ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) Les modèles interprétatifs

L'archéologie ne saurait se résumer à la simple collecte d'objets contenus dans le sol. Elle ne saurait non plus se cantonner, comme elle l'a longtemps été, au rôle d'une « auxiliaire de l'histoire », incapable par elle-même d'interpréter ses propres documents. Toute science dispose à la fois de faits – construits par ses techniques et méthodes d'observation – et de théories qui permettent d'interpréter ces faits, quitte à ce qu'elles soient modifiées par un constant mouvement d'aller et retour. L'histoire de l'archéologie est aussi celle de son autonomisation intellectuelle progressive et de sa quête de démarches propres de raisonnement et d'interprétation.

L'archéologie comme science

La démarche propre de l'archéologie n'est en rien singulière. Avec des objectifs plus ou moins ambitieux, elle entreprend de collecter (en général par la fouille) les données nécessaires, dont elle propose la description et la mise en ordre (chronologique, typologique, spatiale, fonctionnelle, etc.). Elle livre ensuite des interprétations quant à la société étudiée, interprétations qu'elle doit chercher à vérifier, sauf à rester dans le domaine de l'hypothèse. Ce n'est pas parce que l'archéologie travaille sur des sociétés disparues que la preuve n'est pas possible. Le psychologue, le sociologue ou l'ethnologue, sans même parler de l'historien, travaillent sur des acteurs certes vivants, mais dont les actes réels peuvent différer sensiblement des paroles. Et, alors que certaines sciences de la nature, comme l'astrophysique, ne peuvent pratiquer directement l'expérimentation, il existe une « archéologie expérimentale » qui vise à reconstituer les techniques et des pratiques anciennes du silex, de la poterie, du métal, de l'architecture, etc. Une autre branche, l'ethnoarchéologie, essaie de tester sur des populations traditionnelles des hypothèses formulées sur des sociétés disparues. Ce souci d'une démarche rigoureuse s'est surtout développé en archéologie à partir des années 1960. Il a été particulièrement marqué aux États-Unis avec le mouvement dit de la « New Archaeology », mais a été également bien représenté en France (J.-C. Gardin), en Tchécoslovaquie (B. Soudsky), en Union soviétique (L. S. Klejn) ainsi que dans d'autres pays. Il est devenu progressivement partie intégrante de l'archéologie.

L'archéologie entretient des rapports divers avec les autres sciences. Elle utilise évidemment les sciences naturelles et physico-chimiques : méthodes de datation, détermination des restes végétaux, humains et animaux, composition et origine des matériaux, reconstitution de l'environnement et du climat, etc. Elle manie de même les techniques d'analyse spatiale des géographes ou d'analyse statistique communes à la plupart des sciences sociales. Mais l'utilisation de ces données et techniques n'érigent pas pour autant l'archéologie en science, c'est leur incorporation dans une démarche semblable à celle décrite plus haut qui le lui permet. Avec l'histoire de l'art comme avec l'histoire, l'archéologie a eu le souci d'une autonomie croissante, que lui a permise l'élaboration par la préhistoire d'approches qui, par définition, ne devaient rien aux textes. Si nous venons d'évoquer avec l'ethnoarchéologie les relations entre archéologie et ethnologie, il en existe d'autres, avec les sociologues, qui s'intéressent à la culture matérielle contemporaine et produisent une sorte d'archéologie du temps présent.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Jean-Paul DEMOULE : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Classification

Pour citer cet article

Jean-Paul DEMOULE, « ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Les modèles interprétatifs », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Autres références

  • ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

    • Écrit par Luc BOURGEOIS
    • 4 297 mots
    • 5 médias

    L’archéologie médiévale rassemble un large spectre de méthodes permettant d’étudier les témoignages matériels des cultures qui se sont succédé entre le v e et le xv e siècle. Elle s’intéresse aussi bien aux structures enfouies ou en élévation qu’au mobilier et aux informations issues...

  • ÂGE ET PÉRIODE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 1 722 mots

    Toutes les sociétés humaines ont découpé le temps de leur passé, réel ou mythologique, en segments de taille variable. Ces découpages reposent sur une certaine conception du temps, mais aussi sur une interprétation plus globale du passé qui permet de comprendre le présent (évolution, dégradation,...

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

    • Écrit par Claire BOULLIER, Geneviève CALAME-GRIAULE, Michèle COQUET, Universalis, François NEYT
    • 13 333 mots
    • 2 médias
    ...d'archives, la connaissance très fragmentaire de cette histoire se fonde essentiellement sur l'étude conjointe des données livrées par la tradition orale et par l'archéologie. Le sol nous a laissé cependant peu de vestiges au regard d'autres régions du monde. Les raisons en sont simples : l'archéologie est...
  • AFRIQUE ROMAINE

    • Écrit par Noureddine HARRAZI, Claude NICOLET
    • 8 416 mots
    • 10 médias

    La domination administrative et politique de Rome sur les diverses régions de l'Afrique du Nord (mis à part la Cyrénaïque et l'Égypte) s'étend sur près de six siècles : depuis la prise et la destruction de Carthage par Scipion Émilien (146 av. J.-C.) jusqu'au siège et à...

  • AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

    • Écrit par Hubert DESCHAMPS, Jean DEVISSE, Henri MÉDARD
    • 8 501 mots
    • 6 médias

    L'histoire du continent tout entier apparaît comme une entreprise récente et difficile. Pendant longtemps, seules l'égyptologie, l'islamologie et l'histoire coloniale l'ont, chacune de son point de vue, abordée ; il faut noter du reste que les très anciens systèmes d'écriture, en Égypte, à Méroé, en...

  • AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

    • Écrit par Augustin HOLL
    • 5 570 mots
    • 3 médias

    La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent...

  • Afficher les 242 références

Voir aussi