SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Empire purement allemand

Le repli de l'Allemagne

Pendant le Grand Interrègne (1250-1273), la papauté s'obstina à empêcher l'accès au pouvoir des descendants des Staufen. Après cette période de vingt-trois années, les princes promus à la dignité impériale prirent conscience, malgré les ambitions irréalistes de certains d'entre eux, notamment Henri VII de Luxembourg (1308-1313), de l'impossibilité de maintenir leur autorité dans la Péninsule, d'autant que les électeurs, comme la papauté, eurent soin de ne pas donner la couronne à des personnages trop puissants.

L'entreprise du Saint-Siège, toutefois, indisposa les grands de Germanie qui ne souhaitaient pas voir les pontifes se mêler de leurs affaires. Cela permit à l'empereur Charles IV de Luxembourg de laïciser l'Empire par la Bulle d'or de 1356, qui donna en fait à l'Allemagne sa première constitution. En vertu de cet édit, le nombre des princes électeurs (qui, depuis Frédéric Barberousse et Frédéric II, n'avait cessé de diminuer, ces monarques tenant à favoriser seulement les plus puissants) est fixé à sept : les archevêques de Mayence, de Cologne et de Trèves, le roi de Bohême, le duc de Saxe, le margrave de Brandebourg et le comte palatin du Rhin. Ces sept personnages élisent le roi de Germanie et roi des Romains, mais aucune allusion n'est faite à une quelconque intervention du pape par la suite. Ainsi, par le système de désignation du souverain, l'Empire est devenu purement allemand. Son territoire est celui de l'Allemagne. Cependant, sur le plan politique, dès cette époque, il ne représente rien de plus qu'un titre creux, l'élu ne recevant aucun pouvoir et ne disposant que de ses États propres et de ses qualités personnelles qui peuvent lui permettre parfois d'entreprendre de grandes choses ; ainsi, Sigismond convoqua le concile de Constance en 1414 pour mettr [...]

L'empereur Sigismond

Photographie : L'empereur Sigismond

Photographie

Sigismond (1368-1437), roi de Hongrie puis empereur du Saint Empire romain germanique. Il favorisa la tenue du concile de Constance (1414) qui mit fin au Grand Schisme et condamna à mort Jan Hus (1371-1415). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Allemagne, Xe siècle

Allemagne, Xe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Allemagne, XIIe-XIIIe siècle

Allemagne, XIIe-XIIIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

L'empereur Sigismond

L'empereur Sigismond
Crédits : Hulton Getty

photographie

Allemagne, vers 1350

Allemagne, vers 1350
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification

Autres références

«  SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE  » est également traité dans :

SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 472 mots

962 Otton Ier, vainqueur des Hongrois en 955, reçoit du pape Jean XII la couronne impériale à Rome (2 février).972 Mariage de Théophano de Byzance et du futur Otton II (973-983), fils d'Otton Ier.1024 Mort d'Henri II (1002-1024). Succession difficile de Conrad II le Salique (102 […] Lire la suite

ADOLPHE DE NASSAU (1250 env.-1298) empereur germanique (1292-1298)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 234 mots

Petit prince de la vallée du Rhin, Adolphe de Nassau est élu roi à la mort de Rodolphe de Habsbourg pour empêcher Albert, son fils, d'accéder à l'Empire. Les électeurs, qui ne veulent pas d'un maître trop puissant, ont cru qu'Adolphe de Nassau, présenté par l'archevêque de Cologne, serait un homme tout dévoué à leur cause. Comme il ne dispose d'aucune fortune personnelle et que le comté de Nassau […] Lire la suite

ALBERT DE HOHENZOLLERN (1490-1545) électeur de Mayence (1514-1545)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 316 mots

Auteur indirect de la Réforme, le prince Albert de Hohenzollern est le type même de l'évêque humaniste et mondain, plus soucieux de politique que de pastorale. Frère de l'Électeur de Brandebourg, il devient, grâce à la politique dynastique qui vise à faire de Magdebourg un apanage des cadets, archevêque de ce siège, en 1513, et administrateur de Halberstadt. L'année suivante, il obtient en plus l' […] Lire la suite

ALBERT Ier DE HABSBOURG (1250 env.-1308) empereur germanique (1298-1308)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 367 mots

Fils du roi des Romains, Rodolphe I er de Habsbourg, Albert d'Autriche, se porte candidat à la succession de son père en 1291, mais cet homme sévère et violent, qui se refuse à toute concession, déplaît aux électeurs qui lui préfèrent Adolphe de Nassau, obscur seigneur de la basse vallée du Rhin. Les échecs de ce dernier incitent, cependant, les électeurs à donner la couronne royale au duc Albert […] Lire la suite

ALBERT L'OURS (1100 env.-1170) margrave de Brandebourg (1134-1170)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 268 mots

Fondateur de la dynastie des Ascaniens et de la Marche de Brandebourg, qui est à l'origine du royaume de Prusse, Albert l'Ours, comte de Ballenstädt, était originaire d'Aschersleben en Saxe (Ascaria ou Ascania en latin, d'où le nom de la dynastie). Il a reçu en 1134, de Lothaire de Supplinburg, l'Altmark, ou Marche du Nord ; il parvient à s'implanter très solidement sur la rive droite de l'Elbe. U […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 146 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « À la veille de la Réforme »  : […] Le règne de Maximilien fait transition entre l'époque médiévale et les Temps modernes. C'est alors que s'établissent les premiers rapports entre le pouvoir et la nouvelle puissance des banquiers, en l'occurrence entre Maximilien et Jakob Fugger. Surtout c'est le moment où apparaît, en matière religieuse, un climat préréformateur dont l'une des plus célèbres manifestations fut la Reformatio Sigism […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Le dernier visage du Premier Reich (1648-1806) »  : […] On se rappelle que l'Empire comprend quelque 350 États – mais est-ce bien le mot qui convient pour les villes libres, les évêchés, les abbayes, les seigneuries minuscules ? – représentés par la Diète de Ratisbonne. À sa tête, un empereur désigné par huit (neuf en 1692) Électeurs, laïcs et ecclésiastiques, protestants et catholiques. Pendant toute cette période, les empereurs appartiennent – sauf u […] Lire la suite

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Libertés et urbanisme dans le cadre du Saint Empire romain germanique »  : […] Au xii e  siècle commence l'âge d'or des cités. Des campagnards abandonnent la glèbe pour l'artisanat et le négoce, déjà pleins de promesses lucratives, et c'est l'éclosion de villes nouvelles, l'agrandissement des anciennes. Après Strasbourg obligée d'élargir plusieurs fois son enceinte, Haguenau, sise aux portes d'un château impérial, reçoit un privilège de Frédéric Barberousse (1164). Au xiii e […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le resserrement de l'étau »  : […] Aux xii e et xiii e  siècles apparaissent un peu partout en Occident chrétien des symptômes inquiétants d'une dégradation de la condition juive. Les juifs dépendent de plus en plus du seul bon vouloir du prince qui peut disposer d'eux à sa guise. C'est ainsi que Philippe Auguste expulse les juifs du domaine royal en 1182 pour mettre la main sur leurs biens et renflouer le Trésor, avant d'autoris […] Lire la suite

ASCANIENS LES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 286 mots

Dynastie allemande, influente du xii e  siècle à 1918. Le nom, adopté pendant le premier quart du xii e  siècle, vient d'Aschersleben (Ascaria ou Ascania en latin), où les comtes de Ballenstädt possédaient un château au milieu de leurs domaines, au nord-est des montagnes du Harz. Albert l'Ours est le premier à élever le rang de la famille de comte à margrave. Investi de la Marche du Nord en 113 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel PACAUT, « SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-empire-romain-germanique/