Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SCHISME D'OCCIDENT (GRAND)

C'est en 1378 que surgit dans l'histoire de l'Église ce qu'on appelle le Grand Schisme d'Occident, qui dura près de quarante ans et qui fut consécutif à une double élection pontificale. En 1377, en effet, le pape Grégoire XI avait quitté Avignon, où la papauté était établie depuis les années 1310, et s'était réinstallé à Rome. À sa mort, survenue l'année suivante, on pouvait croire qu'un Français allait de nouveau lui succéder puisque, sur seize cardinaux, onze étaient originaires de France. Cependant, sous la pression des Romains, qui exigeaient la désignation d'un pontife appartenant à leur ville, ou pour le moins italien, et devant des démonstrations assez violentes de leur part, le conclave élut l'archevêque de Naples, Barthélemy Prignano, qui prit le nom d'Urbain VI et fut couronné quelques jours plus tard en présence de tous les cardinaux ; mais il se montra maladroit et cassant avec eux. Il en résulta un très grave mécontentement, surtout parmi les Français, puis une rupture, qui conduisit à la dénonciation de l'élection (accomplie, dit-on, sous la pression populaire, donc non valable) et à la désignation d'un autre pape, le cardinal Robert de Genève, qui devint Clément VII. Aussitôt, les deux papes cherchèrent à se faire reconnaître par les princes et les clergés. La division politique de l'Europe (guerre de Cent Ans notamment) poussa les monarques à ne pas adhérer à la même obédience. En quelques mois, le monde catholique se divisa en deux camps ennemis, les clémentins et les urbanistes. Clément VII, fixé en Avignon, eut pour lui la France, le royaume de Naples, le duché de Savoie, les royaumes ibériques, la Sicile, l'Écosse et quelques principautés du sud et de l'ouest de l'Allemagne. Urbain VI, à Rome, fut reconnu par l'Empire, l'Angleterre, la Hongrie, les royaumes scandinaves, les pays de l'Italie du Nord et d'Italie centrale, ainsi que ceux d'Allemagne septentrionale.

Loin de tenter un rapprochement, chacun des deux adversaires résolut d'éliminer son concurrent par la force en s'appuyant sur les princes de son obédience. Ce fut la « voie de fait », qui coûta cher à l'un et à l'autre, et fut marquée avant tout par les initiatives militaires de la France en Italie (Louis d'Anjou) et du royaume de Naples afin de reprendre Rome pour Clément VII. Elle n'aboutit à aucun résultat positif et aggrava les troubles provoqués par le schisme, qui non seulement scindait la chrétienté en tant qu'entité politique, mais opposait souvent les âmes les plus ardentes (Catherine de Sienne est urbaniste, Vincent Ferrier clémentin) et, de toute façon, portait durablement atteinte au prestige de la papauté.

En 1389, Urbain VI étant décédé, on espéra une réconciliation. Les cardinaux s'y refusèrent et lui donnèrent un remplaçant, Boniface IX, auquel succédèrent Innocent VII en 1404, puis Grégoire XII en 1406. De leur côté, les avignonnais élurent Benoît XIII en 1394. Cet entêtement commun suscita la réprobation des meilleurs et l'abandon de la voie de fait. Les maîtres de l'université de Paris (d'abord Henri de Langenstein et Conrad de Gelnhausen, ensuite Nicolas de Clamanges, Pierre d'Ailly, Jean Gerson) proposèrent très tôt le recours au jugement du concile œcuménique. Cependant, avant d'en venir là, d'autres solutions furent essayées. La soustraction d'obédience, décidée en 1398 pour des raisons diverses par le roi de France, qui ne reconnut plus aucun pape, aurait pû entraîner les autres puissances à agir de même et forcer les deux pontifes à l'abdication. Elle échoua, comme échouèrent les tentatives de compromis direct entre les deux adversaires.

En 1408, la plupart des cardinaux romains se séparèrent de Grégoire XII, tandis[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Sigismond, empereur germanique - crédits : AKG-images

Sigismond, empereur germanique

Autres références

  • AVIGNON PAPES D'

    • Écrit par Hervé LEGRAND
    • 1 949 mots
    • 3 médias
    Sous la pression d'une émeute du peuple romain réclamant « un pape romain ou au moins un pape italien », les cardinaux élirent unanimement un Italien, Urbain VI, pour succéder à Grégoire XI. Cette élection fut-elle libre ? Les historiens en discutent encore ; toujours est-il que, cinq mois après, les...
  • BENOÎT XIII, PEDRO MARTÍNEZ DE LUNA (1324-1423) antipape (1394-1423)

    • Écrit par Universalis
    • 438 mots

    De famille noble, Pedro Martínez de Luna naît à Ilueca, dans le royaume d'Anger, en 1324. Il a enseigné le droit canonique à l’université de Montpellier avant d’être nommé cardinal, en 1375. En 1378, il participe à la formation du Grand Schisme d’Occident qui divisera l’Église catholique...

  • CATHERINE DE SIENNE sainte (1347-1380)

    • Écrit par Jacques DUBOIS
    • 413 mots
    • 2 médias

    Religieuse italienne, célèbre par son action durant le Grand Schisme et par ses expériences mystiques. Avant-dernière de vingt-cinq enfants, Catherine Benincasa naquit à Sienne probablement le 25 mars 1347. Son père, teinturier, et sa mère, fille d'un poète, jouissaient d'une petite aisance. Catherine...

  • CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

    • Écrit par Jean DANIÉLOU, André DUVAL
    • 16 441 mots
    • 10 médias
    ...l'autonomie de l'État, s'en prend aussi à la structure monarchique de l'Église. Le retour du pape à Rome (1377) ne fait qu'aviver les intrigues partisanes, et en 1378 la Chrétienté se déchire en deux. Il y a schisme, mais qui est schismatique ? Personne bientôt ne le sait plus. À Rome comme à Avignon, chacun...
  • Afficher les 18 références

Voir aussi