Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SCIENCE, notion de

  • Article mis en ligne le
  • Écrit par

La science désigne traditionnellement, pour les philosophes, une opération de l'esprit permettant d'atteindre une connaissance stable et fondée. Platon (428 env.-env. 347 av. J.-C.) oppose ainsi, dans le livre V de La République, la science et l'opinion, cette dernière réputée changeante et ne portant que sur des apparences. Le mot science signifie alors connaissance. Il désigne la forme la plus haute de la connaissance, celle par laquelle nous accédons véritablement à une réalité rendue pleinement intelligible. La science se distingue ainsi d'autres sources de persuasion, comme l'opinion, la croyance, la foi, l'autorité d'un auteur, la connaissance par ouï-dire, etc. La philosophie de la connaissance s'attache à définir les conditions d'une telle connaissance certaine, et les méthodes – par exemple la dialectique chez Platon – que les hommes doivent suivre pour l'atteindre. Tel est le concept normatif de science. Il permet d'apprécier les prétentions des différents savoirs à la scientificité, de guider leur travail, de hiérarchiser les disciplines scientifiques.

Le mot science, surtout lorsqu'il est utilisé dans des expressions comme « la science moderne », ou au pluriel – « les sciences » –, ne désigne plus aujourd'hui un « pouvoir de connaître » reconnu à l'esprit humain lorsqu'il respecte les normes de la rationalité mais un corps constitué de connaissances et de méthodes qui peut faire l'objet d'analyses et de réflexions. Il existe plusieurs ensembles de connaissances, réunis en disciplines distinctes : la physique, la chimie, la biologie, la psychologie, etc. Classiquement, on les rassemble en trois grands ensembles : les sciences formelles – comme les mathématiques et la logique –, les sciences empirico-théoriques, qui ont recours aux explications causales – comme la physique, la chimie, la biologie –, les sciences herméneutiques, qui font appel à la compréhension et à l'interprétation de textes, de discours, de symboles, etc. – comme l'histoire ou la psychologie. Dans cette seconde acception, plus descriptive, est science ce qui est reconnu comme science dans la communauté scientifique. Cette définition, strictement sociologique, est nécessairement relative à une communauté scientifique donnée : ce qui est aujourd'hui tenu pour scientifique ne le sera pas toujours et ne l'est pas partout. Toute tentative pour définir le mot science rencontre, et analyse parfois, cette tension entre un concept normatif de la science – connaissance vraie établie selon certains critères – et un concept descriptif – désignation, dans un ensemble culturel donné, de connaissances portant sur telle ou telle matière. Cette tension renvoie à un problème qu'il est possible de restituer.

De la philosophie à l'épistémologie

Tout concept normatif de la science, c'est-à-dire toute élaboration des normes absolues de la scientificité, repose en réalité sur l'état du savoir au moment de sa constitution. Lorsque Platon fait valoir que la connaissance certaine et évidente est une connaissance des essences, qui doit partir de principes assurés et respecter l'ordre logique, il érige en modèle les mathématiques de son temps. « La philosophie de Platon est donc à bien des égards le produit cohérent de la pratique des mathématiciens », souligne ainsi Jean-Baptiste Gourinat dans Les Philosophes et la science, (P. Wagner dir., 2002). Une telle approche présente deux inconvénients. En premier lieu, tout concept normatif, intrinsèquement daté, devient obsolète lorsque l'état du savoir sur lequel il s'appuyait est dépassé. Par exemple, la physique, telle qu'elle s'élabore dans les œuvres de Galilée et de Newton, ne correspond plus au concept normatif de la science défini par[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean-Paul THOMAS. SCIENCE, notion de [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le