HOMONYMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On parle d'homonymie lexicale à chaque fois qu'à des signifiants identiques correspondent des signifiés différents. En français, « manche » ou « mousse » en fournissent des exemples. Néanmoins, dans ces deux cas, on est en présence d'items dont la catégorie du genre grammatical lève l'ambiguïté (le manche/la manche ; le mousse/la mousse). Mais il n'en va pas toujours ainsi ; et c'est souvent un problème pour le lexicographe et pour la description de la langue en général que de savoir si l'on a affaire à des signes différents, et comme tels faisant l'objet d'un appel distinct dans un inventaire des sens, ou si, au contraire, n'existe pas une filiation, par exemple logique, entre des sens d'un même signe, dit alors polysémique. La tendance moderne de la linguistique est de résolument considérer comme différents des termes faisant l'objet de dérivations différentes ou susceptibles d'apparaître dans des distributions différentes ; ainsi, « la mousse » sera un mot répertorié avec une véritable homonymie dans la mesure où existe l'opposition « un tronc moussu »/« un vin mousseux ». Inversement, « poste », nom masculin, ne présentant pas de contexte ou de dérivation qui permette d'en discriminer les différents sens, ne sera traité que dans une entrée lexicale.

On a élargi la notion d'homonymie au domaine de séquences phoniques ambiguës : leur signifiant renvoie à des interprétations différentes ; ainsi dans tylapεl, dont le code graphique lève l'ambiguïté (« tu l'appelles », « tu la pèles », « tue la pelle », « tu l'appel », etc.). Parfois, des syntagmes restent indécidables, comme une « bonne espagnole », dont on ne peut dire avec certitude (sauf dans le code écrit, où le nom, en l'occurrence, prend une majuscule : un Français, une Espagnole) si le premier ou le second des deux éléments est le nom ou l'adjectif. On conçoit que la grammaire générative se soit intéressée de fort près à la manière dont peuvent être engendrées des suites de ce genre, qui posent le problème de la domination catégorielle en syntaxe.

—  Robert SCTRICK

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HOMONYMIE  » est également traité dans :

AMBIGUÏTÉ, linguistique

  • Écrit par 
  • Pierre LE GOFFIC
  •  • 686 mots

Un mot ou un énoncé sont dits ambigus quand ils sont susceptibles d'avoir plusieurs interprétations. Cette définition intuitive étant très large, on s'efforce en linguistique de la préciser en circonscrivant, parmi tous les malentendus, équivoques et autres imprécisions du langage, virtuels ou effectifs, ceux dont la racine semble se situer dans la structure et dans le matériau même du système lin […] Lire la suite

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Le point de départ « aristotélicien » : histoire d'un contresens »  : […] Si l'histoire de la « théorie aristotélicienne de l'analogie » est l'histoire d'un contresens médiéval, ce contresens fait partie de l'histoire même de la transmission des textes d'Aristote. Interprétée en termes de corpus, la théorie médiévale de l'analogie se présente comme la fusion forcée de trois textes d'inspiration, de portée et de signification différentes : la distinction entre synonymes, […] Lire la suite

CHAMP SÉMANTIQUE ET CHAMP LEXICAL

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 169 mots

Dans le chapitre « Le champ sémantique »  : […] On peut, dans cette perspective, appeler champ sémantique l'aire couverte par la ou les significations d'un mot de la langue à un moment donné de son histoire, c'est-à-dire appréhendée en synchronie. Lorsque le mot considéré est polysémique (c'est-à-dire possède plusieurs significations différentes, mais apparentées), la description de son champ sémantique doit rendre compte tout à la fois de l […] Lire la suite

MOTEURS DE RECHERCHE

  • Écrit par 
  • Brigitte SIMONNOT
  •  • 4 126 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Indexation des documents »  : […] Les pages Web collectées sont analysées par un logiciel qui procède à leur indexation. L'indexation consiste à caractériser les pages par des mots clés pour permettre de les retrouver. Dans le cas des moteurs de recherche, l'extraction de mots ou de groupes de mots à partir des documents est automatisée. Le moteur constitue un index qui, pour chaque mot repéré, renvoie aux pages où ce mot est pr […] Lire la suite

POLYSÉMIE

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 288 mots

La polysémie est la propriété qu'ont certains signes de la langue d'offrir plusieurs sens : « violon » désigne un instrument de musique, celui qui en joue, une prison. Aux unités polysémiques s'opposent les unités monosémiques (la plupart des termes scientifiques). Beaucoup de termes scientifiques étant des mots de la langue courante empruntés pour un usage particulier, certains phénomènes de poly […] Lire la suite

TRAITEMENT AUTOMATIQUE DES LANGUES

  • Écrit par 
  • Anne ABEILLÉ
  •  • 8 408 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les difficultés du T.A.L.  »  : […] Les difficultés du T.A.L. viennent d'une part des propriétés des langues elles-mêmes, d'autre part des situations de communication. Parmi les propriétés intrinsèques aux langues, on peut citer leur diversité, l'importance des ambiguïtés potentielles, la variabilité des énoncés et la créativité langagière. On recense plus de 5 000 langues humaines actuellement utilisées. Si l'on se limite aux princ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « HOMONYMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/homonymie/