ARÉISME

Le terme d'aréisme, qui signifie « sans rivière », introduit dans le vocabulaire géographique par E. de Martonne en 1926, s'applique aux régions à la surface desquelles « l'écoulement est pratiquement nul ». L'absence d'écoulement a de profondes répercussions sur l'évolution des formes du terrain et les manifestations de la vie. Comme il n'y a plus de réseau de thalwegs aboutissant au niveau de base océanique, l'érosion travaille en fonction de niveaux de base locaux, dépourvus de stabilité. Les alluvions, qui ne sont pas évacuées vers la mer, empâtent le relief et sont souvent remaniées par les vents, constructeurs de dunes. L'action de ceux-ci est d'autant plus efficace que, par suite du manque d'eau, la couverture végétale et les sols sont trop réduits pour assurer une protection efficace contre les actions atmosphériques. Pauvres en végétation, les régions aréiques sont aussi très mal dotées en espèces animales, si bien qu'elles paraissent privées de vie et mériter le qualificatif de déserts qui leur est souvent appliqué.

L'extension des régions aréiques

La délimitation des régions aréiques prête à controverse, car il existe toute une série de formes de dégradation de l'hydrographie. Par convention, l'aréisme commence lorsque l'écoulement n'intervient qu'exceptionnellement, sans périodicité définie et pour de brèves périodes. Il faut cependant prendre garde de ne point faire entrer dans le domaine aréique les régions de roches perméables, principalement calcaires, dépourvues de drainage superficiel, mais dans lesquelles l'écoulement s'effectue pourtant vers la mer par voie souterraine. Par contre, une région où ne prend naissance aucune rivière, mais traversée par un fleuve venu de montagnes plus arrosées qu'elle, comme le Nil dans le désert libyque, doit être considérée comme aréique.

Ainsi définies, les régions aréiques occupent 28 millions de kilomètres carrés, soit 17 p. 100 de la surface des continents, 20 p. 100 si on laisse de côté les terres polaires, à la surface desquelles l'écoulement s'effectue sous forme de courants de glace. L'aréisme est pratiquement inconnu sur 25 degrés de latitude au voisinage de l'équateur, tout comme aux hautes latitudes, au-delà du 55e degré de latitude nord et du 50e degré de latitude sud. L'aréisme est donc, comme le montre la carte, une manifestation caractéristique des latitudes tropicales et, plus exceptionnellement, des latitudes tempérées méridionales.

Extension des régions aréiques

Extension des régions aréiques

carte

Extension des régions privées d'écoulement régulier vers la mer. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

[...]

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARÉISME  » est également traité dans :

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 35 817 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Un pays de grandes plaines »  : […] río Pilcomayo, qui constitue la frontière du Paraguay, au río Colorado qui coule aux lisières de la Patagonie, l'aréisme est la dominante du Chaco et de la Pampa. Trois rivières seulement, descendues des Andes tropicales bien arrosées, réussissent à traverser le Chaco : le Pilcomayo, le Bermejo et le Juramento Salado. Le seul cours d'eau pampéen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argentine/#i_23056

CHACO

  • Écrit par 
  • Simone DREYFUS-GAMELON, 
  • Romain GAIGNARD
  •  • 2 807 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une plaine semi-désertique »  : […] L'aréisme humide succède ainsi à l'aréisme sec : le trait le plus frappant du Chaco est l'absence de tout écoulement organisé, de tout réseau hydrographique. Seules deux rivières issues des Andes, le Pilcomayo et le Bermejo, atteignent par intermittence le río Paraguay. Les autres ruisseaux temporaires divaguent et se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaco/#i_23056

ÉGYPTE - Géographie

  • Écrit par 
  • Éric DENIS
  •  • 5 786 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le milieu physique »  : […] à plus de 400 km du littoral méditerranéen actuel. C'est aujourd'hui le domaine de l'aréisme ; seul le gel mais aussi le sel et le gypse permettent le morcellement du matériel rocheux et la formation de regs de fragmentation. À l'extrême sud-ouest affleure le socle cristallin avec le djebel Uweinat qui culmine à 1 934 m et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-geographie/#i_23056

MAGHREB - Géographie

  • Écrit par 
  • Olivier PLIEZ, 
  • Bouziane SEMMOUD
  •  • 7 254 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un problème crucial, l'eau, et un milieu fragile »  : […] merdjate du Gharb. En zone saharienne, caractérisée en général par l'aréisme, l'écoulement dépend des terrains traversés : l'infiltration est instantanée dans les étendues sableuses, plus importantes dans le Sahara central et les déserts libyens, alors que les crues prennent toute leur importance sur les substrats […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-geographie/#i_23056

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « ARÉISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/areisme/