SÉMANTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sémantique structurale

Principes

Il faut remonter jusqu'à Ferdinand de Saussure pour trouver l'explicitation la plus claire des fondements théoriques de la sémantique structurale moderne, même si les principes énoncés dans le Cours de linguistique générale (paru en 1916) durent attendre quelques décennies leur mise en pratique. Ces principes sont les suivants :

– Priorité doit être accordée (pour la linguistique en général, et la sémantique en particulier) à la perspective synchronique, en vertu du fait que « la langue se constitue diachroniquement, mais [qu']elle fonctionne synchroniquement ». Ainsi, lorsque je choisis d'utiliser le signifiant « cheval », c'est en fonction du sens qu'il possède aujourd'hui (en relation avec d'autres mots apparentés dans un même état de langue), et nullement par rapport à la valeur de son étymon latin caballus (désignation argotique et péjorative du cheval).

– Le sens d'un mot n'existe qu'en tant que composante de ce mot, ou signe linguistique, lequel, pour Saussure, se constitue de l'association indissoluble d'un signifiant (Sa) et d'un signifié (Sé). Ajoutons que le mot a pour fonction de représenter une « chose » (ou plutôt un ensemble de choses, regroupées sous le même concept), et que tout signe vaut pour un segment particulier d'univers, que l'on appelle son référent (ou denotatum). Et voici que se constitue le fameux triangle sémiotique, qui dans la version d'Ogden et Richards, revue et corrigée par Ullmann, se présente comme suit :

Triangle sémiotique

Dessin : Triangle sémiotique

Triangle sémiotique. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le Sé peut ainsi se définir, au moins négativement. Ce n'est :

– ni le Sa (support du signe, actualisable phonétiquement ou graphiquement), avec lequel il ne se confond pas, comme le montrent les deux phénomènes opposés de la synonymie (« éloge »/« louange » : deux Sa pour un même Sé) et de l'homonymie (« louer1 »/« louer2 » : deux Sé pour un même Sa) ;

– ni le référent (objet ou classe d'objets extralinguistiques, réels ou imaginaires, auxquels renvoie le signe bifacial), avec lequel il ne se confond pas non plus, puisqu'un même objet peut être désigné par plusieurs expressions non équivalentes sémantiquement (exemple de Frege : « l'étoile du soir » et « l'étoile du matin » ; exemple de Husserl : « le vainqueur d'Iéna » et « le vaincu de Waterloo »).

Le signifié d'un signe s'attache à un signifiant et renvoie à un référent tous deux déterminés, permettant du même coup l'établissement entre eux d'une relation indirecte. Si l'on admet que parler, c'est d'abord dénommer, et que dénommer, c'est faire correspondre à une chose particulière une suite de sons particulière, cette opération ne peut se faire que grâce à la médiation du signifié.

Dans le fonctionnement réel du signe, ces trois éléments sont totalement solidaires : le Sa et le Sé, nous dit Saussure, sont comme le recto et le verso d'une feuille de papier, dans laquelle ils sont découpés d'un seul et même coup de ciseau ; et le Sé n'est que l'image linguistique abstraite (« le concept de chien ne mord pas ») de la classe des objets auxquels renvoie le signe. Pour l'utilisateur de la langue, les relations qu'entretiennent ces trois ingrédients sont « nécessaires ». Mais, pour l'analyste qui décrit le signe de l'extérieur, ces mêmes relations sont en grande partie arbitraires.

– Arbitraire du Sa dans sa relation au Sé : autant de langues, autant de signifiants différents pour un même signifié – l'arbitraire du signe est ici évident, et massif, n'étant que faiblement limité par l'existence de la motivation « phonétique » (cas des onomatopées, qui sont du reste rares dans toutes les langues, et mâtinées de convention) et de la motivation « morphologique » (cas beaucoup mieux représenté, mais où la motivation est interne au système de la langue, reposant sur l'existence de morphèmes eux-mêmes arbitraires).

– Arbitraire du Sé dans sa relation à l'univers référentiel : une conception naïve des rapports entre langues et réalité voudrait que celle-ci se présente à celles-là comme préalablement découpée en classes d'objets, chaque langue n'ayant plus qu'à coller des étiquettes signifiantes particulières sur des signifiés en attente. Une telle conception implique que les langues disposent toutes du même stock de signifiés – or il n'en est rien : ce sont d'une langue à l'autre non seulement les Sa qu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SÉMANTIQUE  » est également traité dans :

ACOUSMATIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • François BAYLE
  •  • 7 829 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Perception et signification »  : […] « C'est avec Goethe et les Naturphilosophen qu'est apparue cette tendance à désigner du terme „archétype“ l'image originelle de structures complexes concrètes réalisées dans le monde organique (la patte, l'aile, la feuille, etc.) », écrit René Thom ; et il poursuit : « Je suis tenté d'identifier la structure ternaire de l'embryologie (endoderme, mésoderme, ectoderme), rencontrée plus particulière […] Lire la suite

ADJECTIF

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 503 mots

Élément linguistique appartenant à une classe dont les caractéristiques peuvent être envisagées du triple point de vue sémantique, morphologique ou syntaxique. Selon le niveau d'analyse retenu, l'extension de la classe présente certains flottements, alors même que sa compréhension ne semble pas poser de problèmes majeurs ; en fait, on ne peut affirmer véritablement l'homogénéité de la catégorie de […] Lire la suite

ADVERBE

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 311 mots

L'une des parties du discours traditionnellement définie par sa propriété sémantique de modifier le contenu du prédicat ou de l'assertion, l'adverbe présente, en outre, la possibilité récursive de se combiner avec soi-même. Les difficultés de l'analyse proviennent surtout du fait qu'on ne prend pas toujours garde au point d'incidence de l'adverbe sur le reste de l'énoncé, ce qui entraîne à la fois […] Lire la suite

AMBIGUÏTÉ, linguistique

  • Écrit par 
  • Pierre LE GOFFIC
  •  • 686 mots

Un mot ou un énoncé sont dits ambigus quand ils sont susceptibles d'avoir plusieurs interprétations. Cette définition intuitive étant très large, on s'efforce en linguistique de la préciser en circonscrivant, parmi tous les malentendus, équivoques et autres imprécisions du langage, virtuels ou effectifs, ceux dont la racine semble se situer dans la structure et dans le matériau même du système lin […] Lire la suite

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Sémantique et syntaxe, signifié et signifiant »  : […] Tout langage de description ou d'interprétation théorique utilisé dans les sciences de la nature comporte une sémantique et une syntaxe, la première portant sur les « objets » que l'on met en relation, la seconde sur ces relations elles-mêmes. Les données sémantiques sont au fond des dénominations qui sont censées résumer l'ensemble des propriétés (relations) que chacun des objets considérés peut […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sémantique musicale »  : […] C'est dans une toute autre perspective, méthodologique et esthétique, que se placent les analyses qui se proposent de faire apparaître la dimension sémantique des œuvres et des corpus, puisque, à la différence du structuralisme, qui considère les œuvres comme des objets formels, l'approche sémantique reconnaît que la musique est le véhicule d'émotions, de sentiments, d'images appartenant au vécu […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE LA COMPRÉHENSION

  • Écrit par 
  • Maryse BIANCO
  •  • 1 943 mots

Dans le chapitre « Niveaux de représentation et mécanismes de la compréhension »  : […] Comprendre un texte consiste à élaborer une représentation cohérente et unifiée de la situation décrite (un modèle de situation). Cette construction est réalisée de manière progressive et dynamique au fur et à mesure de la saisie du texte. Elle sollicite, dans un temps bref et souvent simultanément, des mécanismes cognitifs nombreux et de natures différentes. On admet aujourd’hui que le texte est […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le deuxième discours théorique : la « balāġa » »  : […] Pris dans sa seconde acception, le terme de rhétorique recouvre trois notions parfois proches jusqu'à la synonymie et qui, néanmoins, comportent des valeurs sémantiques distinctes. Ces notions sont : bayān , faṣāḥa , balāġa . Dans bayān , c'est surtout l'idée de dévoilement, de manifestation, d'apparaître qui prédomine. Le sens ( ma ‘ nā ) n'étant pas manifeste par lui-même doit, pour se communiqu […] Lire la suite

CARNAP RUDOLF (1891-1970)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 2 042 mots

Dans le chapitre « La philosophie comme syntaxe et comme sémantique »  : […] Durant sa période praguoise (1931-1935) et dans le prolongement de l'étude du langage de la métaphysique, Carnap avait entrepris un grand travail sur La Syntaxe logique du langage (1934), dans lequel il systématise les méthodes formelles utilisées dans la recherche des fondements en mathématique (Hilbert, Brouwer, l'école polonaise) et où il formule son principe de tolérance de la syntaxe : « En […] Lire la suite

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Dans le chapitre « Sens et non-sens »  : […] C'est parce qu'une catégoricité générique se fait jour dans le langage que l'analyse catégoriale constitue un instrument privilégié dans la détection de l'ambiguïté et du non-sens. Déjà, dans les Catégories , « les choses qu'il y a » (1  a 20), à savoir les universels et les particuliers ou les substances et accidents, se donnent dans le contexte des « choses qui sont dites » (1  a 16) et à l'in […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine KERBRAT-ORECCHIONI, « SÉMANTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/semantique/