AMBIGUÏTÉ, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un mot ou un énoncé sont dits ambigus quand ils sont susceptibles d'avoir plusieurs interprétations. Cette définition intuitive étant très large, on s'efforce en linguistique de la préciser en circonscrivant, parmi tous les malentendus, équivoques et autres imprécisions du langage, virtuels ou effectifs, ceux dont la racine semble se situer dans la structure et dans le matériau même du système linguistique et dans ses lois de fonctionnement. On exclut ceux qui paraissent trop liés à des faits de situation particuliers ou à des problèmes d'interprétation relevant de l'exégèse, de la lecture entre les lignes ou d'un besoin supplémentaire d'information. Cette démarche, qui ne va ni sans difficultés, ni sans quelque arbitraire, aboutit à reconnaître comme ambigu par exemple je ne serai pas le premier président à perdre une guerre (est-ce à dire que je la perdrai ou non ?), ou un jeu de mots comme c'est le premier vol de l'aigle (à propos de Napoléon III confisquant les biens de la famille d'Orléans), mais non telle phrase conventionnelle dont on ne sait « comment la prendre », ni tel propos ou texte suscitant des controverses, ni tel énoncé simplement vague (comme Pierre et Paul sont allés à Paris, qui ne dit ni quand ni comment — alors que telle autre langue préciserait obligatoirement, par exemple, s'ils sont allés à pied ou en voiture).

Ainsi délimitées, les ambiguïtés sont traditionnellement et généralement considérées comme des imperfections accidentelles du langage et des dangers pour la communication, sauf effet particulier (par exemple, jeu de mots). Le cas type en est l'homonymie, au niveau du mot (bière = « boisson » ou « cercueil » ou au-delà : /selkilem/ = « celle qu'il aime » ou « celle qui l'aime » ; quel auteur cite ce conférencier ? laisse incertain : quel est le sujet et l'objet (homonymie de construction). Dans ces cas se trouve posé au récepteur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de linguistique française à l'université de Paris-III

Classification


Autres références

«  AMBIGUÏTÉ, linguistique  » est également traité dans :

GENRE GRAMMATICAL

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 722 mots

Catégorie morphologique supportée par diverses parties du discours, variables du reste selon les langues considérées, la seule constante qu'on puisse observer étant le caractère lexicalisé de la catégorie : entendons qu'à l'inverse du nombre le genre est donné dans la compétence du sujet pour chaque nom, indépendamment de la volonté du locuteur. Deux directions principales organisent, à partir de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genre-grammatical/#i_80282

HOMONYMIE

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 370 mots

On parle d'homonymie lexicale à chaque fois qu'à des signifiants identiques correspondent des signifiés différents. En français, « manche » ou « mousse » en fournissent des exemples. Néanmoins, dans ces deux cas, on est en présence d'items dont la catégorie du genre grammatical lève l'ambiguïté (le manche/la manche ; le mousse/la mousse). Mais il n'en va pas toujours ainsi ; et c'est souvent un pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homonymie/#i_80282

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « L'homme qui doute »  : […] Si l'histoire de la pensée médiévale appartient à l'histoire des états de la raison, comment va-t-on qualifier la spécificité de la raison médiévale ? En montrant qu'elle est, en son fond, problématique. De fait, c'est une raison dubitative que l'on peut caractériser dans sa forme, l'art de raisonner en disputant ( ratio per quaestiones disputandi ), comme dans sa visée persi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_80282

POLYSÉMIE

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 288 mots

La polysémie est la propriété qu'ont certains signes de la langue d'offrir plusieurs sens : « violon » désigne un instrument de musique, celui qui en joue, une prison. Aux unités polysémiques s'opposent les unités monosémiques (la plupart des termes scientifiques). Beaucoup de termes scientifiques étant des mots de la langue courante empruntés pour un usage particulier, certains phénomènes de poly […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polysemie/#i_80282

TRAITEMENT AUTOMATIQUE DES LANGUES

  • Écrit par 
  • Anne ABEILLÉ
  •  • 8 408 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les difficultés du T.A.L.  »  : […] Les difficultés du T.A.L. viennent d'une part des propriétés des langues elles-mêmes, d'autre part des situations de communication. Parmi les propriétés intrinsèques aux langues, on peut citer leur diversité, l'importance des ambiguïtés potentielles, la variabilité des énoncés et la créativité langagière. On recense plus de 5 000 langues humaines actuellement utilisées. Si l'on se limite aux princ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traitement-automatique-des-langues/#i_80282

TRAITEMENT SYNTAXIQUE (perception et compréhension)

  • Écrit par 
  • Joël PYNTE
  •  • 1 326 mots

Dans le chapitre « Traitement sériel ou parallèle ?  »  : […] Nous allons compliquer un peu la tâche du lecteur en introduisant une ambiguïté temporaire. Cela revient à retarder le moment où un ou plusieurs mots pourront être intégrés dans la phrase. C’est le cas de « Paul » dans l’exemple suivant : « Marie embrasse Pierre et Paul quitte la pièce. » « Paul » peut être complément d’objet direct du premier verbe ou sujet du second. Ce n’est que lorsque le sec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traitement-syntaxique/#i_80282

Pour citer l’article

Pierre LE GOFFIC, « AMBIGUÏTÉ, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambiguite-linguistique/