Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROUTES DE LA SOIE

L’Asie traversée par la Route de la soie

La Route de la soie traversait l’immense Asie centrale, ses montagnes, ses steppes et ses déserts. Chaînes du Pamir, déserts de Takla-Makan et de Gobi, enfin l’Himalaya au sud étaient des régions inhospitalières qui constituaient de redoutables obstacles à la communication entre la Chine et le Moyen-Orient. Ce périple fut accompli par d’innombrables voyageurs : marchands, moines, soldats et, plus récemment, archéologues.

Un voyage périlleux

La Route de la soie empruntait plusieurs itinéraires dont le choix relevait d’un compromis entre les dangers connus, la longueur et les aléas politiques. Les différents chemins regorgeaient de périls en tout genre : bandits, guerres, bêtes sauvages, avalanches, mal des montagnes, fièvres, tempêtes de sable. En limitant les risques, l’organisation de grandes caravanes, qui regroupaient de 100 à 500 personnes, a rendu possibles les échanges réguliers. Les animaux de bât variaient selon les régions : chameaux, mulets et yacks. Rien n’eût été envisageable non plus sans les oasis, dotées de marchés, de comptoirs de prêt et de caravansérails (gîte d’étape et entrepôt fortifié), dont la Route a fait la fortune grâce aux taxes prélevées sur les marchandises. On y changeait d’animaux, de guides et d’interprètes ; on y achetait des vivres. Les caravaniers faisaient sans cesse l’aller-retour entre deux oasis. Les biens changeaient ainsi plusieurs fois de main et, à chaque transaction, leur prix augmentait. Les marchands des oasis décourageaient les voyages plus longs en exagérant les distances et les dangers et en gardant secrets les itinéraires et les descriptions détaillées des terres lointaines.

La Route de la soie s’inscrivait dans un réseau large et plusieurs embranchements conduisaient vers d’autres destinations, notamment vers l’Inde. À chaque extrémité, d’autres routes permettaient la diffusion des produits : à l’est, jusqu’en Corée ou en Chine par la mer ; à l’ouest, jusqu’en Europe du Nord, par la mer Noire et le Danube, ou jusqu’aux républiques de Gênes ou de Venise.

Les voyageurs célèbres

À l’époque des Tang, le moine bouddhiste Xuan Zang (600-664) est le voyageur chinois le plus célèbre. Parti vers l’Inde pour y retrouver les racines du bouddhisme que l’on jugeait alors perverti en Chine, il découvrit que cette religion n’y était presque plus pratiquée. Il parcourut néanmoins le pays pendant quatorze ans, traduisant du sanskrit en chinois un grand nombre de textes bouddhiques. Il fut suivi par de nombreux pèlerins jusqu’à ce que la route maritime soit préférée.

Au Moyen Âge, les puissances de la chrétienté cherchèrent à se renseigner sur ces peuples lointains et puissants qui auraient bien pu servir d’alliés contre leur ennemi et voisin direct, les musulmans. Ainsi, le pape Innocent IV envoya en 1245 le moine italien Jean du Plan Carpin en mission diplomatique auprès de l’empereur mongol Kubilaï Khan. Le roi de France Louis IX (Saint Louis) envoya lui aussi un émissaire, Guillaume de Rubrouck, vers 1253.

Sur les traces de Marco Polo

Sur les traces de Marco Polo

Parmi les marchands de la Route de la soie, bien peu ont fait toute la longueur du trajet. C’est là ce qui distinguerait Marco Polo, son père Niccolo et son oncle Matteo. Les deux frères auraient rencontré le khan une première fois et celui-ci leur aurait demandé d’être instruit sur la religion chrétienne. Les deux hommes seraient repartis en 1271, mandatés par le pape Grégoire X. Ils emmènent avec eux le jeune Marco, qui fera le récit de son périple.

Le temps des archéologues

Au début du xxe siècle, l’Asie représente un enjeu pour les grandes puissances. Le Royaume-Uni voudrait contrôler les marches de son empire des Indes et la Russie essaie de conquérir le Turkestan. C’est aussi l’ultime période d’exploration du monde : le désert du Takla-Makan figurait encore sur les cartes comme « inexploré[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Les différents itinéraires de la Route de la soie

Les différents itinéraires de la Route de la soie

Caravane sur la Route de la soie

Caravane sur la Route de la soie

Art et croyances sur les routes de la soie

Art et croyances sur les routes de la soie

Autres références

  • "OUVERTURE" DE LA ROUTE DE LA SOIE

    • Écrit par Alain THOTE
    • 260 mots

    Inventée à la fin du xixe siècle par un savant allemand, Ferdinand von Richthofen, l'expression la « Route de la soie » désigne les différentes voies par lesquelles des biens ont transité entre la Chine centrale et l'Orient méditerranéen. Après le couloir du Gansu, les marchandises étaient acheminées...

  • ROUTES DE LA SOIE - (repères chronologiques)

    • Écrit par Alain THOTE
    • 535 mots

    — 1200 Le char est introduit en Chine depuis l'Asie centrale selon des voies de transmission encore inconnues. Une fois adopté, il est imité et perfectionné par les Shang, puis par les Zhou. Cette introduction atteste l'existence d'échanges entre l'Orient et l'Occident bien avant le commencement...

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    ...romain d'un côté et la Chine et l'Inde de l'autre. L'Afghanistan actuel, qui se trouvait au point d'intersection des axes d'échanges, notamment la célèbre route de la soie, connut une période de prospéritésans précédent, dont témoigne le résultat des fouilles pratiquées dans plusieurs régions du pays et surtout...
  • ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

    • Écrit par Manuelle FRANCK, Bernard HOURCADE, Georges MUTIN, Philippe PELLETIER, Jean-Luc RACINE
    • 24 797 mots
    • 10 médias

    Dégager des sous-ensembles régionaux au sein de l'Asie soulève deux difficultés majeures. D'une part, les phénomènes comme la démographie, la superficie ou l'économie opèrent à une échelle beaucoup plus vaste que l'Europe, voire que l'Amérique du Nord. La Chine, qui ne constitue qu'une...

  • CHANG'AN [TCH'ANG-NGAN]

    • Écrit par Pierre-Étienne WILL
    • 994 mots

    Actuelle Xi'an, capitale de la province chinoise du Shaanxi. La première Chang'an (Paix éternelle) est établie comme capitale de l'empire par les Han (~ 202), sur la rive droite de la Wei et à une quinzaine de kilomètres au sud de Xianyang, la capitale des Qin qu'ils viennent de renverser....

  • CHINE - Histoire jusqu'en 1949

    • Écrit par Jean CHESNEAUX, Jacques GERNET
    • 44 594 mots
    • 50 médias
    ...gouvernement, transféré au Henan occidental, à Luoyang. Sans doute y aura-t-il encore de grandes offensives pour reprendre le contrôle difficile de la route des oasis au Xinjiang sous la direction du général Ban Chao, entre 73 et 94, et pour réprimer, en 43, une rébellion au Vietnam (expédition de Ma...
  • Afficher les 15 références

Voir aussi