CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique démocratique du Congo (CD)
Chef de l'ÉtatFélix Tshisekedi (depuis le 25 janvier 2019)
Chef du gouvernementJean-Michel Sama Lukonde Kyenge (depuis le 27 avril 2021)
CapitaleKinshasa
Langue officiellefrançais 1
Note : Le kongo, le lingala, le swahili et le tshiluba sont langues nationales
Unité monétairefranc congolais (CDF)
Population105 059 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)2 345 410

Les années du mobutisme

Lorsque le général Mobutu accéda au pouvoir, en 1965, à l'issue du coup d'État militaire, son action bénéficia d'une certaine popularité puisqu'elle mettait un terme aux cinq premières années chaotiques de l'indépendance. Pourtant, rapidement se mirent en place les bases d'un régime caractérisé par la concentration du pouvoir, la manipulation idéologique et la corruption.

Les fondements du système

À partir de 1967, le général-président se préoccupa d'institutionnaliser son pouvoir. Le premier document constitutionnel fut une ordonnance-loi du 24 juin 1967, adoptée après avoir été soumise à référendum. Elle attribuait des pouvoirs très étendus au président de la République, qui était pratiquement omnipotent. À partir de 1977, cette dérive s'orienta vers une tendance monarchique. Des réformes constitutionnelles successives renforcèrent l'autocratie et rendirent caricatural l'État de droit. Le principe électif fut définitivement supprimé au sein du Bureau politique du parti unique, et le Parlement fut remplacé par un « comité central » du parti « dépositaire du mobutisme » et représentant des forces vives de la nation.

Dès lors, le président, de plus en plus détaché des affaires intérieures, ne se préoccupe plus que de questions diplomatiques dans lesquelles il parvient, non sans habileté, à jouer des coups politiques : reconnaissance d'Israël en 1982, intervention au Tchad en 1983, soutien de l'appui américain à l'U.N.I.T.A. en Angola. En contrepartie, il bénéficie de puissants soutiens extérieurs, par exemple lors des deux « guerres » du Shaba, en 1977 et en 1978.

Ce système est légitimé par une idéologie, celle de « la Révolution zaïroise authentique ». Il s'agit d'un véritable culte du chef puisant ses sources dans une lecture de la tradition africaine que le colonisateur se serait efforcé d'anéantir. Pour la propagande du régime, le président est « le Sauveur », « le Père de la nation » ou encore « l'Unificateur ». Dans ce contexte, la notion occidentale de démocratie est considérée comme une aberration.

Pour autant, Mobutu Sese Seko n'est pas un dictateur isolé. Il pratique pour son compte le « patrimonialisme », mais la longévité de son régime s'explique en partie par l'accès au pouvoir qu'il a facilité à l'élite qui s'est constituée autour de lui. Le passage par la haute fonction publique, avec les facilités d'enrichissement personnel qu'il comporte, a été à l'origine d'une corruption qui s'est étendue jusqu'aux échelons inférieurs de l'administration lorsque l'État a cessé d'assurer des rémunérations régulières.

Mobutu et Amin Dada, 1976

Photographie : Mobutu et Amin Dada, 1976

Le président zaïrois Mobutu (1930-1997), à gauche, et le dictateur ougandais Idi Amin Dada assistent à un défilé militaire à Kampala (Ouganda), en 1976. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les instruments du régime

Malgré l'état de désorganisation dans lequel est tombé le pays, le régime a longtemps disposé d'instruments efficaces pour asseoir son contrôle sur la société zaïroise. Le Mouvement populaire de la révolution, créé en 1967, se confond jusqu'en avril 1990 avec l'État du Zaïre. Il est alors la seule institution constitutionnelle et est incarné par son président. Ainsi, le « président-fondateur » est-il le seul inspirateur de son action en tant qu'auteur du manifeste de la N'Sélé qui exprime la doctrine du parti. L'emprise du parti, qui a été passagèrement remise en cause lors d'une première tentative de démocratisation à la fin des années 1970, se radicalise en 1988 pour s'affirmer contre des institutions sociales concurrentes telles que les églises et les sectes. Le climat sécuritaire est entretenu par différents services de sûreté nationale et amplifié par les rumeurs. L'armée, dont les effectifs théoriques tournent entre soixante mille et quatre-vingts mille hommes, n'est opérationnelle que pour un dixième d'entre eux environ, en particulier la garde présidentielle qui, seule, bénéficie d'une rémunération régulière et d'un bon équipement. Cette dernière est employée à des fins de répression interne, tandis que le reste des troupes parasite le pays.

La contestation interne

Ce dispositif est cependant loin d'instaurer une société totalitaire. Durant toute la période, des résistances ne cessent de s'exprimer dans des registres allant de la défense des droits de l'homme aux révoltes urbaines et même au banditisme social. Le mouvement le plus construit prend ses racines dans le discours du président Mobutu sur le « mal zaïrois » prononcé en 1977. Cet appel à moraliser et à démocratiser la vie publiqu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 37 pages

Médias de l’article

Congo (République démocratique du) : carte physique

Congo (République démocratique du) : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Congo (République démocratique du) : drapeau

Congo (République démocratique du) : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Léopold II

Léopold II
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Indépendance du Congo belge, 30 juin 1960

Indépendance du Congo belge, 30 juin 1960
Crédits : Central Press/ Getty Images

photographie

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur général du Centre de recherche d'information sociopolitique, Bruxelles
  • : professeur à l'Université libre de Bruxelles
  • : directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques, Centre d'étude d'Afrique noire, Bordeaux
  • : professeur à l'université de Kinshasa
  • : professeur à l'université du Wisconsin, États-Unis

Classification

Autres références

«  CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU  » est également traité dans :

CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

CONGO, fleuve et bassin

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER, 
  • Gilles SAUTTER
  •  • 4 582 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un fleuve utile »  : […] De tout temps, le Congo et ses principaux affluents ont été le lieu d'une pêche active. Les barrages et les nasses mis en place en plein courant, dans les rapides, par les Wagenia des chutes Tshungu, ou les Manyanga installés à une centaine de kilomètres en aval du Pool Malébo, apparaissent spectaculaires. Mais seuls les biefs calmes, où les eaux s'étalent, permettant aux poissons de se nourrir d […] Lire la suite

DIAMANT

  • Écrit par 
  • René COUTY, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 4 336 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les autres pays producteurs »  : […] Parmi les producteurs dont l'extraction du diamant est l'une des principales richesses économiques, nous pouvons citer : –  La République démocratique du Congo. Les réserves de ce pays assure la plus volumineuse production de diamants industriels du monde ; ses réserves représentent les quatre cinquièmes des réserves mondiales de diamants industriels, notamment grâce au gisement de Bakwanga. La p […] Lire la suite

KABILA JOSEPH (1971- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 899 mots
  •  • 1 média

Joseph Kabila fut le président de la République démocratique du Congo (RDC) de 2001 à 2019. Joseph Kabila est né le 4 juin 1971 dans la province du Kivu, au Zaïre (auj. RDC). Fils du leader rebelle Laurent-Désiré Kabila devenu chef de l'État en 1997, il passe la majeure partie de son enfance et de sa scolarité en Tanzanie. Il combat au côté des forces rebelles qui déposent le président du Zaïre M […] Lire la suite

KABILA LAURENT-DÉSIRÉ (1941-2001)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude WILLAME
  •  • 1 249 mots

On dispose de très peu d'informations sur la vie de Laurent-Désiré Kabila, président de la République démocratique du Congo (ex-Zaïre), de mai 1997 à janvier 2001. Né au début des années 1940 dans le Nord-Katanga, il sort de l'anonymat en septembre 1963 lors de la création d'une formation politique nationaliste (lumumbiste) et révolutionnaire qui veut éliminer par la lutte armée le gouvernement Ad […] Lire la suite

KINSHASA

  • Écrit par 
  • James Oladipo ADEJUWON, 
  • Dennis D. CORDELL, 
  • Janet MACGAFFEY, 
  • Wyatt MACGAFFEY
  • , Universalis
  •  • 1 757 mots
  •  • 2 médias

Capitale et plus grande ville de la République démocratique du Congo, Kinshasa (Léopoldville jusqu'en 1966) se trouve à 515 kilomètres de l'Atlantique sur la rive sud du fleuve Congo. C'est l'une des plus grandes villes d'Afrique subsaharienne avec une population estimée à à environ dix millions d'habitants en 2010. Elle constitue une entité politique spéciale qui correspond à une région congolai […] Lire la suite

MOBUTU JOSEPH DÉSIRÉ puis SESE SEKO (1930-1997)

  • Écrit par 
  • Patrick QUANTIN
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Joseph Désiré Mobutu est né le 14 octobre 1930 à Lisala, un village sur la courbe du fleuve Congo. En 1972, alors qu'il mène une campagne d'« africanisation », il abandonne ses prénoms pour se faire appeler Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wa Za Banga. L'évanouissement de son pouvoir n'a précédé que de quelques mois sa mort des suites d'une longue maladie, à Rabat, le 6 septembre 1997. Cette chute sa […] Lire la suite

NYIRAGONGO ou NIRAGONGO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 372 mots

Le Nyiragongo est un des nombreux volcans du Rift est-africain qui en s'ouvrant, éloignera peu à peu une partie de l'Afrique de l'est du reste du continent, comme ce fut le cas de Madagascar, il y a une petite centaine de millions d'années. Un océan s'ouvre. Au niveau du lac Victoria, le Rift est-africain est décalé par une gigantesque faille (future faille transformante océanique ?) qui disting […] Lire la suite

OUGANDA

  • Écrit par 
  • Bernard CALAS, 
  • Odette GUITARD, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 742 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « De la révolution à la prédation : l'Ouganda, un trublion régional  »  : […] Museveni arrive au pouvoir en 1986 avec un message révolutionnaire dans lequel il proclame haut et fort le droit des peuples africains à renverser leurs tyrans, effrayant ainsi les vieux dictateurs des pays voisins (Juvénal Habyarimana au Rwanda, Daniel arap Moi au Kenya et Mobutu Sese Seko au Zaïre) et le gouvernement du Soudan qui, depuis 1956, réprime violemment – avec un relent raciste et isla […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 février 2022 Belgique. Remise de l'inventaire des œuvres d'art d'origine congolaise acquises abusivement.

Ceux dont l’acquisition abusive au cours de la période coloniale est déjà reconnue – une petite minorité – devraient être restitués à la République démocratique du Congo (RDC). La provenance de dizaines de milliers d’autres fait encore l’objet d’analyses. En janvier, le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi reconnaissant le caractère aliénable des biens liés au passé colonial de l’État belge et déterminant un cadre juridique pour leur restitution. […] Lire la suite

19 novembre 2021 Belgique – République démocratique du Congo. Publication de l'enquête « Congo Hold-up ».

Le 19, les quotidiens Le Soir et De Standaard présentent l’enquête « Congo Hold-up » initiée par le site d’information Mediapart et la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique (PPLAAF), et conduite par dix-neuf médias et cinq ONG de dix-huit pays. Celle-ci révèle comment la Banque gabonaise et française internationale (BGFI), basée au Gabon, a été utilisée pour détourner des fonds publics et des ressources naturelles de la République démocratique du Congo (RDC), principalement au profit de Joseph Kabila et de ses proches. […] Lire la suite

22 février 2021 République démocratique du Congo. Mort de l'ambassadeur d'Italie dans une embuscade.

L’ambassadeur d’Italie à Kinshasa, Luca Attanasio, ainsi que son garde du corps et un chauffeur, sont tués dans une embuscade au nord de Goma, la capitale du Nord-Kivu, dans l’est du pays. Il accompagnait une délégation du Programme alimentaire mondial (PAM), une agence de l’ONU. Quarante-cinq groupes armés sont recensés dans la région, qui tirent profit d’enlèvements et de divers trafics. […] Lire la suite

2 janvier 2021 France – République démocratique du Congo. Mise en examen de l'ex-chef de guerre congolais Roger Lumbala.

L’ancien seigneur de la guerre congolais Roger Lumbala, arrêté à Paris fin décembre 2020, est mis en examen pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de crimes contre l’humanité » et « complicité de crimes contre l’humanité ». Il est accusé d’exactions, notamment de massacres de civils, commises entre 2000 et 2003 dans le nord-est de son pays, alors qu’il dirigeait la rébellion du Rassemblement congolais pour la démocratie-National. […] Lire la suite

6 décembre 2020 République démocratique du Congo. Rupture de la coalition gouvernementale.

À l’issue de « consultations nationales » menées avec les forces politiques et des représentants de la société civile, le président Félix Tshisekedi officialise la rupture de la coalition que sa plateforme politique Cap pour le changement (Cach) formait avec le Front commun pour le Congo (FCC) de son prédécesseur Joseph Kabila. Le FCC domine le gouvernement et le Parlement, ainsi que la majorité des Assemblées provinciales. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jules GÉRARD-LIBOIS, Henri NICOLAÏ, Patrick QUANTIN, Benoît VERHAEGEN, Crawford YOUNG, « CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-democratique-du-congo/