SCIENCESSciences et discours rationnel

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En première approximation, on pourrait dire que la science est un mode de connaissance critique. Le qualificatif « critique » doit être entendu ici en un double sens : il indique, d'une part, que la science exerce un contrôle vigilant sur ses propres démarches et met en œuvre des critères précis de validation, d'autre part, qu'elle élabore des méthodes qui lui permettent d'étendre de façon systématique le champ de son savoir. La démarche scientifique est à la fois réflexive et prospective. Il est essentiel de remarquer que les principes organisateurs de la science ne lui sont pas fournis par une instance extérieure ; l'élaboration des critères de validité et des méthodes de recherche fait partie intrinsèquement du développement du savoir scientifique lui-même. Cela ne signifie pas cependant que ces principes sont reconnus en toute clarté et de façon exhaustive dans le moment même de leur mise en œuvre. Immanents aux démarches effectives, ils doivent être progressivement dégagés de celles-ci par un effort spécifique de thématisation. Cet effort doit prendre lui-même une forme critique ; il ne s'agit pas seulement de mettre en évidence des idées inspiratrices et des critères de construction opérant en fait, de façon implicite, dans la recherche ; il faut aussi les soumettre à un examen clarificateur et à des épreuves de validité, et cela dans l'intérêt même de la recherche.

On pourrait utiliser, de façon générale, pour désigner les idées, critères et principes qui sont mis en œuvre dans la démarche scientifique, le terme de « présuppositions ». Ces présuppositions se répartissent en niveaux hiérarchisés ; ainsi, certaine classe de principes peut être commandée par un critère qui joue, à leur égard, le rôle d'une présupposition plus fondamentale. L'étude des présuppositions des diverses sciences, et de la science en général, fait l'objet de ce qu'on appelle les « recherches sur les fondements ». Ces recherches mettent en œuvre des méthodes de caractère scientifique, telles que l'axiomatisation, la construction de modèles, etc. Elles relèvent dès lors elles-mêmes des présuppositions qu'elles ont pour fonction de mettre au jour. Il y a donc inévitablement un processus circulaire dans le travail « fondationnel » ; autrement dit, il n'est pas possible d'établir un fondement des sciences ultime et absolu. Les recherches fondationnelles n'ont jamais qu'un caractère relatif ; elles explicitent les présuppositions, mais toujours relativement à d'autres présuppositions, donc sans pouvoir fournir une justification en dernière instance. Il apparaît en tout cas que la démarche scientifique est critique à deux niveaux : d'une part, au niveau de la recherche elle-même, qui met en œuvre de façon systématique des procédures de validation, d'autre part, au niveau des recherches fondationnelles, qui soumettent à une épreuve de discernement ces procédures elles-mêmes.

La science, au cours de son histoire, s'est rendue parfaitement autonome à l'égard de la philosophie. Elle pose toutefois à la philosophie des problèmes fondamentaux : comment le savoir scientifique est-il possible ? comment s'explique l'accord, au moins partiel, enregistré par la démarche scientifique, entre les opérations de l'esprit et le fonctionnement des systèmes réels ? comment s'explique le progrès de la connaissance scientifique ? qu'en est-il de son historicité ? quelles sont ses limites éventuelles ? quels sont les rapports entre la science et l'action, entre la science et la vie sociale, entre la science et la destinée de l'homme ? y a-t-il ou non une téléologie de la science ? etc. Ces questions relèvent à la fois d'une anthropologie philosophique, dans la mesure où la science est le fait de la raison humaine et intéresse concrètement, tant par son devenir interne que par ses résultats, l'existence de l'homme, et d'une logique philosophique, dans la mesure où elle est une forme privilégiée (certains diraient même la seule forme authentique) de la manifestation du « logos ». Les deux perspectives, anthropologique et logique, ne se rejoignent d'ailleurs pas nécessairement, et leur rapport soulève une nouvelle question philosophique, que le problème de la science ne fait qu'illustrer : qu'en est-il du rapport de l'homme au « logos » ? Cette question appelle sans doute un horizon d'élucidation ontologiq [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université catholique de Louvain (Belgique)

Classification

Autres références

«  SCIENCES  » est également traité dans :

SCIENCES - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 2 055 mots

L'organisation du savoir a cessé depuis longtemps d'être monarchique. Aux siècles de foi et d'autorité, la théologie était la reine des sciences. La philosophie était sa servante ou plutôt, comme gémissait Kant, sa suivante, alors que la philosophie, observait-il, n'a qu'un service à rendre : précéder et non pas suivre, marcher en t […] Lire la suite

SCIENCES - Sciences et société

  • Écrit par 
  • Federico MAYOR, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 9 651 mots
  •  • 4 médias

On ne peut parler des rapports entre la science et la société ni du statut des sciences sans définir d'abord ce que l'on entend par la première. Si l'on admet que les phénomènes naturels obéissent à des lois et que ces lois sont connaissables, on peut dire que la science est l'ensemble de la connaissance des lois […] Lire la suite

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 646 mots
  •  • 6 médias

La science et la philosophie furent longtemps inséparables. Dans l'Antiquité, la philosophie représentait la science suprême, celle « des premiers principes et des premières causes ». Les autres sciences, et notamment la physique, recevaient d'elle leurs fondements. Cette alliance s'est trouvée brisée au xviie […] Lire la suite

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 539 mots
  •  • 1 média

Comme c'est le cas de la plupart des spécialités de la sociologie, la sociologie des sciences ne prend son véritable essor que lorsque les sciences elles-mêmes commencent à être perçues comme un « problème social ». Leur développement massif après la Seconde Guerre mondiale, sans parler de l'impact social causé par le largage de deux bombes atomiques sur le J […] Lire la suite

SCIENCES - Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 110 mots

Les scientifiques d'aujourd'hui s'étonnent souvent du temps qu'il a fallu pour découvrir des vérités scientifiques qui leur paraissent évidentes ; et ils expliquent volontiers cette lenteur par un obstacle extérieur, en l'occurrence la pensée chrétienne et l'autorité des Églises. C'est oublier d'abord que le christianis […] Lire la suite

SCIENCES - Science et progrès

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 6 523 mots

La science entretient avec l'idée de progrès un rapport privilégié, à un double titre. D'une part, depuis le XVIIe siècle, la science est conçue comme le parangon du progrès, comme l'une des (rares) pratiques humaines où le progrès semble incontestable. Après tout, on peut discuter longuement pour savoir si le sens moral de l' […] Lire la suite

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 011 mots

Dans le chapitre « Différentes méthodes pour différentes sciences ? »  : […] Peut-on classer les sciences d'après leurs méthodes ? Ou bien d'après leur manière d'utiliser leurs méthodes ? La méthode représente-t-elle la même chose pour toutes les sciences ? Généralement, « méthode » a un sens vague, et la méthodologie n'est pas préceptive : comment prescrirait-on aux scientifiques ce qu'ils devraient faire, quand on n'est pas d'accord sur ce qu'ils font ? On s'accorde à d […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 083 mots
  •  • 4 médias

Si l'on traduit par notre mot « science » le mot grec ἐπιστήμη, l'épistémologie est, étymologiquement, la théorie de la science. Bien que la forme anglaise du vocable ait existé avant que le français ne l'assimile, c'est pourtant avec le sens différent et plus large de « théorie de la connaissance » qu'il est généralement utilisé par les Anglo-Saxons. Ce décalage sémantique n'intéresse pas seu […] Lire la suite

SCIENCES HUMAINES

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 245 mots
  •  • 2 médias

L'expression « sciences humaines » est, en France, une façon usuelle de nommer les études de psychologie et de sociologie. Depuis la Seconde Guerre mondiale, elle a remplacé l'ancienne appellation de « sciences morales ». En 1942, l'ouvrage de Wilhelm Dilthey sur les sciences de l'esprit ( Geisteswissenschaften ) a été traduit en français sous le titre Introduction aux sciences humaines . Par un d […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers la causalité scientifique »  : […] Ainsi posées, ces questions sont à la fois essentielles et insolubles : elles relèvent d'un choix plutôt que d'un savoir. On s'est donc demandé : comment formuler l'idée de cause pour qu'elle puisse recevoir de l'expérience une confirmation ou une réfutation ? Le cheminement de la notion métaphysique à un principe utilisable en sciences a été graduel et lent : il a fallu, du côté de la philosophie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean LADRIÈRE, « SCIENCES - Sciences et discours rationnel », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sciences-et-discours-rationnel/