Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROUTES DE LA SOIE

Diversité des échanges sur la Route de la soie

La soie n’était évidemment pas l’unique bien transporté sur la route qui porte son nom. Elle y côtoyait de nombreux autres produits. De plus, idées, religions et techniques trouvaient là également une voie propice à leur diffusion.

Découverte et diffusion de la soie

D’après une légende chinoise, la soie fut découverte vers 2700 avant J.-C. par l’épouse du prince Hoang-Ti, lorsqu’un cocon tomba dans sa tasse de thé et que, voulant l’en retirer, elle déroula le fil. La sériciculture ne se diffusa d’abord qu’en Chine, et son secret était jalousement gardé. En 440 avant J.-C., un prince de Khotan, un royaume en bordure du désert de Takla-Makan, se maria avec une princesse chinoise. Apprenant que ce pays ne produisait pas de soie, elle aurait fait sortir de Chine des vers à soie et des graines de mûrier en les cachant dans sa coiffe et aurait formé, avant son départ, ses suivantes à la sériciculture. La Perse, bientôt dans le secret, prit garde de ne pas le dévoiler pour ménager ses propres intérêts commerciaux. Vers 550, deux moines nestoriens y furent envoyés en « mission d’espionnage » et ramenèrent des œufs de vers à soie à Byzance en les dissimulant dans des cannes de bambou. De là, l’industrie de la soie se répandit au Moyen-Orient, puis en Grèce et enfin à toute l’Europe.

Autres produits et techniques

Si elle était la plus précieuse et la plus mystérieuse, la soie n’a jamais été la seule marchandise transitant par la Route. Des produits d’une extrême variété y circulaient dans les deux sens. Les Chinois exportaient également des herbes médicinales, de la laque, des peaux et des fourrures, des carapaces de tortue, du jade sculpté, des épices (cannelle, muscade, gingembre) et une grande variété de produits de luxe. S’ils importaient principalement des chevaux, ils faisaient également parvenir en Chine des produits en verre de Rome, de l’or et de l’argent, des textiles en lin et en laine, de l’ambre, des lapis-lazulis du Badakhshan, des épées damascènes en acier et du vin.

De nombreuses espèces de fruits, de légumes et même de fleurs sont également venues de Chine, en s’acclimatant d’abord en Inde et en Perse : camélias, roses, cassis, chrysanthèmes, mûrier, pivoines, rhubarbe, poires et pêches, tandis que le concombre, les carottes, la luzerne, le raisin et les noix se diffusaient vers l’Asie.

Caravane sur la Route de la soie

Caravane sur la Route de la soie

La Chine connaissait alors, dans bien des domaines, une nette avance technologique sur l’Europe. Les principales techniques diffusées à l’époque de la Route de la soie l’ont été dans le sens Orient-Occident, et cela bien plus lentement que ne circulaient les produits. Ainsi, l’étrier, inventé en Asie centrale, n’atteignit l’Europe qu’au viie siècle, plusieurs siècles après son invention. La technique de fabrication du papier, mise au point en Chine dès le début du iie siècle, n’arriva en Europe qu’à partir du xiie siècle. L’imprimerie, inventée bien avant Gutenberg, suivit le même chemin.

La Route des religions

Grâce à la circulation des marchands, porteurs de croyances et d’idées des plus diverses, les religions ont aussi « circulé » sur la Route de la soie.

Le bouddhisme, né sur les bords du Gange en Inde au vie siècle avant J.-C., se diffusa en Chine au ier siècle de notre ère à partir du royaume de Gandhara. Il toucha tout d’abord les populations marchandes, avant de se répandre dans l’ensemble de la société pendant la dynastie des Han. Le bouddhisme changea l’aspect des villes de la Route de la soie, qui se dotèrent de monastères et de pagodes. Les monastères bouddhiques de la Route de la soie, souvent creusés dans des falaises, devinrent des étapes essentielles pour les marchands et les pèlerins chinois se rendant en Inde.

Cette route fut aussi empruntée par les disciples de toutes sortes d’autres religions qui voyaient[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Les différents itinéraires de la Route de la soie

Les différents itinéraires de la Route de la soie

Caravane sur la Route de la soie

Caravane sur la Route de la soie

Art et croyances sur les routes de la soie

Art et croyances sur les routes de la soie

Autres références

  • "OUVERTURE" DE LA ROUTE DE LA SOIE

    • Écrit par Alain THOTE
    • 260 mots

    Inventée à la fin du xixe siècle par un savant allemand, Ferdinand von Richthofen, l'expression la « Route de la soie » désigne les différentes voies par lesquelles des biens ont transité entre la Chine centrale et l'Orient méditerranéen. Après le couloir du Gansu, les marchandises étaient acheminées...

  • ROUTES DE LA SOIE - (repères chronologiques)

    • Écrit par Alain THOTE
    • 535 mots

    — 1200 Le char est introduit en Chine depuis l'Asie centrale selon des voies de transmission encore inconnues. Une fois adopté, il est imité et perfectionné par les Shang, puis par les Zhou. Cette introduction atteste l'existence d'échanges entre l'Orient et l'Occident bien avant le commencement...

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    ...romain d'un côté et la Chine et l'Inde de l'autre. L'Afghanistan actuel, qui se trouvait au point d'intersection des axes d'échanges, notamment la célèbre route de la soie, connut une période de prospéritésans précédent, dont témoigne le résultat des fouilles pratiquées dans plusieurs régions du pays et surtout...
  • ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

    • Écrit par Manuelle FRANCK, Bernard HOURCADE, Georges MUTIN, Philippe PELLETIER, Jean-Luc RACINE
    • 24 797 mots
    • 10 médias

    Dégager des sous-ensembles régionaux au sein de l'Asie soulève deux difficultés majeures. D'une part, les phénomènes comme la démographie, la superficie ou l'économie opèrent à une échelle beaucoup plus vaste que l'Europe, voire que l'Amérique du Nord. La Chine, qui ne constitue qu'une...

  • CHANG'AN [TCH'ANG-NGAN]

    • Écrit par Pierre-Étienne WILL
    • 994 mots

    Actuelle Xi'an, capitale de la province chinoise du Shaanxi. La première Chang'an (Paix éternelle) est établie comme capitale de l'empire par les Han (~ 202), sur la rive droite de la Wei et à une quinzaine de kilomètres au sud de Xianyang, la capitale des Qin qu'ils viennent de renverser....

  • CHINE - Histoire jusqu'en 1949

    • Écrit par Jean CHESNEAUX, Jacques GERNET
    • 44 594 mots
    • 50 médias
    ...gouvernement, transféré au Henan occidental, à Luoyang. Sans doute y aura-t-il encore de grandes offensives pour reprendre le contrôle difficile de la route des oasis au Xinjiang sous la direction du général Ban Chao, entre 73 et 94, et pour réprimer, en 43, une rébellion au Vietnam (expédition de Ma...
  • Afficher les 15 références

Voir aussi