KABILA LAURENT-DÉSIRÉ (1941-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On dispose de très peu d'informations sur la vie de Laurent-Désiré Kabila, président de la République démocratique du Congo (ex-Zaïre), de mai 1997 à janvier 2001. Né au début des années 1940 dans le Nord-Katanga, il sort de l'anonymat en septembre 1963 lors de la création d'une formation politique nationaliste (lumumbiste) et révolutionnaire qui veut éliminer par la lutte armée le gouvernement Adoula, le Comité national de libération (C.N.L.) au sein duquel il est nommé secrétaire général des Affaires sociales, Jeunesse et Sports. En juillet 1964, lors de la prise d'Albertville (l'actuelle Kalémié), capitale du Nord-Katanga, par l'Armée populaire de libération, on le retrouve vice-président d'un « gouvernement provisoire » qui ne durera que quelques mois. Au début de 1965, il quitte le Nord-Katanga et se replie au Kivu où il est nommé « chef des opérations militaires » par un pouvoir rebelle qui contrôle à cette époque plus du tiers du territoire congolais. Il est toutefois plus présent dans les capitales étrangères d'Afrique orientale (Nairobi et Dar es-Salaam) que dans les maquis qu'il paraît diriger de loin. Lorsque Che Guevara le rencontre à Dar es-Salaam en février 1965, il est de prime abord séduit par lui. Le jugement du Che sera ensuite très négatif sur le sérieux des chefs rebelles congolais, y compris sur Kabila auquel il reproche d'être toujours absent du front.

Che Guevara semble avoir perçu les objectifs réels de Kabila. Selon lui, Kabila est opposé aux chefs historiques de la rébellion congolaise (Gbenye et Soumialot), ce qui « lui permettait, écrit-il, de faire échapper à [leur] influence sa propre zone, la région sud-orientale (c'est-à-dire la zone de Fizi et de Baraka), qu'il dirigeait en tant que vice-président du C.N.L. ». Laurent-Désiré Kabila préfère être le patron dans ses maquis plutôt que de viser à une carrière politique nationale, de devoir jouer avec une classe politique qu'il considère comme corrompue. C'est cette préoccupation qui va effective [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Université catholique de Louvain, chercheur au Centre d'études et de documentation africaines, Bruxelles (Belgique)

Classification


Autres références

«  KABILA LAURENT-DÉSIRÉ (1941-2001)  » est également traité dans :

CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

  • Écrit par 
  • Jules GÉRARD-LIBOIS, 
  • Henri NICOLAÏ, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Benoît VERHAEGEN, 
  • Crawford YOUNG
  • , Universalis
  •  • 24 764 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre «  Le Congo dans la guerre et la difficile sortie du conflit »  : […] hyperinflation, augmentation des dépenses publiques), qu'est perpétré, le 16 janvier 2001, l'assassinat de Laurent-Désiré Kabila, dans des conditions demeurées obscures. L'entourage du président impose son fils Joseph (jeune militaire qui n'a pas encore trente ans) comme successeur. Ce changement est suivi de signes de déblocage. Le nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-democratique-du-congo/#i_85974

KABILA JOSEPH (1971-    )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 850 mots

Joseph Kabila est né le 4 juin 1971 dans la province du Kivu, au Zaïre (auj. R.D.C.). Fils du leader rebelle Laurent-Désiré Kabila devenu chef de l'État en 1997, il passe la majeure partie de son enfance et de sa scolarité en Tanzanie. Il combat au côté des forces rebelles qui déposent le président du Zaïre Mobutu Sese Seko […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-kabila/#i_85974

Pour citer l’article

Jean-Claude WILLAME, « KABILA LAURENT-DÉSIRÉ - (1941-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurent-desire-kabila/