ROUTES DE LA SOIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire de la Route de la soie

L’histoire de la Route de la soie n’est pas linéaire. Elle connut deux grandes périodes, pendant lesquelles les échanges furent intenses, entrecoupés de longs siècles de déclin.

La formation progressive du trajet

Les premiers linéaments de ce qui allait devenir la Route de la soie apparurent au Moyen-Orient, en Mésopotamie et en Perse. Dans ces contrées au relief peu accidenté, la formation de puissants royaumes (sumérien, babylonien, achéménide) favorisa l’apparition précoce de marchands itinérants qui établirent les premières voies commerciales à longue distance. Au cours de ses conquêtes, Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.) fonda plusieurs cités qui servirent ensuite d’étapes sur la Route de la soie.

C’est sous la dynastie des Han (206 av. J.-C.- 220 apr. J.-C.) que fut ouverte la Route de la soie. Le commerce de la soie était alors interdit hors de Chine et les contrevenants risquaient la peine de mort. Mais, malgré la Grande Muraille, les « barbares du Nord » harcelaient les frontières de l’Empire. La menace était telle que l’empereur Wudi (140-87 av. J.-C.) envoya Zhang Qian en mission vers l’ouest pour conclure une alliance avec les Yuezhi. Il ne revint que treize ans plus tard. S’il avait échoué à s’allier les Yuezhi, il rapportait de nombreux renseignements sur des peuples (Parthes, Sogdiens, Bactriens), des produits et des itinéraires jusqu’alors inconnus. Surtout, il avait découvert l’existence d’une race de chevaux dits « célestes », dans la plaine de Fergana, qui pouvaient servir les desseins militaires des Chinois. C’est pour les obtenir que l’empereur envoya, sous bonne escorte, des caravanes chargées de soie. Zhang Qian est ainsi considéré comme le « père fondateur de la Route de la soie ».

Les Parthes, rencontrés par Zhang Qian, devinrent les intermédiaires entre la Chine et Rome. L’Empire romain découvrit peut-être la soie lors de la défaite de sept légions contre l’armée parthe dont les étendards flamboyants avaient marqué la mémoire des vaincus. La soie connut un tel succès à Rome que le Sénat adopta des lois somptuaires contre l’usage de cette étoffe qui laissait les femmes nues et vidait les caisses de la République. En effet, le trajet était si long, les intermédiaires si nombreux que, arrivée à Rome, la soie valait son poids en or. Les Romains ignoraient tout de l’origine de la soie et ils croyaient que c’était une sorte de laine produite par un arbre mystérieux qui poussait au pays des Sères (Sericus en latin, de soie).

Les rythmes de la route

Les échanges sur la Route de la soie déclinèrent une première fois au iiie siècle, avec la chute des Han. Le commerce ne se ranima pas avant l’essor de la Chine des Tang au viie siècle. La conquête musulmane des Empires byzantin et sassanide vers 650 entraîna cependant des bouleversements et désorganisa les réseaux commerciaux. Les armées musulmanes attaquèrent également les royaumes bouddhiques et leur art figuratif. Le déclin des Tang, vers 750, signa la disparition en Asie centrale de la présence bouddhiste sur la Route de la soie. Monastères et temples furent abandonnés. De plus, l’assèchement progressif des glaciers qui alimentaient en eau les villes et les oasis aggrava la situation.

La Route de la soie connut un second âge d’or sous l’Empire mongol, au xiiie siècle. La pax mongolica (la paix mongole) encouragea les marchands à l’emprunter à nouveau. Elle s’étendait alors sur plus de 7 000 kilomètres, de Chang’an à Byzance ou Antioche, et le trajet durait près de neuf mois. La chute de l’Empire mongol précipita son déclin.

Fermeture de l’itinéraire par voie terrestre

Les successeurs des Mongols, les Ming (1368-1644), mirent en place une politique isolationniste qui coupa la Chine du monde. Enfin, après la chute de Byzance en 1453, l’extension de l’Empire turc et le contrôle qu’il opéra sur l’Asie Mineure bloquèrent le voyage des caravanes. La voie maritime, le long des côtes de l’océan Indien, prit alors le relais. Mais elle était également aux mains d’intermédiaires chinois, malais, indiens et arabes, voire vénitiens ou génois.

La prospérité croissante de l’Europe attisa son appétit pour les produits orientaux. Cherchant à en réduire le coût, les Européens se lancèrent tout d’abord dans la production de soie. La recherche de voies directes fut ensuite entreprise, afin de contrôler l’acheminement des richesses de l’Orient. Les Portugais contournèrent l’Afrique au xve siècle et établirent le premier itinéraire direct vers l’Inde et l’Asie. L’Espagne envoyait Christophe Colomb explorer une route vers l’Asie par l’ouest.

La découverte du Nouveau Monde favorisa l’essor du commerce transocéanique, désormais entièrement aux mains des Européens. La distribution du pouvoir politique et économique à travers le monde en fut bouleversée. Tandis que les nouvelles puissances maritimes d’Europe occidentale prospéraient, la Route de la soie était peu à peu abandonnée.

Les différents itinéraires de la Route de la soie

Dessin : Les différents itinéraires de la Route de la soie

Le réseau de pistes qui constituaient la Route de la soie s'étendait sur plus de 7 000 kilomètres d'est en ouest. Après avoir quitté Chang'an, il fallait rejoindre l'oasis de Dunhuang, le point le plus avancé de la Muraille de Chine à l'époque Han, et passer ensuite par Yumenguan, la «... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Les différents itinéraires de la Route de la soie

Les différents itinéraires de la Route de la soie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Caravane sur la Route de la soie

Caravane sur la Route de la soie
Crédits : Leemage/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Art et croyances sur les routes de la soie

Art et croyances sur les routes de la soie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Sur les traces de Marco Polo

Sur les traces de Marco Polo
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 6 médias de l'article


Classification

Autres références

«  ROUTES DE LA SOIE  » est également traité dans :

"OUVERTURE" DE LA ROUTE DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 260 mots

Inventée à la fin du xixe siècle par un savant allemand, Ferdinand von Richthofen, l'expression la « Route de la soie » désigne les différentes voies par lesquelles des biens ont transité entre la Chine centrale et l'Orient méditerranéen. Après le couloir du Gansu, les marchandises étaient acheminées par l'une des deux routes contournant le désert du […] Lire la suite

ROUTES DE LA SOIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 545 mots

— 1200 Le char est introduit en Chine depuis l'Asie centrale selon des voies de transmission encore inconnues. Une fois adopté, il est imité et perfectionné par les Shang, puis par les Zhou. Cette introduction atteste l'existence d'échanges entre l'Orient et l'Occident bien avant le commencement de relations commerciales. […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'empire kushana »  : […] Au moment même où les Parthes essayaient de consolider leur pouvoir dans la vallée de l'Indus, la Bactriane était envahie et occupée par une nouvelle vague de nomades, les Kushana, qui faisaient partie de la confédération des Yue-Tche, tribus habitant les régions situées au nord de la Chine. Les historiens ne sont pas d'accord sur l'origine ethnique des Yue-Tche. Certains les considèrent comme éta […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dégager des sous-ensembles régionaux au sein de l'Asie soulève deux difficultés majeures. D'une part, les phénomènes comme la démographie, la superficie ou l'économie opèrent à une échelle beaucoup plus vaste que l'Europe, voire que l'Amérique du Nord. La Chine, qui ne constitue qu'une partie de l'Asie, est, par exemple, aussi grande que les États-Unis, de même que l'Inde par rapport à l'Union eur […] Lire la suite

CHANG'AN [TCH'ANG-NGAN]

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 990 mots

Actuelle Xi'an, capitale de la province chinoise du Shaanxi. La première Chang'an (Paix éternelle) est établie comme capitale de l'empire par les Han (~ 202), sur la rive droite de la Wei et à une quinzaine de kilomètres au sud de Xianyang, la capitale des Qin qu'ils viennent de renverser. La ville met environ un siècle à acquérir son étendue définitive. Elle est entourée d'une muraille de forme i […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Continuité sous les Sui et les Tang jusqu'au milieu du VIIIe siècle »  : […] La période qui s'étend de la fin du vi e  siècle au x e  siècle se divise assez nettement en deux parties. Les empires des Sui et des Tang , jusqu'au milieu du viii e  siècle, sont comme le prolongement de celui des Zhou du Nord. La continuité est évidente dans les institutions, les formes politiques, l'importance politique et stratégique de la vallée de la Wei, la composition des classes dirigea […] Lire la suite

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les motivations économiques »  : […] Les motifs économiques sont sous-jacents dans les toutes premières découvertes. L'exploration de la côte africaine commencée sous l'impulsion du prosélytisme religieux se soutient très vite par l'intérêt commercial. Le profit matériel n'est plus seulement le « revenant-bon » de la croisade. Il lui est consubstantiel. L'accès direct aux sources d'approvisionnement des épices et de la soie est au c […] Lire la suite

FERGANA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 403 mots

La dépression intramontagnarde de Fergana occupe 22 000 kilomètres carrés, dont 17 000 appartiennent à l'Ouzbékistan, le reste étant partagé de manière à peu près égale entre le Tadjikistan et le Kirghizstan. Dominée de tous côtés par de très hautes montagnes atteignant 4 000 mètres au nord et à l'est et 7 000 mètres au sud, la plaine de Fergana (300 km de longueur, 100 km de largeur) doit son exi […] Lire la suite

GOBI DÉSERT DE

  • Écrit par 
  • Guy S. ALITTO, 
  • Mikhail Platonovich PETROV
  •  • 2 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Étude et exploration »  : […] L'ancienne Route de la soie traversait le sud du désert d'Alashan et le Gobi-Altaï avant de se diriger vers le nord et l'ouest pour contourner le désert de Takla-Makan. Les Européens découvrirent le Gobi dès le xiii e  siècle, grâce aux descriptions saisissantes de Marco Polo. La région demeura cependant longtemps méconnue et inexplorée. Elle suscita un regain d'intérêt à la fin du xix e  siècle […] Lire la suite

HIRAYAMA IKUO (1930-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 398 mots

Peintre japonais. Né en 1930 à Setoda, dans la préfecture d'Hiroshima, Hirayama Ikuo est un survivant de la bombe atomique qui a dévasté la ville japonaise le 6 août 1945. Il devient adepte du bouddhisme et sort diplômé de l'école des Beaux-Arts de Tōkyō. Représentant du mouvement artistique Nihonga apparu à la fin du xix e  siècle en réaction à la peinture occidentale, Hirayama pratique des tech […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

21 avril 2021 Australie – Chine. Annulation d'accords signés par l'État de Victoria avec la Chine.

Routes de la soie », en application d’une loi de décembre 2020 qui autorise le gouvernement fédéral à annuler tout accord conclu par un État avec un pays tiers si le texte est jugé contraire à l’intérêt national. Deux autres accords signés avec la Syrie et l’Iran sont également annulés. La Chine menace de riposter « avec fermeté et force ». Les relations […] Lire la suite

26 avril 2019 Chine. Deuxième forum international sur les « Nouvelles Routes de la soie ».

Routes de la soie » – à Pékin, le président Xi Jinping plaide en faveur de projets « transparents » et « viables », respectueux des « règles internationales » et sans risque de corruption. Il prend ainsi en compte les réserves exprimées par certains pays à l’égard du poids de l’endettement résultant de certains projets et de l’opacité de leurs financements […] Lire la suite

22-26 mars 2019 Chine – Union européenne. Visite du président chinois Xi Jinping en Europe.

routes de la soie », le projet chinois de développement de liaisons commerciales à travers l’Eurasie et vers l’Afrique. L’Italie est le premier membre du G7 et le premier État fondateur de l’Union européenne à y adhérer. Le 26, le président français Emmanuel Macron convie la chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission européenne […] Lire la suite

14-15 mai 2017 Chine. Promotion des « Nouvelles Routes de la soie ».

Routes de la soie » réunit à Pékin les représentants d’une centaine de pays, dont vingt-neuf chefs d’État ou de gouvernement, plus le secrétaire général de l’ONU et la directrice générale du FMI. Ce programme, lancé en 2013 par le président Xi Jinping, prévoit d’ici à 2050 l’investissement de centaines de milliards de dollars dans l’aménagement de  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« ROUTES DE LA SOIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/routes-de-la-soie/