DISCOURS PARTIES DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'étude systématique des différences portant sur les éléments (« parties ») mis en jeu dans le langage réalisé (« discours ») a été entreprise il y a fort longtemps par les grammairiens. C'est déjà pour les Indiens un début d'inventaire structural que d'inventorier le verbe, le nom, les prépositions et les particules. En Grèce, pour Aristote, « l'élocution se ramène tout entière aux parties suivantes : la lettre, la syllabe, la conjonction, l'article, le nom, le verbe ». Mais c'est Denys de Thrace (~ 170-~ 90) qui élabore la distinction entre les huit parties reprises telles quelles par Juifs et Arabes du Moyen Âge ; on abandonne les deux premières de la classification d'Aristote, comme relevant d'un autre niveau d'analyse, et la liste devient : article, nom, pronom, verbe, participe, adverbe, préposition, conjonction. Les quelques variantes que l'on trouve dans la théorie ultérieure ne modifient pas fondamentalement cette classification ; et dans la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal culmine la logicisation du langage héritée d'Aristote et quelque peu remaniée : ainsi, s'agissant du verbe, on ne dira pas, comme le logicien grec, que c'est un « mot qui signifie avec une idée de temps », mais qu'il marque que le discours où ce mot est employé est le discours d'un homme qui ne conçoit pas seulement les choses, mais qui « les juge et les affirme », de telle sorte que cette catégorie de mots cumule par hasard avec cette fonction énonciative les marques de personne, de nombre et de temps.

Plusieurs raisons ont conduit la linguistique moderne à contester fondamentalement la partition des éléments de la langue en « parties du discours ». La principale est que la logique ne peut servir de guide en cette matière, car une telle théorie repose sur la certitude, plus ou moins avouée, que la langue est un reflet de la réalité, qu'elle distribue substances, attributs et catégories logiques dans des classifications sémantiques où pourraient figurer les mots. Cette notion elle-même est battue en brèche : quelle est l'identité du mot, si l'on songe que cette unité graphique est souvent accidentelle et représente un amalgame d'unités plus petites qu'on appelle morphèmes et qui, seules, peuvent recevoir une définition formelle, c'est-à-dire indépendante du sens postulé par le classement traditionnel ? Ce dernier, les études de linguistique générale le prouvent, n'a guère de valeur universelle, s'appliquant de préférence aux langues classiques, et l'on a même tout lieu de croire qu'il constitue une projection de nos habitudes culturelles sur un ordre que nous voudrions scientifique : nous sommes, de fait, parfaitement démunis lorsqu'il s'agit de donner à la classe des adjectifs en japonais quelque statut qui entre dans nos normes familières. Si la prédication est une procédure constante dans la faculté d'exprimer un jugement, rien n'autorise à parler du verbe, porteur ou non de l'aspect, de la modalité, du temps selon les systèmes, dans des termes qui, grammaticalement, soient des constantes ; et, de ce point de vue, il n'est pas exagéré de dire que la science moderne du langage a substitué sa propre notion de l'universel de langue, fondée sur des mécanismes opératoires constants (syntaxiques), à la notion ancienne, fondée, elle, sur un logicisme mentaliste.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DISCOURS PARTIES DU  » est également traité dans :

ADVERBE

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 311 mots

L'une des parties du discours traditionnellement définie par sa propriété sémantique de modifier le contenu du prédicat ou de l'assertion, l'adverbe présente, en outre, la possibilité récursive de se combiner avec soi-même. Les difficultés de l'analyse proviennent surtout du fait qu'on ne prend pas toujours garde au point d'incidence de l'adverbe sur le reste de l'énoncé, ce qui entraîne à la fois […] Lire la suite

GRAMMAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 8 566 mots

Dans le chapitre « De la classification des parties du discours à l'hypothèse d'une grammaire universelle »  : […] Cela étant dit, la présentation par règle et l'adoption d'un style prescriptif ne sont que des commodités techniques ; d'autres choix sont possibles qui préservent plus clairement l'articulation logique des deux types de jugements grammaticaux, tout en continuant d'isoler aussi soigneusement les facteurs de différenciation entre les données. À cet égard, l'évolution de la théorie linguistique, à p […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Les grammairiens grecs

  • Écrit par 
  • Jean LALLOT
  •  • 2 796 mots

Dans le chapitre « Les « parties du discours » : la grammaire comme étude autonome »  : […] Le deuxième apport important du chapitre xx de la Poétique touche un point central – pour ne pas dire le point central – de la grammaire antique, celui des parties du discours . Nul doute qu'on ait observé depuis longtemps que, si parler consiste à assembler des mots, tous les mots formant le répertoire lexical de la langue n'ont pas les mêmes aptitudes combinatoires. Déjà Platon formulait, dan […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Jean STÉFANINI
  • , Universalis
  •  • 4 816 mots

Dans le chapitre « Définition médiévale d'une science grammaticale »  : […] Au Moyen Âge, la grammaire, l'un des trois « arts du langage » ( trivium ), avec logique et rhétorique, ouvre le cursus universitaire : fondée sur Donat et Priscien , elle sert à interpréter et à commenter les textes, puis, avec la redécouverte successive d'Aristote et les progrès de la logique, elle devient une réflexion originale sur le langage : 1.  en confrontant à ses définitions celles des l […] Lire la suite

MORPHÈME

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 954 mots

Le terme morphème a au moins trois sens différents en linguistique. On l'a d'abord employé pour désigner l'unité repérable dans un complexe morphologique où se découpaient un élément porteur de sens (appelé lexème ; parfois, mais plus rarement, sémantème) et un autre, grammatical, signalant l'appartenance à l'une des parties du discours (nom, adjectif, verbe, etc.). Ainsi, les termes chanteur et […] Lire la suite

PHRASE, linguistique

  • Écrit par 
  • Christiane MARCHELLO NIZIA
  •  • 1 010 mots

L'introduction dans la grammaire du terme et de la notion de phrase est relativement récente. Le mot lui-même, emprunté, au xvi e siècle, au latin, signifie uniquement, jusqu'à la fin du xvii e siècle, « expression, tournure ». C'est avec ce sens qu'il fait son entrée dans la grammaire à la fin du xvii e siècle, et, au siècle suivant, les dictionnaires et quelques traités encore ne lui reconna […] Lire la suite

PRÉPOSITION

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 772 mots

On appelle « préposition » une des parties du discours, invariable et toujours liée à un syntagme qu'elle régit et précède immédiatement (c'est le cas le plus général et le terme même de pré-position l'atteste), qu'elle peut suivre (certains lui réservent alors la dénomination de postposition : en allemand, meiner Meinung nach , « d'après moi » ; en latin, exempli gratia , « par exemple »), ou don […] Lire la suite

Les derniers événements

7-31 août 2014 Ukraine. Contre-offensive séparatiste et surenchère russe

Le 14, le président russe Vladimir Poutine, en visite en Crimée, exprime sa volonté de ne pas « se couper du reste du monde » et de tout faire pour « mettre fin au conflit armé [dans l'est de l'Ukraine] et permettre d'entamer un dialogue entre toutes les parties ». Le 22, le convoi humanitaire russe franchit la frontière ukrainienne sans avoir été inspecté et traverse des territoires contrôlés par les séparatistes pour gagner Louhansk. […] Lire la suite

2-30 juin 2012 Syrie. Intensification des affrontements

Les parties en conflit sont traitées de façon équivalente. Le texte n'évoque pas le départ du président Bachar al-Assad.  […] Lire la suite

6-29 janvier 2012 Syrie. Recrudescence des violences

Elle demande « à toutes les parties un arrêt immédiat de toute forme de violence », sans préconiser l'envoi d'experts des Nations unies comme le réclame l'opposition. La Ligue arabe demeure divisée sur les objectifs de cette mission. Le 10, le président Bachar al-Assad, dans son premier discours depuis juin 2011, dénonce de nouveau la responsabilité des puissances étrangères dans la crise que connaît son pays. […] Lire la suite

1er-28 mai 2011 Israël – Autorité palestinienne. Durcissement des positions empêchant la réouverture des négociations de paix

Le 19, dans un discours prononcé à Washington, le président Obama propose d'envisager le « printemps arabe » comme un « moment d'opportunité », et estime que « la dynamique pour une paix durable qui mettra fin au conflit [israélo-palestinien] est plus urgente que jamais ». Il crée la surprise en se prononçant en faveur de « frontières [...] fondées sur les lignes de 1967 avec des échanges [de territoires] sur lesquels les deux parties seraient d'accord ». […] Lire la suite

2-27 mai 2005 Iran. Échec de la conférence quinquennale d'examen du T.N.P.

Cette décision est contraire à l'accord conclu en novembre 2004 entre les parties. Le 11 également, Pyongyang, qui a suspendu en juillet 2004 les pourparlers engagés avec les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud, la Chine et la Russie sur son programme nucléaire, annonce avoir pris les « mesures nécessaires à l'accroissement de [son] arsenal nucléaire à des fins défensives ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « DISCOURS PARTIES DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/parties-du-discours/