle que la théorie du rêve reste pour lui fondamentale et que L'Interprétation des rêves, ouvrage clé, évolue comme un work in progress : Freud en prépare la cinquième édition revue et augmentée qui paraîtra en 1919.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi