ARÉISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme d'aréisme, qui signifie « sans rivière », introduit dans le vocabulaire géographique par E. de Martonne en 1926, s'applique aux régions à la surface desquelles « l'écoulement est pratiquement nul ». L'absence d'écoulement a de profondes répercussions sur l'évolution des formes du terrain et les manifestations de la vie. Comme il n'y a plus de réseau de thalwegs aboutissant au niveau de base océanique, l'érosion travaille en fonction de niveaux de base locaux, dépourvus de stabilité. Les alluvions, qui ne sont pas évacuées vers la mer, empâtent le relief et sont souvent remaniées par les vents, constructeurs de dunes. L'action de ceux-ci est d'autant plus efficace que, par suite du manque d'eau, la couverture végétale et les sols sont trop réduits pour assurer une protection efficace contre les actions atmosphériques. Pauvres en végétation, les régions aréiques sont aussi très mal dotées en espèces animales, si bien qu'elles paraissent privées de vie et mériter le qualificatif de déserts qui leur est souvent appliqué.

L'extension des régions aréiques

La délimitation des régions aréiques prête à controverse, car il existe toute une série de formes de dégradation de l'hydrographie. Par convention, l'aréisme commence lorsque l'écoulement n'intervient qu'exceptionnellement, sans périodicité définie et pour de brèves périodes. Il faut cependant prendre garde de ne point faire entrer dans le domaine aréique les régions de roches perméables, principalement calcaires, dépourvues de drainage superficiel, mais dans lesquelles l'écoulement s'effectue pourtant vers la mer par voie souterraine. Par contre, une région où ne prend naissance aucune rivière, mais traversée par un fleuve venu de montagnes plus arrosées qu'elle, comme le Nil dans le désert libyque, doit être considérée comme aréique.

Ainsi définies, les régions aréiques occupent 28 millions de kilomètres carrés, soit 17 p. 100 de la surface des continents, 20 p. 100 si on laisse de côté les terres polaires, à la surface desquelles l'é [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARÉISME  » est également traité dans :

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 35 811 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Un pays de grandes plaines »  : […] Une structure de socle a marqué l'Argentine : le bouclier brésilien fournit le soubassement de la Pampa et du Chaco mais, brisé et effondré, il n'affleure que sur les bords. La plaine pampéenne couvre près de 600 000 km 2 et se prolonge, sans solution de continuité autre que bioclimatique, sur les 300 000 km 2 de la partie argentine de la plaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argentine/#i_23056

CHACO

  • Écrit par 
  • Simone DREYFUS-GAMELON, 
  • Romain GAIGNARD
  •  • 2 807 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une plaine semi-désertique »  : […] Le Chaco occupe la partie tropicale de l'immense plaine structurale qui s'étale dans le sud de l'Amérique, entre l'avant-pays andin et la vallée du río Paraguay et du río Paraná, selon un plan très légèrement incliné vers l'est : de la frontière bolivienne à la rive du fleuve, face à Asunción, sur une distance de 800 km, l'altitude passe de 400 à 55 mètres. Cette faible pente s'explique par l'orig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaco/#i_23056

ÉGYPTE - Géographie

  • Écrit par 
  • Éric DENIS
  •  • 5 784 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le milieu physique »  : […] L'Égypte utile demeure une étroite bande fertile de plus de 1 100 km de longueur qui s'ouvre au nord sur un delta de quelque 22 000 km 2 . La surface habitée couvre 3,5 p. 100 du pays, soit environ 35 000 km 2 sur 997 739 km 2 (5 p. 100 si l'on ajoute les bonifications agricoles post-1950). L'Égypte est bordée à l'ouest p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-geographie/#i_23056

MAGHREB - Géographie

  • Écrit par 
  • Olivier PLIEZ, 
  • Bouziane SEMMOUD
  •  • 7 252 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un problème crucial, l'eau, et un milieu fragile »  : […] Le climat influe sur les activités humaines, surtout agricoles, à travers l'eau, les sols et le couvert végétal . Le Maghreb dispose d'un potentiel hydraulique appréciable. Le Maroc y apparaît favorisé grâce aux plateaux calcaires des chaînes du Moyen et du Haut Atlas et à la couverture neigeuse qui y résiste plusieurs mois. Mais l'irrégularité et l'agressivité des oueds sont une sérieuse contrai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-geographie/#i_23056

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « ARÉISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/areisme/