ROMAIN JULES, ital. GIULIO PIPPI dit GIULIO ROMANO (1492 ou 1499-1546)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Palais du Té, Mantoue

Palais du Té, Mantoue
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Chute des titans, G. Romano

La Chute des titans, G. Romano
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Palais du Té

Palais du Té
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Né à Rome où il se forme au contact même de la ville antique que l'on redécouvrait alors avec passion, Jules Romain est le principal collaborateur de Raphaël entre 1515 et 1520 : il l'aide à la salle de l'Incendie (1512), peint, selon Vasari, plusieurs commandes importantes de Raphaël (La Sainte Famille pour François Ier, Louvre), travaille aux cartons de tapisseries (1515) et à la Farnésine (1518). Après la mort de son maître, Jules Romain termine plusieurs de ses œuvres (la salle de Constantin ; La Transfiguration). Ses propres tableaux d'autel (Santa Maria dell'Anima) ou La Lapidation de saint Étienne (Santo Stefano, Gênes) le montrent dominé par l'exemple de Raphaël, mais son tempérament plus dramatique et grandiloquent le rapproche aussi de Michel-Ange. Il affirme ses qualités personnelles et montre son originalité à Mantoue au service de Frédéric de Gonzague à partir de 1523. Au Palais ducal (1525, 1536, 1539) et surtout au palais du Té (1526-1535), il invente un nouveau système décoratif en unissant le stuc et la peinture, en faisant alterner des ensembles précieux (salle des Aigles, salle des Stucs) aux décors grandioses (salle de Psyché et surtout salle des Géants). Toutes les ressources de l'illusionnisme et du clair-obscur y sont employées au service d'allégories dédiées à la gloire et au plaisir des Gonzague. Jules Romain imprime sa propre marque à un groupe important de collaborateurs, dont certains très doués comme le jeune Primatice. Le culte de l'antique et ses travaux d'architecte le font évoluer à la fin de sa carrière vers un art plus austère, d'une tendance antiquisante marquée (travaux de sa propre maison) et plus lourde (fresques de la cathédrale de Vérone). Il meurt à Mantoue où il a créé un des centres les plus brillants du maniérisme.

Palais du Té, Mantoue

Palais du Té, Mantoue

photographie

Palais du Té, Mantoue (Italie). Architecte : Giulio Romano. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Chute des titans, G. Romano

La Chute des titans, G. Romano

photographie

Giulio Pippi (Giulio Romano) (1499-1546), La Chute des titans, 1526. Détail d'une fresque (1526-1535) peinte sur le plafond du Palazzo del Te, salle dei Giganti de Mantoue. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Palais du Té

Palais du Té

photographie

Le cortile d'honneur, abritant la loggia delle Muse, du palais du Té, dessiné par l'architecte italien Jules Romain (1499-1546), à Mantoue, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Sylvie BÉGUIN

Écrit par :

  • : conservateur en chef au département des Peintures du musée du Louvre

Classification


Autres références

«  ROMAIN JULES, ital. GIULIO PIPPI dit GIULIO ROMANO (1492 ou 1499-1546)  » est également traité dans :

LOMBARDIE

  • Écrit par 
  • Franco MAZZINI
  •  • 3 758 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Dans cette même ville de Mantoue, les Gonzague se séparent du miniaturiste « gothique » Belbello et le remplacent par Gerolamo de Crémone (1462), élève de Mantegna. Cependant, Brescia, avec l'œuvre du jeune Vincenzo Foppa , et Crémone, avec Benedetto Bembo, s'ouvrent elles aussi à la culture de la Renaissance. Mais en Lombardie, que ce soit en rais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lombardie/#i_22196

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Rome »  : […] Le rôle fondamental joué par Michel-Ange sur la formation de la maniera et son influence sur les artistes italiens a été souligné par tous les historiens récents : le Tondo Doni (1505-1506, Offices, Florence), le carton de la Bataille de Cascina (1504), la voûte de la Sixtine (1508-1512), qui offraient une conception de l'espace tout à fait perso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_22196

PRIMATICE FRANCESCO PRIMATICCIO dit (1504-1570)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 045 mots

À l'époque où Primatice commence son apprentissage à Bologne, sa ville natale, il ne s'y trouve pas de grand maître : les peintres locaux travaillent dans le sillage de l'école romaine, et c'est auprès d'un élève de Raphaël, Bagnacavallo, que Primatice reçoit sa première formation. Ce que Bologne ne peut lui offrir, il va le chercher à Mantoue, prè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primatice/#i_22196

PRIMATICE, MAÎTRE DE FONTAINEBLEAU (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert DUPIN
  •  • 993 mots

Francesco Primaticcio, dit Primatice, figure majeure du maniérisme italien et de la Renaissance française, n'avait jamais fait l'objet d'une exposition monographique en France, et depuis la thèse de Louis Dimier en 1900, non illustrée et à dire vrai dépassée, aucun grand livre ne lui avait été consacré. Cette situation était d'autant plus surpren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primatice-maitre-de-fontainebleau/#i_22196

Pour citer l’article

Sylvie BÉGUIN, « ROMAIN JULES, ital. GIULIO PIPPI dit GIULIO ROMANO (1492 ou 1499-1546) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/romain-jules-ital-giulio-pippi-dit-giulio-romano/