ALBERT Ier DE HABSBOURG (1250 env.-1308) empereur germanique (1298-1308)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils du roi des Romains, Rodolphe Ier de Habsbourg, Albert d'Autriche, se porte candidat à la succession de son père en 1291, mais cet homme sévère et violent, qui se refuse à toute concession, déplaît aux électeurs qui lui préfèrent Adolphe de Nassau, obscur seigneur de la basse vallée du Rhin. Les échecs de ce dernier incitent, cependant, les électeurs à donner la couronne royale au duc Albert. Celui-ci, à la bataille de Göllheim en 1298, triomphe de son concurrent qui est tué.

Albert se fait réélire roi des Romains : il a le soutien du roi de France Philippe le Bel, à qui il cède la rive gauche de la Meuse malgré les princes rhénans contre lesquels il doit se battre (1301-1302). Le pape est aussi son allié, quoiqu'il ait refusé de lui céder les droits impériaux sur la Toscane ; cependant, Albert lui prête serment de vassalité en 1303 : en échange, le pape lui promet la couronne impériale et la succession pour son fils.

En Hongrie, Albert accorde son appui à Charles Robert d'Anjou qui devient roi : ce royaume ne s'agrège donc pas à l'ensemble polono-bohémien des Przémyslides (1301). Puis, en quelques années, Albert s'empare de la Bohême car la dynastie s'éteint en 1306. Il conquiert aussi la Misnie (région de Meissen en Saxe) et essaie de s'emparer de l'héritage d'Adolphe de Nassau en Thuringe.

Albert a donc acquis d'importants territoires qui permettent aux Habsbourg de disposer d'une réelle puissance territoriale dans l'Empire, quoique, dans ses domaines patrimoniaux, les Suisses commencent de se révolter contre ce maître dur, intraitable. En Saxe, les Wettiner lui infligent une défaite ; son fils Rodolphe meurt en 1307 et, en mai 1308, l'un de ses neveux, Jean de Souabe, qui revendique depuis longtemps sa part d'héritage, l'assassine. Il ne reste donc plus aux Habsbourg que leurs biens propres : beaucoup plus tard, il leur faudra reconquérir le pouvoir impérial et entreprendre une politique subtile et obstinée de mariages pour reconstituer une zone d'influence aussi considérable.

—  Anne BEN KHEMIS

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale de Tunis

Classification


Autres références

«  ALBERT I er DE HABSBOURG (1250 env.-1308) empereur germanique (1298-1308)  » est également traité dans :

ADOLPHE DE NASSAU (1250 env.-1298) empereur germanique (1292-1298)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 234 mots

Petit prince de la vallée du Rhin, Adolphe de Nassau est élu roi à la mort de Rodolphe de Habsbourg pour empêcher Albert, son fils, d'accéder à l'Empire. Les électeurs, qui ne veulent pas d'un maître trop puissant, ont cru qu'Adolphe de Nassau, présenté par l'archevêque de Cologne, serait un homme tout dévoué à leur cause. Comme il ne dispose d'auc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-de-nassau/#i_10740

Pour citer l’article

Anne BEN KHEMIS, « ALBERT Ier DE HABSBOURG (1250 env.-1308) empereur germanique (1298-1308) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-ier-de-habsbourg/