Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FERGANA

La dépression intramontagnarde de Fergana occupe 22 000 kilomètres carrés, dont 17 000 appartiennent à l'Ouzbékistan, le reste étant partagé de manière à peu près égale entre le Tadjikistan et le Kirghizstan. Dominée de tous côtés par de très hautes montagnes atteignant 4 000 mètres au nord et à l'est et 7 000 mètres au sud, la plaine de Fergana (300 km de longueur, 100 km de largeur) doit son existence à un gigantesque effondrement progressif commencé dès la fin du Secondaire, poursuivi tout au long du Tertiaire et une partie du Quaternaire, si bien que sédiments et formations détritiques s'y sont accumulés sur plusieurs milliers de mètres d'épaisseur. En surface, les torrents qui dévalent les versants des montagnes bordières ont construit d'imposants cônes de déjection, ceux qui se trouvent au sud de la plaine étant particulièrement bien développés.

Longtemps malarienne en son cœur, la plaine de Fergana est occupée depuis la plus haute antiquité sur ses bordures, où les hommes ont très tôt organisé des réseaux de canaux d'irrigation fonctionnant par gravité et conduisant vers les champs l'eau transportée en abondance au cours de l'été par des fleuves au régime glacio-nival. Assainie et irriguée au moyen d'un grand canal de ceinture qui véhicule les eaux empruntées au Syr-Daria, la dépression, à l'exception de son centre inculte, a été mise en culture à l'époque soviétique (coton, cultures maraîchères et fruitières).

L'égrenage du coton, le dévidage des cocons de vers à soie et la mise en conserve des fruits et légumes ont, de tout temps, assuré la prospérité des villes nées au long de l'antique route de la soie qu'empruntaient les caravanes pour se rendre dans l'Empire du Milieu tout proche. Le pétrole et le gaz naturel extraits du sous-sol de la plaine ainsi que la houille, le mercure et l'antimoine, l'électricité produite par des centrales hydrauliques aménagées sur le Syr-Daria et ses principaux affluents les ont transformées en centres industriels dont les entreprises travaillent les textiles (la soie en particulier) ou produisent le matériel d'équipement nécessaire aux cultivateurs de la région. Les principales villes de la région sont Namangan, Andijan, Fergana et Kokand.

— Pierre CARRIÈRE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ASIE CENTRALE

    • Écrit par Henri-Paul FRANCFORT, Frantz GRENET
    • 9 700 mots
    • 4 médias
    Le Paléolithique moyen apparaît sur des sites comme Ogzi Kichik et au Ferghana, dans la vallée du Syr Darya ; il succède au Paléolithique ancien après une lacune de près de 50 000 ans dans nos connaissances. L'industrie lithique est de type levalloisien et moustérien (débitage en éclats). Dans la...
  • KIRGHIZSTAN

    • Écrit par Universalis, Arnaud RUFFIER, Denis SINOR, Julien THOREZ
    • 5 537 mots
    • 5 médias
    ...profondeur de 668 mètres et une surface de 6 236 kilomètres carrés, ce qui en fait l'un des lacs de montagne les plus vastes du monde. Au sud, la dépression du Ferghana, qui est partagée par le Kirghizstan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan, est localisée entre le Tianshan occidental et le Tianshan méridional....
  • OUZBÉKISTAN

    • Écrit par Edward ALLWORTH, Universalis, Arnaud RUFFIER, Julien THOREZ, Anne TOURNEVILLE
    • 7 670 mots
    • 2 médias
    Commencent alors des vagues importantes d'arrestations dans les milieux islamistes, qui touchent particulièrement la vallée de Ferghana. Cette région, sous-représentée dans la répartition du pouvoir au sein du gouvernement et qui a vu se développer plus rapidement qu'ailleurs le fondamentalisme religieux,...
  • QARAKHANIDES ou KARAKHĀNIDES LES (Xe-XIIIe s.)

    • Écrit par Robert MANTRAN
    • 467 mots

    Dynastie turque, connue aussi sous le nom de Ilek Khans, les Qarakhanides ont régné du xe siècle au début du xiiie sur le Turkestan oriental et occidental.

    Constituant probablement un rameau des Qarlouq, ils apparaissent dans l'histoire au ixe siècle à l'occasion de combats contre les Samanides...

  • Afficher les 7 références